in

Selon la «Tribune de Genève», la santé du président algérien s’est dégradée et nécessite des soins constants

Alors que des Algériens manifestent contre un cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika à l’élection présidentielle, la «Tribune de Genève» révèle mercredi que la santé du président sortant est au plus mal. Il se trouve «sous menace vitale permanente en raison de la dégradation de ses réflexes neurologiques», selon le quotidien.

Son état de santé est qualifié de précaire. Il risque de faire des fausses routes en mangeant, pouvant entraîner des infections respiratoires. Il souffre également d’aphasie, soit de perte partielle du langage. Abdelaziz Bouteflika séjourne aux Hôpitaux universitaires genevois depuis le 24 février. Le secteur dans lequel il réside est gardé par un vigile armé. Le président algérien, âgé de 82 ans, avait été victime d’une attaque cérébrale en 2013.

Dimanche, la candidature d’Abdelaziz Bouteflika à sa succession a été officialisée, suscitant des réactions courroucées de nombreux Algériens.

Publicité

Le Matin CH

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

7 commentaires

Laissez un commentaire
  1. En 1962 nos aînés avaient libéré le territoire sans la souveraineté. En 2019 notre jeunesse va affranchir notre peuple et récupérer ce qui leur revient de droit; un droit naturel : la souveraineté.

  2. اذا شاب ابن ادم شابت فيه خسيستان حب الدنيا و طول الامل
    صدق رسول الله صصلي الله عليه و سلم

    Deux mauvais sentiments accompagnent la personne en vieillissant:
    L’amour de la matière et la croyance de longévité.

  3. Une honte pour ces responsables algériens ou ses frères qui ont proposé à Bouteflika de se porter candidat sachant qu’il est gravement malade.

    Laissez le se reposer sa placer, n’est pas à la tête d’une nation ou d’un État mais au sein de sa famille et de ses proches pour se reposer et se soigner.

  4. Pendant ce temps là, on peut être sur que les consultations sur la succession vont bon train. Et l’atmosphère de la rue peut contribuer à créer une ambiance facilitant un changement …pour que rien ne change.

  5. Le mieux pour Bouteflika serait sans doute de quitter la scène naturellement, sans y être contraint par la rue.

    “La vieillesse est un naufrage” Charles De Gaulle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Written by Saïd Branine

Publicité

Le “Mamadou en chocolat” d’une pâtisserie française fait scandale

La course à l’islamophobie bientôt discipline olympique ?