in

Deux astronautes émiratis s’entraînent en Russie pour aller dans l’espace en 2019

En Russie, dans l’enceinte du centre d’entraînement Youri Gargarine où se forme la fine fleur de l’aventure spatiale, deux Emiratis, sélectionnés parmi 4 000 autres astronautes en herbe du golfe Persique, suivent une préparation intensive pour s’illustrer, à leur tour, dans la fascinante exploration de l’Univers.

Après avoir passé avec succès toute une batterie de tests, scientifiques, médicaux et psychologiques, organisés conjointement par la NASA et l’Agence spatiale russe Roscosmos, Hazza Al Mansouri et Sultan Al Neyadi se sont imposés comme des recrues de choix, ayant toutes les qualités requises pour porter haut les couleurs des Emirats arabes unis dans une autre dimension, celle de l’infiniment grand.

Alors que le compte à rebours est désormais enclenché et que leur rêve de tutoyer les étoiles semble à portée de main, les deux astronautes émiratis font la fierté du prince héritier de Dubaï, Cheikh Hamdan bin Mohammed, qui préside aux destinées du Centre spatial Mohammed Bin Rashid.

Publicité
Publicité
Publicité

Intarissable d’éloges à leur sujet, il a récemment laissé éclater son enthousiasme sur Twitter, écrivant en guise de légende sous leur photo prise à l’entraînement (voir ci-dessus) : « Le rêve d’aller dans l’espace, longtemps caressé par les Emirats arabes unis, va bientôt devenir réalité. Je suis tellement fier du Sultan Al Niyadi et de Hazza Al Mansouri ! Notre pays a hâte de voir les premiers astronautes émiratis embarquer à bord de la Station spatiale internationale, le 5 avril 2019 ».

Parfaitement complémentaires et très soudés, les deux aventuriers de l’espace venus du désert, et néanmoins concurrents, se livrent quotidiennement une âpre bataille, lors de leur formation qui les pousse constamment à se dépasser.

En effet, seul le meilleur des deux aura l’immense honneur d’être le premier Emirati à entreprendre le grand voyage interplanétaire et le troisième arabe à réaliser cet exploit, marchant ainsi sur les pas de deux illustres pionniers : l’astronaute saoudien Prince Sultan bin Salman qui, en 1985, avait passé 7 jours dans la navette spatiale Discovery, et l’astronaute syrien Mohammed Fares, diplômé de l’académie militaire et ancien officier de l’armée de l’air, qui s’était envolé loin de la terre en juillet 1987, à bord du Soyouz TM-3.

Publicité
Publicité
Publicité

Alors qui de Al Niyadi ou de Hazza Al Mansouri sera nommé chef de mission et, à ce titre, autorisé à monter à bord de la Station spatiale internationale, tandis que l’autre l’assistera depuis la terre ferme, en siégeant en réserve ? Nul ne le sait encore, mais toujours est-il que les deux ont déjà gravé leur nom dans l’histoire des Emirats arabes unis.

       Prince Sultan bin Salman

           Mohammed Fares

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Viol collectif au Maroc: malgré les pressions, Khadija maintient ses accusations

Un soldat israélien: « Tirer sur des manifestants désarmés, ce sont les instructions de l’armée »