in

Neuf voitures carbonisées devant la Mosquée de Cherbourg. Une enquête a été ouverte

Quelles sont les mains qui se cachent derrière l’incendie qui, dimanche soir, en quelques minutes, a réduit en cendres pas moins de neuf voitures garées devant la Mosquée de Cherbourg ? Sont-elles celles de pyromanes de la pire espèce, mus par une islamophobie ravageuse, criminelle ?

Difficile de ne pas avoir l’esprit hanté par ce scénario cauchemardesque, quand on apprend que ce n’est pas la première fois que la Mosquée de Cherbourg a été le théâtre et la cible d’actes haineux, dont la violence est allée crescendo au fil des mois.

En effet, après avoir été défiguré par des tags orduriers et des menaces de mort en novembre dernier, un impact de balle de gros calibre a été découvert en avril dans le portail du lieu de culte, suscitant l’effroi parmi les fidèles et au sein de l’ensemble de la communauté musulmane locale.

Publicité
Publicité
Publicité

Impact de balle de gros calibre dans le portail de la mosquée (photos extraites de la page Facebook de la Mosquée de Cherbourg)

Vers 3h30 du matin, il y a eu «un feu de voiture avec propagation à huit autres sur un parking ouvert. […] Au total neuf véhicules sont concernés», ont rapporté les pompiers de la Manche. Selon Ouest-France, qui cite des riverains, près de la moitié des vingt véhicules ont été calcinés «en à peine vingt minutes». «Il reste à voir s’il s’agit d’un incident ou d’un acte volontaire. Cet incendie s’ajoute effectivement aux évènements récents. D’où l’importance de trouver rapidement les causes», a souligné Patrice Martin, adjoint à la ville de Cherbourg-en-Cotentin, auprès de France Bleu.

Une enquête a donc été immédiatement diligentée pour déterminer l’origine de ces flammes destructrices, pour savoir si des mains criminelles se cachent derrière ce qui ressemble fort à un brasier incandescent de la haine anti-musulmans. 

Publicité
Publicité
Publicité

2 commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Municipales Angleterre : «C’est une victoire pour Gaza !», clame Mothin Ali, l’écologiste musulman victorieux

Ibrahim Maalouf et Djamil Le Schlag : deux artistes et le même courage face à la censure pro-israélienne