in

USA: solidarité interreligieuse après l’incendie d’une mosquée

Le 14 juillet dernier, dans la ville de Joplin, dans le Missouri, un incendie a éclaté dans le toit de la mosquée de la Société islamique de Joplin. Il s’agirait d’un acte criminel. Les pompiers ont rapidement maîtrisé les flammes, empêchant ainsi que le bâtiment ne subisse des dégâts majeurs. Toutefois, un second feu d’origine inconnue et que beaucoup qualifient également de criminel a eu lieu le 6 août, réduisant cette fois-ci en cendres la mosquée.

Ces faits sont d’autant plus choquants et bouleversants que Joplin se trouve dans une région du Midwest américain internationalement connue pour son atmosphère exemplaire de tolérance, de compréhension et d’harmonie interreligieuses. Ils ont donc poussé la communauté interreligieuse de la région à se demander ce qui pourrait être fait de plus pour empêcher qu’une telle tragédie se produise à l’avenir.

La relation qu’entretiennent les différents groupes est cruciale lorsqu’il s’agit de gérer la vulnérabilité et la peur qui émanent d’une telle violence. Lorsqu’un tel fait a lieu, il est indispensable que la communauté s’unisse pour soutenir les victimes – ce qui se passe précisément à Joplin, et au-delà. C’est le cas du groupe chrétien luttant pour la justice sociale Sojourners, qui tente de récolter des fonds pour financer une annonce dans le quotidien The Joplin globe. Cette dernière vise à rassurer la communauté musulmane en affirmant qu’elle est « aimée, que l’attaque est immorale … qu’il s’agit d’une attaque générale contre la liberté de croyance. »

A Joplin, l’église épiscopale de Saint Philippe a accueilli les membres de la communauté musulmane pour le iftar, le repas du soir qui marque la fin du jeûne durant la période du ramadan, étant donné que le lieu destiné à cet événement a été détruit. Des membres d’autres églises et des membres de la congrégation hébraïque unie y ont également participé. Par ailleurs, à travers le site web indiegog.com, la somme de 300’000 dollars a été collectée en faveur de la société islamique de Joplin – montant qui dépasse l’objectif de départ de 250’000 dollars.

Cette interaction directe est certes bénéfique, mais les médias peuvent également promouvoir la compréhension entre groupes de confessions différentes.

Scott Parks, ancien journaliste et présentateur d’une émission radio sur Kansas City Radio, ne craint pas les sujets religieux controversés. Il a insisté maintes fois sur le rôle primordial que peuvent jouer les médias, notamment en véhiculant des informations positives sur les des différentes activités religieuses de la région. Selon lui, en rendant compte de manière exacte des événements ouverts au public organisés par les différents groupes religieux, il est possible d’instruire la communauté et, donc de promouvoir une meilleure compréhension entre les religions.

Beth Rieke, maîtresse d’école de Shawnee Mission et membre de l’Institut de dialogue interreligieux, revendique le renforcement d’activités et d’études interreligieuses pour les élèves. Grâce au travail qu’elle mène, elle a pu mettre fin à de fausses conceptions sur l’islam lors de discussions dans des classes mixtes et entre collègues. Son mari, Greg Rieke, chargé de liaison entre la communauté chrétienne et la Raindrop Turkish House, une organisation musulmane en faveur de la compréhension interculturelle, est un témoin direct des bénéfices de ce travail. Il met en avant la promotion plus vaste de messages interreligieux pour les enseignants, le clergé et les politiques, car ils occupent des fonctions susceptibles d’influencer une grande partie du public.

En mai dernier, pour marquer le premier anniversaire de la tornade dévastatrice qui a frappé Joplin en détruisant presque un tiers de la ville, les habitants ont organisé une fête interreligieuse à Landreth Park, afin de se joindre en prière pour apaiser la communauté. Les participants ont partagé des lectures de la Bible, du Coran et de la Torah.

Cette semaine, Nihad Awad, le directeur du Council on American-Islamic Relations, a affirmé que le même état d’esprit manifesté après la tornade devait être réanimé en réponse à l’incendie de la mosquée. Au lendemain de la tornade, la mosquée a accueilli des travailleurs d’AmeriCorps, des œuvres caritatives chrétiennes et d’autres groupes et églises. L’occasion de rendre la pareille se présente aujourd’hui pour les habitants de Joplin.

Des groupes et des individus de la communauté qui réagissent à cet appel sont des exemples vivants de la manière de promouvoir un environnement favorable à la compréhension au lendemain d’une tragédie.

Il semblerait que le fait d’encourager une meilleure compréhension entre personnes de différentes religions, et ce faisant, en créant des relations harmonieuses, soit la clé pour mettre fin aux fausses conceptions. Et des actes isolés, qui manifestent l’intolérance, ne devraient pas ternir la force de l’esprit bienveillant qui est en place.

En partenariat avec le CGNews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faire le Ramadan est devenu une faute grave

«Toutes et tous voilé-e-s» contre le racisme, l’islamophobie et les discriminations