in

Zemmour, Sarkozy, Finkielkraut et consorts signent la tribune “Touche pas à mon église”

Tout à la fois prophètes de malheur, pyromanes et libérateurs cyniques de la parole raciste, Zemmour, le nostalgique fiévreux qui, en plus de livrer à la vindicte les Noirs et les Arabes, ne serait pas contre une bonne petite déportation de masse des cinq millions de musulmans français, Sarkozy, l’ex-oligarque des petits arrangements entre amis et du diviser pour mieux régner, qui a érigé l’affairisme en système de gouvernance et n’apprécie les musulmans que quand ils sont Qataris et de généreux mécènes, et enfin Finkielkraut, le philosophe aux formules ampoulées, dont l’immortalité qui se pare du vert de l’Académie française nous réserve des lendemains islamophobes sans fin, ne sont assurément pas pour la paix des ménages, Ramadan ou pas !

Qui se ressemble s’assemble, notamment quand il s’agit de jeter de l’huile sur le feu en plein mois sacré de l’islam… Ces trois sinistres sires ont signé d’une seule main, avec trente autres personnalités du même acabit dont Jeannette Bougrab (ô surprise !), la fausse veuve éplorée de Charb mise en pleine lumière sur commande pour clouer au pilori les associations luttant contre l’islamophobie, la tribune « Touche pas à mon église » (tout un poème…), publiée dans « Valeurs Actuelles », where else ?!

Cette soudaine levée de boucliers contre la proposition émise par Dalil Boubakeur, le 15 juin dernier, de convertir des églises désaffectées en lieux de culte musulmans, souffle sur les braises d’autant plus stupidement et vainement que ce dernier a évoqué depuis un « quiproquo » et que Anouar Anouar Kbibech, nouveau président du Conseil français du culte musulman, a assuré, ce mercredi à Metronews que "le sujet est clos". "Le CFCM avait également indiqué que la mise à disposition d'églises pour les fidèles musulmans, si elle peut arriver ponctuellement à tel ou tel endroit, s'inscrit dans le cadre d'un geste fraternel, mais ce n'est pas une solution", a-t-il renchéri.

Les masques des semeurs de chaos sont tombés une fois encore, révélant des visages défigurés par la haine viscérale et la démagogie de caniveau que l’on ne connaît que trop…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un reportage fascinant sur le Ramadan à Paris dans les années 60

Maroc : une juive battue par sa famille après sa conversion à l’islam