in

Suisse : une lycéenne voilée refoulée par son établissement scolaire a la loi de son côté

Contrainte de regagner ses pénates pour un hijab que la direction de son établissement scolaire de Thun, dans le canton de Berne, ne saurait voir, une lycéenne, épaulée par ses parents, s’est opposée à une interdiction anti-voile arbitraire qui n’a aucun fondement juridique, hormis un règlement interne contesté et contestable.

"Si les dires de l’élève sont exacts, nous allons nous entretenir très rapidement avec le Proviseur de son lycée", a déclaré hier, lundi 24 août, Erwin Sommer, le Chef de l’Office de l’enseignement préscolaire et obligatoire bernois, dont la mission consiste entre autres à veiller à ce que la loi soit respectée et non sujette à interprétation, pour ne pas dire outrepassée.

"Le canton de Berne n’a promulgué aucune directive concernant le choix vestimentaire approprié dans les écoles. Les élèves ont donc parfaitement le droit de porter kippa, voiles, crucifix et autres éléments, ainsi que de se couvrir les cheveux en fonction de leur religion", a-t-il souligné.

C’est sous un feu nourri de critiques, et face au vide juridique qui lui a été objecté, que l’équipe dirigeante du lycée de Thun a finalement accepté de rencontrer la lycéenne ostracisée sans autre forme de procès, en présence de ses parents, afin de parvenir à un compromis.

Cet énième refoulement d’une jeune fille voilée, au mépris de la loi en vigueur, n’est pas sans rappeler un cas similaire qui s’est produit dans le canton de Saint-Gall, au nord-est de la Suisse, et qui a valu au directeur de l’école incriminé d’être désavoué par la justice.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d’un millier de réfugiés ont traversé la Macédoine à pied (vidéo)

Les taxis roses en Egypte : la solution idoine au fléau du harcèlement sexuel ?