in

Canada : le « Ramadan e-book » concocté par deux musulmanes

Mois de jeûne et de recueillement par excellence, purifiant à la fois l’âme et le corps, le Ramadan est aussi un mois bien rempli pour la gent féminine musulmane, qui ne ménage pas sa peine tout au long de cette parenthèse hautement spirituelle.

Résidant respectivement à Edmonton et Halifax, les Canadiennes Rahma Mohamed et Hina Tareq font partie de ces mères de famille qui, dès que le mois béni frappe à leurs portes, s’affairent activement, notamment derrière les fourneaux, pour faire de chaque Suhoor et Iftar un moment de pure délectation.

« C’est fatigant, je dois le reconnaître, mais la joie que j’éprouve en prenant place à table, entourée de ma famille, et en mangeant nos plats préférés, tous ensemble réunis, est immense », a confié Hina Tareq, la maman comblée de trois enfants.

Publicité
Rahma Mohamed
Hina Tareq en famille

De l’aube jusqu’au coucher du soleil, ces mères dévouées et débordantes d’énergie tentent d’être sur tous les fronts à la fois, en sacrifiant souvent le temps qu’elles aimeraient consacrer pleinement à la prière, notamment nocturne. Mais l’indicible bonheur que leur procure, chaque année, l’arrivée du mois sacré est leur plus belle récompense.

Soucieuses d’accueillir le Ramadan dignement et de la manière la plus optimale qui soit au sein de leur propre foyer, Rahma Mohamed et Hina Tareq ont eu l’idée d’élaborer un « Programme de préparation au Ramadan pour Nous », fruit de leur expérience personnelle. Un programme concocté aux petits oignons…

Sous la forme d’un recueil électronique, leur « Ramadan e-book » prodigue de précieux conseils aux femmes musulmanes pour concilier au mieux la préparation des repas pour toute la maisonnée, leur rôle de mère, leur vie active pour un nombre croissant d’entre elles, et l’accomplissement d’un devoir religieux des plus essentiels et vivifiants, auxquels elles aspirent toutes grandement, en ce mois unique.

Publicité

« Je dirais que les femmes doivent déployer de vraies compétences organisationnelles durant le Ramadan, pour qu’elles puissent disposer du temps nécessaire pour prier et mitonner les repas, sans rien sacrifier et se sentir frustrées », a souligné Rahma Mohamed.

« Nous recommandons, tout en cuisinant, d’écouter certaines conférences. Pour les femmes qui travaillent, elles pourraient prendre deux semaines de congés pour mieux se consacrer au Ramadan. Elles s’épargneraient ainsi de la fatigue. Elles pourraient aussi suspendre les activités parascolaires de leurs enfants pour s’économiser davantage encore », suggère-t-elle, en précisant que leur ouvrage contient plusieurs recettes savoureuses, faciles et rapides à réaliser, testées et approuvées par Idil Farah, une nutritionniste connue de Toronto.

Rahma Mohamed et la nutritionniste Idil Farah

Encouragées par le bon accueil réservé à leur « guide du Ramadan » par celles qui en sont le cœur de cible prioritaire, Rahma Mohamed et Hina Tareq ont décidé de créer un groupe Facebook afin de « consolider une fraternité virtuelle vertueuse » qui, pour avoir vocation à fédérer les femmes musulmanes entre elles, n’exclut pas pour autant les hommes.

Bien au contraire, la gent masculine musulmane est vivement incitée à rejoindre cette grande chaîne de la solidarité, en faisant part de son point de vue et autres remarques constructives sur la gestion idéale du Ramadan en famille. « Mon mari est très coopératif et très serviable, car il voit que je suis une femme qui travaille et que j’essaie de gérer les choses au mieux à la maison », s’est félicitée, pour sa part, Hina Tareq.

Sollicité par les deux auteures de l’ouvrage pour apporter son éclairage, l’imam Ibrahim Alshanti, qui officie à la mosquée Al Barakah, à Halifax, la capitale de la province canadienne de la Nouvelle-Ecosse, a appelé les hommes à prendre leur part de responsabilité.

« Nous devons le dire clairement : il n’incombe pas exclusivement aux femmes de s’occuper du travail de la maison, notamment pendant le Ramadan », a-t-il déclaré, renchérissant : « Nous ne sommes plus à une époque où les femmes restent à la maison. Certaines d’entre elles étudient ou travaillent ici, au Canada. Les hommes doivent donc les seconder du mieux qu’ils peuvent et partager les tâches domestiques équitablement ».

Publicité

Un appel vibrant dont Rahma Mohamed et Hina Tareq espèrent qu’il trouvera un large écho à l’approche du Ramadan, et résonnera longtemps après sa célébration.

Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Tunisie : pénurie de blé

« Arrive, le (mois/moi) purificateur-régénérateur » : un Ramadan (2022) pas comme les autres