in ,

Un érudit égyptien estime que boire de la bière n’est « pas haram »

Peu importe la bière, pourvu qu’il n’y ait pas l’ivresse… Cette pensée pour le moins iconoclaste, mais qui se défend d’être enivrante, émane d’un éminent savant égyptien, Khaled El Gendy, un sage parmi les sages siégeant au sein du Conseil suprême des Affaires islamiques.
Pour cette grande figure de l’islam au pays des pharaons, tout est question d’interprétation quand on lit le Coran. C’est à la lueur de l’école hanafite qu’il s’éclaire pour estimer que certains alcools, telle la bière, ne tombent pas sous le coup du « haram », aussi longtemps que leurs effluves grisantes ne deviennent pas étourdissantes.
« La bière n’est pas haram, puisqu’elle n’est pas produite à partir de raisins ou de dattes. Elle devient haram si elle est consommée en grande quantité, jusqu’à l’état d’ébrieté », a-t-il déclaré sur la chaîne DMC TV en se référant à un érudit et juriconsulte émérite de l’école Hanafite, Abou Hanifa un-Nu’man ibn Thābit, appelé le Grand Imam tant il faisait autorité en matière de Charia, la législation islamique.
Devant les caméras de la chaîne égyptienne Attahir, Khaled El Gendy a étayé ses dires en s’appuyant sur un verset du Coran : « O Croyants ! N’approchez pas de la Salat alors que vous êtes ivres, jusqu’à ce que vous compreniez ce que vous dites (…) » sourate 4 « Les Femmes » – verset 43.
Tout est dans la nuance interprétative aux yeux de ce haut dignitaire religieux qui invite à ne pas prendre cette injonction divine au pied de la lettre, mais à la traduire de manière plus subtile et moins définitive. Autrement dit, si, entre l’alcool et l’ivresse, il ne fallait en blâmer qu’un, seule la deuxième serait à proscrire formellement.
De là à penser qu’il pourrait reprendre à son compte le célèbre slogan de santé publique « boire avec modération », il y a un pas que l’on ne s’autorisera pas toutefois à franchir…
En tout cas, à l’autre bout de la planète, à Sydney, la conception libérale, et non moins controversée, de l’alcool en islam à laquelle se réfère Khaled El Gendy fait écho chez un autre imam égyptien, Sheik Rashid Mustafa. Ce dernier s’en fait même le chantre, au même titre qu’il considère que le port du voile n’est pas obligatoire.
L’imam égyptien qui officie à Sydney
 

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Cette droite qui veut réhabiliter le colonialisme

Explorer le spirituel en contexte djihadiste et islamophobe