in

Pour chaque croix gammée taguée sur la grande mosquée de Stockholm, un bouquet de fleurs

Des bouquets de fleurs roses et blanches pour panser les bleus à l’âme de toute une communauté éprouvée, et masquer les cicatrices hideuses laissées par des croix gammées sur les portes d'entrée de la grande mosquée de Stockholm, telle est la réponse lumineuse apportée par la Suède éprise de tolérance à la manifestation de la haine, destructrice de tout lien social.

Si le choc des responsables du lieu de culte musulman fut immense, le 2 janvier dernier, à la vue des tags nazis qui recouvraient pour la première fois leur enceinte sacrée, la belle surprise qui les attendait à l’aube, le 7 janvier, chassa le souvenir douloureux du début d’année pour les saisir non plus d’effroi, mais d’une intense émotion qui fait chaud au cœur

"Je pensais que la société allait dans la mauvaise direction. Mais maintenant, mon avis a changé à 180 degrés", a déclaré bouleversé Omar Mustafa, président de l'Association islamique suédoise, lequel est passé d’un profond sentiment d'abattement à un regain d’énergie plein d'espoir en découvrant sur son téléphone portable les photos fleuries de la mosquée envoyées par des amis.

Les Suédois, indignés par ce vandalisme signé, ont trouvé les mots pour le dire, et parallèlement au langage symbolique des fleurs qui a fait sens, le message chaleureux de soutien qui l’accompagnait a résonné profondément en chacun des fidèles. "Pour chaque crime de haine, il y a une fleur. Une attaque contre vous, c’est une attaque contre la Suède tout entière ! Nous sommes ensemble à vos côtés !", ont pu lire les musulmans de Stockholm, tandis que les images de la mosquée couvertes de fleurs et non plus d’injures circulaient sur les médias sociaux, déclenchant un enthousiasme très communicatif.

"Quand vous êtes soutenu d’une si belle manière, vous sentez soudainement que vous n'êtes plus seul", a souligné Omar Mustafa, ajoutant optimiste et lucide à la fois : "C'est la preuve que la société n'est pas raciste dans l'ensemble. Certes, je ne pense pas que des fleurs feront disparaître le racisme, mais c'est en tout cas un message fort. Et je pense que de plus en plus de voix s’élèvent contre l’islamophobie et poussent à agir et à réagir".

Cette brassée de fleurs qui a exhalé de bien douces effluves autour de la grande mosquée de Stokholm, a également orné l’extérieur de la mosquée de Fittja, qui avait eu ses fenêtres brisées et des pieds de porc jetés à l'arrière de son édifice au mois de novembre, ainsi que l’église Hagsätra qui a été à son tour, vendredi dernier, la cible de croix gammées ordurières.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Valls chahuté à Rennes

L’enseignement de l’islam fait son entrée dans les écoles primaires d’Allemagne