in ,

Indonésie : arrestation d’un professeur de religion qui prétend que les drogues sont Halal et aident à mémoriser le Coran…

Interpellé à son retour chez lui, sur le sol indonésien qu’il avait fui en catimini il y a plus de deux mois, Ahmad Marzuki est un bien curieux professeur de religion… A la consternation générale, ce personnage sulfureux ne connaît plus de limites, même plus celles, pourtant clairement définies dans le Texte, qui séparent le licite de l’illicite.

L’esprit embrouillé par l’ivresse des paradis artificiels, à laquelle il a non seulement goûté sans modération, mais dont il a toujours prétendu qu’elle est parfaitement Halal et sans danger pour la santé, l’enseignant, son interprétation fallacieuse du Coran et son influence malsaine ont, eux, été jugés très toxiques pour la jeunesse.

Appréhendé récemment par les forces de l’ordre indonésiennes pour « consommation, vente de méthamphétamine et apologie de la drogue », et bien que frappé de déshonneur, Ahmad Marzuki s’est obstiné à trouver des propriétés bénéfiques à une drogue de synthèse interdite en Indonésie, car réputée extrêmement addictive et nocive.

Publicité
Publicité
Publicité

Devant des policiers atterrés, il a poussé le bouchon jusqu’à affirmer que la méthamphétamine a ceci de prodigieux qu’elle stimule les neurones de ceux qui la consomment, accélère la mémorisation du Coran et facilite sa récitation, en se gardant bien d’évoquer ses effets secondaires dévastateurs.

L’histoire ne dit pas dans quel état de conscience se trouvait ce dernier au moment où il a de nouveau prêché en faveur des paradis artificiels. Des paradis bien illusoires, dans lesquels il flotte manifestement toujours, sans jamais en être redescendu…

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Un reportage OummaTV : être chrétien dans le sultanat d’Oman

Du désert au dessert, le lait de chamelle entre dans la composition du chocolat