in

Québec : deux enseignantes se voilent en signe de protestation contre la charte de la laïcité

Elles ont sciemment cherché à se faire voir en signe de leur soutien à toutes celles que d’aucuns aimeraient rendre invisibles, deux enseignantes de renom de Montréal n’ont pas hésité à faire une entorse à la neutralité de leur fonction en se voilant pour la bonne cause.

Dénonçant la neutralité tentaculaire et arbitraire que le Parti Québécois, inspiré par le modèle français, souhaiterait imposer sur son sol, Nora Jaffary, professeur d’histoire de l’Université Concordia, et sa collègue Catherine Lu, professeur de sciences politiques de l’Université McGill, sont apparues revêtues d’un hijab lors d’une manifestation hostile à l’adoption de la « charte des valeurs québécoises ». Un projet de loi, aux sombres desseins, qui, sous couvert de protéger la laïcité et de proscrire les signes religieux dans l’espace public, vise essentiellement à gommer la présence musulmane dans le paysage urbain.

Hormis les borgnes et ceux qui se voilent la face, tout le monde pouvait contempler la visibilité résolument engagée de ces deux représentantes de l’éducation nationale, lesquelles n’ont pas craint d’afficher leur solidarité envers ces signes religieux menacés de disparaître et ces femmes voilées contraintes de se dévoiler, si personne n’y prend garde…

Nora Jaffary (photo ci-dessus), qui ne quitte plus son voile de la protestation depuis sa première sortie publique très remarquée, faisant sensation sur son campus universitaire, l’a affirmé haut et fort à tous les micros : "le voile doit rester un libre choix pour les femmes musulmanes du Québec", tout en appelant d’autres femmes non-musulmanes à la rejoindre dans son combat pour la tolérance religieuse et le vivre-ensemble, en enfilant le hijab de la solidarité féminine.

A ce rythme-là et si d'autres Nora Jaffary et Catherine Lu ne laissent pas éclater leur indignation, la Belle Province ne sera bientôt plus renommée pour ses grands espaces vivifiants, mais pour son climat ambiant pollué par le fléau de l’islamophobie qui a déjà contaminé de nombreuses couches de la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Refus d’une activité scolaire à une maman d’élève voilée

Foulard: deux questions à la gauche