in

“Si la candidature de Bouteflika est maintenue, notre pays risque de verser dans le chaos”

Omar Belhouchet, directeur du quotidien algérien El Watan, livre à France 24 son analyse sur le maintien de la candidature du président algérien Abdelaziz Bouteflika, qu’il juge « totalement irréaliste. » « Vous avez une population jeune, qui est en train de dire non, et de l’autre côté un président très malade, lourdement handicapé, qui est en Suisse actuellement. On ne sait pas s’il va rentrer, s’il pourra déposer son dossier [dimanche] au Conseil constitutionnel. La tension est très forte. » Le journaliste évoque « les millions » de jeunes algériens qui, selon lui, attendent que le président de 82 ans se retire des affaires publiques, et les « tergiversations » des autorités à vouloir maintenir la candidature.

Publicité

10 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Que pouvions nous attendre de Omar Belhouchet si ce n’est pour venir nous répéter les desiderata de ses maitres à la Radio et TV de ses maitres El Watan étant connu en Algérie comme étant la voix du Quai d’Orsay et la plus part des éditoriaux sont rédigés par l’ambassadeur de France à Alger

  2. Salam oui en quelque sorte, le parti-pris de l’immobilité n’empêche pas que ça tangue, c’est la tyrannie qui est la plus proche du cahos parce que loin de l’équilibre. Il est évident pour tous, j’espère, que le président n’est pas librement candidat, un raïs prisonnier, comment ordonnerat-il quoi que ce soit puisqu’il ne commande même plus ses foncions physiologiques? Commandez à une étendue d’eau de rester calme,le vent souffe et l’agite, commandez à l’eau d’une casserole sur le feu de ne pas rentrer en ébullition, on ne vous écoutera pas. Et le non-dit de cette histoire, c’est qu’en cas de candidature cinquième, il y aura beaucoup d’abstention plus que la dernière fois, et qu’on forcera les bras du hasard pour donner au candidat un score gagnant enfin, avec un peu de pudeur, dans les 55%. Si c’est pour refair l’élection dans un an, autant prolonger la présidence par décret costitutionel d’un an, au lieu d’en faire tout un foin et des dépenses électorales inutiles?

    Islamiquement, du fait de son état de santé et son incapacité, le président n’est plus depuis longtemps hakim légal. Ceci revient à dire que d’autres détiennent dans l’ombre la réalité du pouvoir à l’insu des gens, et ça c’est pas Islamique. Ceux qui tiennent pour le cinquième mandat, stop, arrêtez votre délire, vous avez peur peut-être, mais la peur n’évite pas le danger ni la concrétisation du danger. Anticiper le cahos, recherchr l’équilibre, c’est procéder maintenant à des élections saines, si vous voulez le cahos et le danger, continuez à soutenir non pas le cinquième mandat, mais la cinquième présidence, hone sur vous.

    Croissant de lune.

  3. Il maintiendra sa candidature, car c’est son droit comme tout autre candidat….et ceux qui ne veulent pas de lui au pouvoir, ils n’ont qu’à voter contre lui….c’est sa la DEMOCRATIE

    • NOUS NE SOMME PAS CONTRE MAIS OUEST LE RESPECT DE LA CONSTITUTION SI ILY EN A UNE AU MOINS CELUI QUI A LE COURAGE ET LE NIF QU’IL NOUS LE MONTRE COMMENT IL EST BRANCHER PA DES APAREIL POUR LE MAINTENIR SOIT DISANT EN VIE COMME FUT LE CAS DE BOUMEDIENNEHELAS BOUTEF EST DEJA MORT CLINIQUEMENT ET CES MAFIEUX DU POUVOIR VEULENT NOUS FAIRE AVALER UN COBRA ET PAS UNE COULEUVRE LA CHOSE QUI ME FAIT MAL LE PLUS C’EST D’TRE PRIS EN ETAGE PAR CESZ PROPRE FRERES

  4. De l’implosion actuelle on va aller à l’explosion car le peuple a compris que sa candidature est maintenue pour servir des intérêts personnels car c’est un non sens de prétendre à la magistrature suprême quand on ne peut plus ni parler et ni bouger.

  5. Belhouchet est un partisan du pouvoir en place. Les jeunes veulent passer du système de la libération au système de l’indépendance, lui même n’a plus da place dans l’Algérie nouvelle qui se dessine, l’Algérie des jeunes de moins de 40 ans, de la technologie de la liberté pour tous … Belhouchet veut le système qui bâillonne le peuple … On se rappelle de sa lettre aux USA le lendemain du l’arrêt du processus électorale de janvier 1992 … Dégage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

La députée palestinienne Khalida Jarrar enfin libre !

A Paris et à Londres, la diaspora algérienne mobilisée pour dire non à la candidature de Bouteflika