in

Algérie: remaniement du gouvernement

Sur les 27 membres de la nouvelle équipe, seulement 6 sont issus du précédent gouvernement.

Publicité
Publicité
Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Ceux qui parlent au nom de Boutef sont sur le point d’annoncer sa démission (24 ou 48H nous dit-on), dès que ce sera fait, le conseil constitutionnel se réunira pour déclarer la vacance définitive et la transition conformément à l’article 102 commencera.
    Et ce qu’il faut savoir c’est que l’intérimaire du président une fois la transition lancée, n’a pas la prérogative de nommer un gouvernement. Autrement dit, si la démission était intervenue avant la formation de ce gouvernement nous aurions été dans la mouise jusqu’au cou institutionnellement parlant et il aurait fallu suspendre la constitution (par un état d’urgence par exp…), de manière à pouvoir nommer hors cadre, un président ou une présidence collégiale pouvant elle-même nommer un gouvernement de transition.
    L’état d’urgence avec ses risques de dérives violentes et de restriction des libertés, les algériens ont déjà donné alors merci sans façons.
    Bref, nous avons un gouvernement et des institutions quoi qu’ils vaillent pour les trois prochains mois, le temps que de vraies élections soient enfin organisées.
    Ce qu’il faut savoir aussi, c’est que :
    1. Il y a malgré tout, un minimum de bon sens dans les choix faits, ainsi et juste pour illustrer, au ministère de l’éducation c’est l’ex-secrétaire général du ministère qui devient ministre, il maîtrise par conséquent tous les dossiers et peut notamment organiser le BAC et le BEM aux échéances prévues, ça compte énormément.
    2. Ouvrez les yeux, le pays est à l’arrêt économiquement parlant -le secteur que je connais –juste pour illustrer- a vu ses recettes divisées par deux pour une partie d’entre elles, toutes différées pour le reste et mon propre patron m’a avoué hier que si ça persistait pendant plusieurs autres semaines, il n’aurait pas d’autres choix que de déposer le bilan-, il faut tourner très vite –au moins-, la page Boutef avec toutes les taches sans chapeau qui s’y trouvent. Il sera toujours temps de dégager le reliquat de tristes sires plus tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Hébron : des soldats israéliens arrêtent un enfant de 9 ans!

Algérie : les nouveaux charlots