in ,

Inde : Shabna Sulaiman, première femme musulmane élevée au rang de Mahout

On pourrait dire d’elle qu’elle est la femme qui murmure à l’oreille des éléphants, tant la complicité qu’elle a su développer avec le majestueux pachyderme, sacré en Inde, est extraordinaire et en fascine plus d’un dans l’Etat du Kerala.

Le lien fort et indestructible qui unit Shabna Sulaiman, 27 ans, à Manisheri Rajendran, son éléphant adulte si robuste et imposant, l’a élevée au rang de Mahout, perpétuant ainsi une longue lignée familiale de maîtres, guides et soigneurs d’éléphants.

Choyé par la première femme musulmane du Kerala à avoir été gratifiée de ce titre prestigieux, le très gourmand Manisheri Rajendra se régale des pastèques et de la canne à sucre que sa bienveillante protectrice, constamment à ses petits soins, lui donne à volonté. Une protectrice qui a l’art de se faire obéir tout en douceur.

Publicité
Publicité

Shabna Sulaiman répugne à l’idée de menacer son éléphant d’un bâton. Elle préfère de loin lui montrer la carotte, même si grâce à la véritable alchimie qui existe entre eux deux, il lui suffit de quelques mots clés prononcés affectueusement, accompagnés de gestes tendres, pour obtenir de lui sans difficulté qu’il s’assoie, se lève ou parcoure des kilomètres, chargé de matériaux à transporter.

« Ce n’est pas avec des bâtons ou des coups, mais avec amour que j’ai conquis son esprit », répète la première femme musulmane entrée dans la légende des Mahout en Inde, en posant un regard attendri sur son fidèle compagnon doté d’impressionnantes défenses.

Publicité
Publicité

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

0

Mondialisation capitaliste, eurocentrisme et immigration: une prolétarisation du monde qui démasque le pseudo « postmodernisme » (1/2)

Le total mépris de Jared Kushner, le gendre de Trump, envers la Palestine assiégée et martyrisée