in

Redécouvrir l’humanisme spirituel, principe fondateur de l’islam

De nos jours, les tensions créées en pays musulman par la rencontre entre le ‘‘local’’ et le ‘‘global’’ sont très vives. Les musulmans sont ainsi amenés à déterminer ce qui, dans leurs cultures, doit être préservé.

Le processus actuel, irréversible, de la mondialisation comporte donc pour les musulmans un défi paradoxalement très positif : ils sont désormais sommés de redécouvrir l’universalisme fondateur de l’islam, de dépasser les replis nationalistes, les clivages dogmatiques ou rituels (le ta‘assub madhhabî), et d’aller à l’essentiel du message islamique en se départissant des mœurs et des coutumes locales (arabes, berbères, africaines, turques, etc.), qu’ils assimilent trop souvent à l’enseignement de l’islam, créant ainsi des amalgames pernicieux.

L’expansion fulgurante de l’islam, en plusieurs phases, a été possible parce que les musulmans portaient en eux l’axialité intérieure du Tawhîd, et que, par conséquent, ils se sentaient chez eux partout dans le monde. Ils savaient reconnaître l’Unicité dans la multiplicité des cultures, des langues et des religions ; ils avaient en effet une vision conjointe de ces deux niveaux de réalité – l’Unicité et la multiplicité – ce qui leur permettait d’être en phase avec leur modernité, et nous permettrait d’être en phase avec la nôtre.

Publicité

Ils étaient assez unifiés, individuellement et collectivement, autour de l’axe du Tawhîd, pour dialoguer avec le monde, pour se frotter aux autres en toute sécurité. Ils étaient avides de connaître et d’assimiler les autres civilisations. L’islam classique a donc vécu, et même promu une sorte de mondialisation, mais dans son meilleur aspect, celui de l’universalisme spirituel et non de l’uniformisation matérialiste actuelle.

Cependant, l’usure du temps a produit une sclérose de la culture islamique, depuis au moins le XVe siècle. Les musulmans se bornèrent, dès lors, à reproduire des comportements hérités, figés, car n’étant plus adaptés à leur réalité. Selon l’avis d’observateurs experts, tels qu’Ibn Khaldûn, la faute en revient au fait qu’un juridisme galopant a envahi la culture islamique ; le juridisme, c’est-à-dire un développement démesuré du droit par rapport aux autres disciplines de la vie religieuse.

S’appropriant le terme de fiqh, qui signifie à l’origine « réflexion », « compréhension », et non « jurisprudence », le droit musulman a étouffé des disciplines majeures telles que la théologie (sous ses différents noms : ‘ilm al-kalâm, ‘ilm al-tawhîd…), la philosophie, jugée concurrente de la Révélation, et surtout la spiritualité, qu’on l’appelle tasawwuf ou autre. Cette surdétermination du fiqh a produit et produit toujours un pharisaïsme, une hypocrisie religieuse dont beaucoup de pays musulmans ne sont pas sortis.

Publicité

En effet, le monde des formes, que gère le fiqh, s’il n’est pas animé par la spiritualité, ne peut que générer un décalage, une ‘‘schizophrénie’’ entre les prescriptions anciennement établies et la réalité toujours changeante. C’est pour cette raison que des ‘ulamâ’ – égyptiens – comme Suyûtî et Sha‘rânî parlaient de la nécessité du recours à l’ijtihâd spirituel : toute religion ne peut vivre en phase avec la modernité que si sa spiritualité lui permet de transmuer le monde des formes : Kulla yawm Huwa fî sha’n : « Chaque jour, Il est à l’œuvre » (Cor. 29 : 55).

Mais revenons à l’histoire. Plus les musulmans s’affaiblissaient, à partir des IXe / Xe siècles (XVe / XVIe siècles), sur les plans spirituel, culturel et matériel, plus l’hégémonie de l’Occident s’affirmait et, par conséquent, plus les musulmans se sentaient agressés, se repliaient sur eux-mêmes, se fermant aux autres cultures et aux autres religions.

Le colonialisme blessa en profondeur l’identité musulmane et, face à ce phénomène, les musulmans ont pris l’habitude de ne plus agir, mais seulement de réagir à l’impérialisme occidental.

Une conception figée et monolithique de la norme islamique prévalut alors, restreignant la dimension universaliste de l’islam. Parallèlement, le territoire de l’islam se fractionnait, se compartimentait, et les musulmans, ne pouvant guère désormais se déplacer à l’intérieur de ce vaste espace, assimilèrent souvent leur religion à des coutumes et à des particularismes locaux. L’ampleur de vue et l’esprit de découverte qui caractérisaient la civilisation de l’islam classique avaient disparu.

Au XXe siècle, le monde arabo-musulman a connu diverses idéologies plus ou moins ‘‘laïques’’ qui se sont soldées par un échec, car elles ne répondaient pas à la question de la véritable identité des peuples concernés : le nationalisme arabe, le panarabisme, le socialisme… Parallèlement, ceux qui suivaient le modèle occidental ont fini par percevoir le « désenchantement » et la crise des valeurs qui sévissent en Occident, et certains ont commencé à chercher des solutions dans leur propre culture islamique ; ils constataient d’ailleurs que l’occidentalisation à marche forcée menée par certains régimes avait généré des clivages psychologiques et des inégalités sociales énormes.

Le retour sur l’identité islamique est donc une réaction logique : il s’agit tout simplement du réflexe vital de ‘‘rentrer chez soi’’. Mais quelle identité islamique cherchons-nous à promouvoir ? Celle de la frustration, de la ‘‘pensée unique’’ et du repli sur soi, ou bien celle d’un humanisme spirituel qui a su panser les blessures du passé et recouvrer une vision universaliste du monde ? Les pays musulmans doivent se donner les moyens de dépasser le stade du ressentiment afin qu’y émerge une psychologie positive.

Publicité

Bien sûr, il règne un « deux poids deux mesures » dans le traitement par l’Occident du monde musulman ; bien sûr, comme l’écrit Marcel Gauchet : « l’Occident est aveugle sur les effets de la mondialisation de l’économie et des mœurs » en pays musulman, il « ne mesure pas combien la pénétration de ses façons de faire et de penser est destructrice pour les rapports sociaux en place 1 ».

Mais le monde musulman doit s’adonner davantage à l’autocritique, à une autocritique objective et constructive 1), afin de mieux se comprendre lui-même et 2) de délivrer une meilleure image de lui.

La ré-islamisation de la société, qui serait en cours dans maints pays musulmans ne doit pas être brandie comme un slogan ; elle ne doit pas déboucher sur une uniformisation de l’habit comme de la pensée ; elle doit plutôt se vivre comme une lecture contemporaine, et donc adaptée, du patrimoine riche et complexe de l’islam.

Elle ne doit pas se limiter au monde des formes : globalement, les musulmans ont intégré la technique occidentale, comme le souhaitait déjà Rashîd Ridâ, mais cela ne suffit pas (les responsables des attentats du 11 septembre 2001 eux aussi avaient intégré la technique…). Ce sont avant tout les comportements psychologiques qui doivent changer, car ils déterminent les structures politiques et sociales. Ainsi, en tant qu’occidental, je constate un manque de rigueur et d’efficacité dans certaines sociétés musulmanes, ce qui est bien sûr contraire à l’éthique de l’islam.

En Occident, des penseurs musulmans affirment qu’une « théologie de la libération » devrait être suscitée en pays d’islam, à l’instar de celle qui avait été mise en œuvre en Amérique du Sud par certains milieux chrétiens : de la sorte, les musulmans pourraient mieux faire le tri entre d’une part les valeurs réelles et fondamentales de l’islam, et d’autre part l’amoncellement de mentalités et de coutumes qui se sont ajoutées au cours des siècles.

Les musulmans ont pourtant des atouts, dont ils semblent parfois peu conscients :

– Le référent religieux islamique gère encore leur vie, ce qui leur procure une force morale collective qui reste, malgré tous les handicaps, très dynamique ; ce n’est pas le cas dans d’autres régions du monde, frappées encore une fois par le « désenchantement » matérialiste, qui mène au nihilisme. En dépit des chocs violents qu’a suscitée l’irruption de la modernité en pays musulman, il y reste une baraka perceptible car l’islam est une religion vivante, et qui maintient en son sein une spiritualité vivante.

– Il y a en pays musulman un potentiel humain, j’entends par là de ‘‘chaleur humaine’’ qui manque de plus en plus en Occident. Malgré la présence d’une certaine hypocrisie, il reste un tissu social, maintenu par la vie religieuse, qui fait cruellement défaut en Occident. C’est pourquoi des Européens – retraités ou non – vont s’installer au Maghreb, au Maroc surtout ainsi qu’en Tunisie, tandis que les anciens colons « pieds-noirs » se rendent à nouveau en Algérie.

– Au-delà, le monde musulman peut apporter – et apporte déjà – à l’Occident l’exemple d’une foi forte – quand elle est présentée de façon intelligente – et même une nourriture spirituelle. L’Occident touche en effet le fond de la civilisation matérialiste : s’il se sent encore sûr de lui sur le plan de l’avoir, il est plus que jamais en quête de l’être. Dans nos sociétés passablement destructurées, où la diversité des expériences individuelles peut donner le vertige, la spiritualité islamique équilibre et éveille des jeunes issus de l’immigration maghrébine, mais aussi des Européens de souche.

Les perspectives/propositions :

– La solution n’est pas dans le passéisme, qu’on l’appelle « salafisme » ou autrement. Il faut regarder l’avenir en misant sur l’universalisme spirituel de l’islam. Seule la spiritualité donne sens à l’identité musulmane, car elle permet de dépasser les antagonismes et les logiques d’affrontement.

– Au nom du Furqân, principe islamique du « discernement », les musulmans doivent trouver la voie du milieu entre l’imitation aveugle de l’Occident et son rejet viscéral : ils peuvent y puiser des vertus telles que l’esprit d’organisation et de civisme, des outils d’analyse pris aux sciences humaines, etc., ceci sans aucunement trahir leur personnalité islamique profonde. Au passage, je peux témoigner qu’en Occident aussi sévit une certaine ‘‘pensée unique’’, un ‘‘politiquement correct’’ qui impose assez subtilement des idées et des comportements, qui exerce une censure et des pressions, indirectes mais réelles.

– Les pays musulmans doivent faire un effort sur la formation de leurs populations, s’ils veulent éviter le « choc des ignorances ». Il faut enseigner à ces populations la richesse et la diversité de la culture islamique classique afin qu’elles rejettent le « prêt-à-porter » islamique et ne laissent pas autrui leur imposer un mode de vie standardisé : une « islamic globalization » qui uniformise la vie religieuse et sociale n’est pas plus souhaitable, à mon sens, que l’« american globalization ».

– Les différentes instances musulmanes ne savent pas communiquer, notamment avec les pays étrangers ; elles devraient mener des actions d’information dirigées vers les médias occidentaux et autres, qui leur reprochent de ne pas dénoncer suffisamment les actes terroristes commis au nom de l’islam.

Les médias occidentaux mettent toujours en relief ces actes, mais passent sous silence l’énorme travail de développement humain et d’éducation à la paix effectué par de nombreux groupes musulmans, quelles que soient les sensibilités auxquelles ils appartiennent. Pour présenter au monde le message essentiel de l’islam, les Etats musulmans et les organisations islamiques doivent veiller à faire émerger une élite civile, diversifiée et libre, et qui ait accès aux médias internationaux.

En vérité, il faut donner une âme à la mondialisation, et l’islam peut grandement y contribuer.

Publicité

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. @Najib salam et merci pour la réponse (quoique nous soyons probablement un petit nombre d’étranges individus à penser de la sorte).

    Encore une fois je suis d’accord avec ce que vous exposez, et qui revient à une pédagogie du cœur, n’est-ce pas ?
    Dans ce cas il faut admettre que si le soufisme n’en a pas l’apanage (ni le salafiste, pour vous citer), bien d’autres écoles prônent cette pédagogie et dispensent un enseignement (de source par exemple bouddhiste, hindouiste ou ”new-age”, ou encore ”sagesse maya”, ”tradition primordiale”… etc.).
    Comment s’y retrouver ?

    À mon sens, chacun selon sa sensibilité qui pourrait être dictée par sa culture… ou sa religion, sa foi, son conditionnement… dont il faudra s’affranchir en chemin, car le but est le même ; purifier son cœur afin qu’on puisse accéder au vrai avec celui-ci et non avec la raison ou tout autre moyen ; c’est ce qu’on appellerait ”un savoir immédiat, (im… suffixe négatif -sans média), sans intermédiaire, un savoir instantané par accès direct à sa source… (par intuition, par dévoilement…).

    ««Il y a autant de chemins que de pèlerins»» a dit un sage… belle journée.

  2. Salam Tahar,

    Le prophète de l’islam (ç) énonce dans un aphorisme : “A chaque religion correspond une éthique. Et l’éthique de l’Islam est la pudeur”.

    Si les soufis et les salafis étaient pudiques, ils ne s’insulteraient pas , ne se moqueraient pas les uns des autres par vidéos interposées. Il suffit d’aller sur youtube pour constater cet état de fait qui n’est un secret pour personne. Le prophète (ç) a dit aussi : ” […] Si tu ne peux pas faire preuve de pudeur, alors fais ce que tu veux.” Ne pas se moquer, ne pas insulter, ne pas faire preuve d’honnêteté intellectuelle… s’assimilent à un manque de pudeur.
    Ethique et pudeur se trouvent dans la religion même et sont sa “marque de fabrique”.

    Quant à la spiritualité de l’Islam, je la trouve puissante et ce n’est qu’un jugement personnel. vous n’êtes pas obligé d’y adhérer. Et elle peut se vivre en dehors des cercles soufis. Car elle a son dynamisme propre. Donc adhérer à une zaouia n’est point une condition sine qua non. C’est ma conviction personnelle.

    Il faut, à mon sens, revenir au cadre général de l’islam sans référence à aucune idéologie afin de retrouver le dynamisme originel de la religion. Il ne s’agit point d’avoir une conception monolithique de celle-ci. Tant s’en faut ! Il s’agit seulement de ne pas la diluer dans une approche catégorielle qui serait la quintessence de la religion qu’il faut par la suite imposer à tout le monde. L’esprit de l’Islam est innocent de ce dogmatisme trivial. La religion n’appartient à aucun groupe. E t personne n’a le droit d’en faire sa propriété personnelle.

  3. @cheyenne12
    Ce monsieur est un calomniateur. Bien sûr, il nous sert les mêmes arguments fallacieux. Concernant le prix de la dynamite ou Nobel (inventeur de la dynamite) avec soi-disant zéro prix nobel, si ce monsieur savait compter, il s’apercevrait que les pays musulmans réunis font mieux que la Chine concernant ce prix. L’art est bloqué dit-il ? Bon juste un exemple : l’art marocain concernant les ornements architecturaux encore très demandés de nos jours. J’en passe parce qu’il faut un peu vous cultiver hein. La philosophie bloquée ? Mouarf, cultivez-vous un peu. Aucune démocratie ? Mouarf et la Turquie et l’Indonésie et la Malaisie c’est quoi alors ? Femme maltraitée blablabla, c’est sur que question por…graphie et prostitution, on ne fait toujours pas mieux que l’occident. A chacun ses dérives hein. Minorités bloquées ? Mouarf, en attendant il existe des synagogues et des églises millénaires en terre d’islam. Logique de soumission ? Il parle d’israel et de l’oppression occidentale sur l’afrique ? Je crois que cela suffit à démontrer son faux et sa calomnie. Le reste de ses incantations sont dignes d’un barbare aliéné.

    @cheyenne12, rejoignez l’humanité en étant juste et supprimez votre haine dans votre coeur en laissant ma croyance tranquille. C’est tout ce que je vous demande.

    PS: je sais bien que vous êtes injuste parce que ces arguments faux, vous savez qu’ils sont faux puisque vous squattez ce site depuis belle lurette. Je sais bien ce que vous cherchez. Pourtant vous vous obstinez dans la calomnie et le mensonge sans être constructif. C’est dommage. Ne vous reste-t-il donc plus que cela face pour satisfaire votre haine de l’islam et des musulmans ? Est-il si difficile pour vous de reconnaître certaines vérités pour construire un avenir ensemble ?

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Sabariah Hussein, la « Mère Teresa » musulmane de Montréal

Décadence, colonialisme et colonisabilité