in

Un tribunal suisse statue en faveur d’une collégienne voilée

Si elle fait la loi en France en altérant l’esprit de la loi de 1905 pourtant sacralisée, la laïcité sectaire et répressive n’a pas dicté son verdict à un tribunal suisse qui, sourd à ses farouches tenants du temple scolaire, a statué en faveur d’une jeune fille voilée de 13 ans, l’autorisant à aller à l’école sans rien changer à son apparence extérieure.

Déboutés de leur plainte anti-voile par un juge qui a considéré l’interdiction du hijab appelée de leurs vœux comme "disproportionnée", s’inscrivant en totale contradiction avec la liberté de religion garantie par le droit fédéral et cantonal, ainsi que par la Convention européenne des droits de l’Homme, les dirigeants du collège situé dans le canton de Saint-Gall ont été renvoyés à leurs chères études, mais plus jubilatoire encore, à leur propre jusqu’au-boutisme, ce grief récurrent qu’ils imputent aux musulmans, et en l’occurrence à cette collégienne bien sage, sans état d’âme.

Devant une Cour, pleine de discernement, qui a estimé, jeudi 13 décembre, qu’il n’y avait aucune preuve de "la menace" que représentait la présence de l’adolescente dans l’enceinte scolaire, les laïcistes suisses de l’éducation nationale ont ravalé leur fierté et leur fiel, après avoir fait l'éclatante démonstration que les plus extrémistes ne sont pas ceux que l'on croit, ou plutôt que les bien-pensants pointent du doigt, ostracisent et envoient sur le banc des accusés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La plus ancienne copie du Noble Coran découverte par une Université allemande

Une Saoudienne de 17 ans fait annuler son mariage avec un vieillard de 90 ans