in ,

Inde : des enseignants soutiennent le droit de porter le hijab à l’école et l’université

Adoubé par un Occident qui a les yeux de Chimène pour la droite dure, furieusement islamophobe et farouchement pro-israélienne dont il est l’incarnation, le despote Narendra Modi ne doit pas voir d’un bon oeil la vague d’indignation qui secoue actuellement, et depuis plusieurs jours, l’Etat du Karnataka.

Le Premier ministre indien, chantre d’un nationalisme hindou implacable, doit même voir rouge devant l’ampleur du mouvement de protestation populaire qui rassemble, en rangs serrés, des centaines de jeunes filles musulmanes scandalisées, mais pas seulement…

Publicité

Des étudiantes voilées qui crient leur colère, sous le choc de l’interdiction inique du port du voile à l’école et l’université qui les frappe de plein fouet.

Déclenché par une décision de justice à l’effet coup de massue dans une Inde où le hijab n’a jamais été honni ou proscrit, et encore moins empoigné en épouvantail utile, le vent de la révolte souffle sans discontinuer sur l’Etat du sud-ouest qui est le premier à le mettre à l’index. Il traverse à présent tout le pays, emportant dans son tourbillon des enseignants indiens épris de justice et tous… vent debout !

Publicité

A la fois hindous et musulmans, ces professeurs, dont certains sont des universitaires de renom officiant au sein d’établissements prestigieux, parmi lesquels figurent notamment Jamia Millia Islamia, Miranda House College, l’Université de Delhi, l’Université d’Ashoka et la National Law School of India University, ont exprimé leur solidarité avec les jeunes filles musulmanes voilées du Karnataka.

Faisant bloc derrière elles, ils soutiennent leur droit fondamental de porter le hijab dans un communiqué dont ils espèrent qu’il provoquera un sursaut salutaire des consciences, et non l’effrayant spectacle de contre-manifestations d’hindous chauffés à blanc, scandant des slogans islamophobes orduriers, comme cela s’est produit récemment sous les fenêtres de la Haute Cour de Karnataka. 

« En tant qu’enseignants travaillant dans différentes écoles, collèges et universités, dans différentes régions de l’Inde, et en tant qu’enseignants indiens travaillant à l’étranger, nous sommes solidaires du droit des étudiantes musulmanes de porter un hijab en classe si elles le souhaitent. C’est une question d’autonomie des femmes et de leur libre arbitre, le hijab ne compromettant en aucune façon l’intégrité de l’éducation ».

Publicité

4 commentaires

Laissez un commentaire
  1. A l’intention de la rédaction ou de l’auteur de l’article, je vous en prie, ne qualifiez pas de nationalisme Indien ce qui se nommerait mieux, confessionalisme identitaire Hindoux. Les mots ont leur importance, et quand vous écrivez que le Premier Ministre Indien est le chantre d’un nationalisme Hindoux implacable, vous devriez écrire qu’il est le chantre d’un confessionalisme et identitarisme Hindoux implacable.

    La nuance est de taille, vous validez ce que lui et ses suiveurs revendiquent pour du nationalisme, ce que faisant vous excluez ou suggérez l’exclusion de la nation des minorités confessionelles d’importance diverse, ainsi les Musulmans, les Chrétiens et d’autres. Nommez les choses comme on doit les nommer SVP, ne validez pas sans examen la revendication ou la dénomination de nationalistes que se donnent ces gens sans droit, le diable se cache dit-on dans les détails, et dans les nuances verbales. C’est un petit effort qu’on vous demande de ne plus qualifier de nationalistes ce parti, mais de confessionalistes identitaires prétendus nationalistes, faites cet effort, prenez cette habitude, ça vous sera facile ensuite.

    Croissant de lune.

  2. Soyons circonspects, les Indoux nationalistes ou pour mieux dire confessionalistes sont extrêmement violents, je doute que des manifestations de protestation pacifique les impressionne, je crains qu’elles n’attisent plutôt leur haine et leur colère. Et revendiquer la seule liberté du port du voile est largement insuffisant dans ce pays où il faudrait exiger la démission de cette gouvernance vermoulue et son remplacement par des gouvernants qui agiraient résolument contre la culture des castes et ses effets pratiques, effort à poursuivre jusqu’à ce que le souvenir s’en perde dans les mémoires. La culture des castes est inapropriée au temps présent et à venir parce qu’elle organise et sacralise l’injustice sociale, ainsi certains Nazis Allemands ont revendiqué dans leurs délires une origine Indienne, la hiérarchie sociale leur paraissait convenable ainsi imposée. Et je crains hélas que l’Hindouisme ne survive pas à la fin de la culture des castes si elle éait contrebattue ou venait à se relâcher. Il est donc très probable que ses tenants utilisent la violence pour soutenir ce qui est déjà un édifice branlant.

    Croissant de lune.

  3. Bah, si des femmes ne veulent pas porter le voile en Arabie, en Iran, en Afghanistan, etc, où c’est obligatoire sous peine de graves ennuis de santé, les femmes peuvent s’habiller comme elles veulent.

    Mais ce sont elles qui veulent ou leur religion ?

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Afghanistan : désillusion après la fermeture des collèges et lycées pour les filles

Ces journalistes qui apparaissent voilées dans les médias occidentaux