in

La grande mosquée de Stockholm souillée par des croix gammées

2014 vient à peine de poindre le bout de son nez que déjà les responsables de la grande mosquée de Stockholm redoutent que cette nouvelle année ne soit placée sous le signe sinistre de la profanation, à l’image des tags nazis qui ont été découverts jeudi sur les portes d’entrée, franchissant là un palier supplémentaire dans la provocation abjecte.

Finie la magie des fêtes de fin d’année, ces inscriptions néo-fascisantes haineuses, les premières du genre à défigurer le lieu de culte de la capitale suédoise, ont provoqué un dur retour à la réalité, ce 2 janvier sonnant brutalement le glas de la trêve des confiseurs pour une communauté musulmane qui ne s’attendait pas à démarrer l’année aussi fortement commotionnée.

Ce n’est certes pas la première fois que l’édifice de la grande mosquée de Stockholm est vandalisé, quant à sa boîte aux lettres, elle est remplie chaque mois de courriers de menaces qui sont signés. Mais jamais, jusqu’ici, des croix gammées n’avaient souillé son enceinte, la consternation de ses dirigeants et fidèles n’en étant plus que plus grande.

"Nous sommes régulièrement la cible de tags orduriers, mais c’est la première fois que le vandalisme a pris la forme de signes nazis, de croix gammées", s’en est ému Mahmoud Khalife, le représentant de la mosquée, à la presse locale, en précisant qu’en enquête de police a été immédiatement diligentée. "Nous considérons que cette enquête est prioritaire, surtout avec le vent nationaliste et anti-immigration qui souffle en ce moment sur la société suédoise", a annoncé avec gravité Mikael Pettersson, le porte-parole de la police nationale.

Connue pour sa tradition de tolérance, la Suède n’en est pas moins soumise aux violents assauts des mouvements nationalistes qui, comme partout ailleurs, ont fait de la détestation de l’islam leur fonds de commerce, créant une génération de fervents admirateurs du néo-nazi Anders Breivik, le monstre de sang-froid, mis sous les verrous, de la proche Norvège, et terroriste islamophobe de sinistre mémoire d’Oslo.

Heureusement, l’anti-racisme semble avoir encore de beaux jours devant lui, continuant de rassembler toutes les couches de la population, preuve en est la grande manifestation du 22 décembre dernier qui a mobilisé près de 16 000 personnes sous la bannière flottant haut « Tous unis contre le racisme ». Toutefois, une semaine après, une autre marche de protestation très médiatique, réunissant des hommes politiques et des artistes sous le même cri de ralliement anti-raciste, a jeté une ombre tableau. En effet, un groupuscule néo-nazi a fait soudainement irruption dans le cortège, poignardant deux personnes, l’expédition punitive se terminant par l’arrestation de 28 blousons noirs venus en découdre. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le musicien norvégien Moddi annule son concert à Tel Aviv

Quand le FMI fabrique la misère (documentaire)