in

Londres : le bienfaiteur musulman des sans-abri distribue des baskets et des vêtements de marque

Deux à trois fois par semaine, dans les quartiers paupérisés au sud de Londres, un petit coin de ciel bleu vient égayer le quotidien très sombre des sans-abri, d’où l’espoir d’une vie meilleure semble s’être à jamais envolé.
Auréolé de sa notoriété de bienfaiteur des plus démunis, la présence bienveillante et généreuse de Moosa Nsubuga, converti à l’islam il y a plusieurs années de cela, fait poindre une douce lueur dans un horizon sans perspectives.
Dès que sa silhouette reconnaissable entre mille se profile au loin, les bras chargés de centaines de chaussures de sport et de vêtements de marque, les yeux se mettent à briller et une certaine agitation s’empare de ceux qui vivent accablés sous le poids de la misère sociale et humaine.
A la tête de l’association Resole, qui s’efforce d’offrir un avenir à une jeunesse défavorisée qui lui tourne le dos, emportée dans la double spirale infernale de la drogue et de la violence, Moosa Nsubuga a aussi à cœur de changer la vie de ceux qui n’ont rien en donnant une seconde vie à des chaussures et des vêtements de qualité.

Renouvelant l’aide et la collecte vestimentaires, le temps où l’on distribuait des tenues usagées, voire en très mauvais état, pour ne pas dire des haillons, aux laissés-pour-compte de la société de consommation est pour lui révolu !  L’idée même lui est insupportable.
« Ma foi en Dieu me pousse naturellement à vouloir redonner aux plus nécessiteux et vulnérables d’entre nous », a déclaré Moosa Nsubugga. « Quand j’ai commencé à collecter des baskets et des vêtements, j’ai eu honte de voir l’état dans lequel ils étaient. Jamais, je n’aurais pu les remettre à des êtres en souffrance, qui sont déjà tellement précarisés et déshumanisés », a-t-il ajouté.
Entouré d’une équipe de bénévoles, l’ange gardien musulman des sans toit, sans ressources et, pire encore, sans visage de l’une des plus rayonnantes capitales européennes, veille à offrir des chaussures et des vêtements toujours propres et impeccables, avec ce petit plus qui fait toute la différence : il distribue même des centaines de baskets et de tenues portant la griffe Nike, Adidas, Gucci…
« Je me souviens particulièrement d’un homme qui était sans chaussures depuis plus de deux semaines et à qui on avait fini par donner des tongs. C’est honteux ! », s’est-il emporté. « Nous lui avons offert une paire de Nike Air VaporMax d’une valeur de 185 £. Si vous aviez vu sa joie, il n’y croyait pas, et la reconnaissance dans ses yeux ! Enfin, il était traité dignement, comme un être humain et pas comme un animal. Je peux dire que grâce à notre geste et au temps que nous avons passé avec lui, cet homme-là a retrouvé l’estime de soi et cela procure une immense satisfaction », a-t-il souligné très ému.
Moosa Nsubugga espère pouvoir étendre son initiative à l’ensemble du royaume britannique en 2020, car malheureusement les êtres abandonnés à leur triste sort, au bord du chemin, forment un long cortège de victimes de l’autre côté de la Manche.

 

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

L’Algérien Soufiane Djilali récompensé par le prix des « Leaders de la démocratie » à Washington

Comprendre l’islamophobie