in

Canada : le Mois de l’Histoire islamique sous le signe de l’unité face au racisme et à l’islamophobie

Dès les premières lueurs de l’automne, au moment où les feuilles jaunissent sur une terre de l’érable qui rougeoie de toutes parts, revient le temps de célébrer avec éclat le Mois de l’Histoire et de l’Héritage islamiques.

Ce grand événement annuel, dont le pernicieux virus sans frontières ne contrariera pas cette année le bon déroulement, s’apprête à rendre un hommage appuyé aux contributions inestimables, riches et variées, apportées au Canada, depuis le 19ème siècle, par la communauté musulmane.

Tout au long d’un mois d’octobre enchanteur, au milieu de paysages grandioses qui ont revêtu leurs teintes chatoyantes, les mosquées, les hôtels de ville, les galeries d’art et autres centres d’expositions pavoiseront à nouveau aux chaudes couleurs du multiculturalisme, de la tolérance, du respect et de la reconnaissance mutuels. Des couleurs aussi flamboyantes que sont celles qui enveloppent, aux premiers frissons automnaux, les immenses étendues canadiennes, d’où ressortira celle, lumineuse, de l’unité face au racisme et à l’islamophobie.

Publicité
Publicité
Publicité

Convaincus que grâce à l’éducation, à la Connaissance et à l’entre-connaissance, mais également au partage d’histoires positives et enrichissantes, le Canada, cette terre d’immigration par excellence, viendra à bout, non pas du Coronavirus, mais du virus non moins contagieux qu’est le racisme sous toutes ses formes, les organisateurs du Mois de l’Histoire et de l’Héritage islamiques ont choisi une thématique fédératrice, à l’intitulé évocateur : « Racisme anti-autochtone et islamophobie : unis pour un mois de guérison ».

Shahina Siddiqui

« Nous aspirons à faire de ce grand rendez-vous annuel un projet d’envergure nationale que nous léguerons en héritage aux générations futures, afin qu’elles le poursuivent, en ayant à cœur de mettre en lumière les valeurs fondamentales de l’islam et la richesse des apports de la communauté musulmane au Canada », a déclaré Shahina Siddiqui en conférence de presse.

Publicité
Publicité
Publicité

Avec le retour de l’automne, toujours aussi éblouissant au pays des grands lacs et des caribous, les musulmans ont à cœur de démontrer, aujourd’hui encore plus qu’hier, et de manière étincelante, qu’ils sont des Canadiens comme les autres.

 

 

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. L’islamophobie est la critique d’une religion et ne peut être assimilée à du racisme. Et toutes les religions sont critiquables, c’est un droit.
    Par contre, s’attaquer aux musulmans pour leur couleur de peau ou leur religion, ça c’est du racisme.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Emmanuel Zemmour

La jeune fille voilée sur son skateboard, l’œuvre inspirante d’un graffeur anglais