in

Patiente voilée discriminée en Isère : la femme médecin sanctionnée par la Chambre disciplinaire de l’Ordre des Médecins

Lorsqu’elle poussa la porte d’un cabinet médical de l’Isère, le 16 juin 2015, affaiblie par une fatigue persistante et souffrant d’hypotension, Myriam, une patiente revêtue d’un hijab rose fuschia, n’imaginait pas une seule seconde qu’elle serait victime d’une discrimination religieuse odieuse de la part de celle qui était censée être à son écoute et soulager ses maux : le docteur L., une femme médecin généraliste qui, emportée par son aversion pour le voile, piétina rageusement le serment d’Hippocrate !

C’est sur notre site que cette mère de famille, profondément meurtrie, s’était livrée à cœur ouvert en septembre et octobre 2016, relatant une consultation en tout point ahurissante dont elle avait pressenti dès les premiers instants, après avoir croisé le regard réprobateur du docteur L. dans la salle d’attente, qu’elle ne s’annonçait pas sous les meilleurs auspices. Elle était loin, toutefois, de penser que l’impensable se produirait !

Hantée par l’ostracisme inqualifiable qu’elle avait subi plusieurs mois auparavant et par les paroles mortifiantes et tout aussi inacceptables  – « Je n’aime pas les femmes voilées, je n’aime pas les musulmans, je ne veux pas de femmes voilées en France. Sortez maintenant ! » – éructées par une femme en blouse blanche indigne de sa fonction, Myriam accueillait alors avec une satisfaction d’autant plus grande l’arbitrage en sa faveur de la Commission de discipline du Conseil de l’ordre des médecins de Rhône-Alpes.

Désavouée par ses pairs, le docteur L., qui fulminait plutôt que de faire amende honorable pour avoir trahi l’esprit et la lettre de l’article R. 4127 – 7 du code de la santé publique, écopait d’une radiation d’un mois avec sursis : interdiction lui était faite « d’exercer la profession de médecin pendant un mois assorti de sursis ».

Comme le stipule clairement l’article R. 4127 – 7 du code de la santé publique :

«  Le médecin doit écouter, examiner, conseiller ou soigner avec la même conscience toutes les personnes, quels que soient leur origine, leurs moeurs et leur situation de famille, leur appartenance ou leur non-appartenance à une ethnie, une nation ou une religion déterminée, leur handicap ou leur état de santé, leur réputation ou les sentiments qu’il peut éprouver à leur égard. Il doit leur apporter son concours en toutes circonstances. Il ne doit jamais se départir d’une attitude correcte et attentive envers la personne examinée ».

Jointe au téléphone, Myriam, plus combative que jamais, savourait sur Oumma cette victoire remportée, devant une juridiction disciplinaire, sur celle qui l’avait humiliée et refoulée avec une brutalité inouïe : « Je suis heureuse que mon statut de victime ait été reconnu par le Conseil de l’ordre des médecins. Ce sérieux avertissement donné à cette femme médecin servira d’exemple, je l’espère, et constitue une première victoire qui est essentielle pour la suite. Car je n’oublie pas que le parquet de Chambéry a classé l’affaire sans suite. Maintenant, je vais pouvoir à nouveau me tourner vers la justice de mon pays, plus forte aujourd’hui que je ne l’étais hier ».

De son côté, son avocat Me Hosni Maati que nous avions également contacté se félicitait de cette décision unique dans les annales, considérée comme l’heureux épilogue d’une première étape judiciaire. « Je suis pleinement satisfait de cette décision qui reconnaît à ma cliente son statut de victime et qui consolide son dossier face au procureur de la République. Je tiens à souligner que, à ma connaissance, c’est la première fois qu’une telle décision, assez sévère dans l’échelle des sanctions, a été rendue contre une femme médecin pour des motifs de discrimination religieuse », nous confiait-il alors.

Les mois ont passé sans que l’opiniâtreté de Myriam n’en soit émoussée, même si le douloureux souvenir de sa visite chez le médecin, un jour sombre de 2015, ne s’effacera jamais totalement.

Bien lui en a pris de ne pas baisser les bras devant l’adversité et de s’en remettre au jugement impartial des pairs du docteur L. ! En effet, la décision rendue, en juillet dernier, par la Chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des Médecins confirme non seulement, et sans la moindre ambiguïté, le précédent arbitrage de la Chambre régionale de l’Ordre des Médecins, mais cerise sur le gâteau, condamne le Dr L. à verser 1 000 euros à Myriam au titre des frais d’avocat.

Transmise par Me Hosni Maati, voici en substance la teneur de cette décision fébrilement attendue par les deux parties. Une décision qui a dû tomber comme un couperet sur la femme médecin, auteur d’une discrimination religieuse intolérable, laquelle avait tort de se croire immunisée par sa blouse blanche et légitimée par l’islamophobie ambiante.

La Chambre disciplinaire nationale de l’ordre des médecins,

Après en avoir délibéré,

Considérant que « Les propos tenus comme les termes utilisés par le Dr L. traduisent des excès de langage qui dépassent, à l’évidence, les limites d’une simple opinion sur la signification du voile au regard de la dignité de la femme et qu’il n’appartient pas à un médecin de professer ouvertement des jugements de valeur de cet ordre, au surplus empreints de contrevérités législatives et que ne sauraient justifier des amalgames événementiels ; qu’ainsi le manquement du Dr L. aux obligations prescrites par les dispositions légales du code de la santé publique est établi et justifie la sanction prononcée par les premiers juges ».

Par ces motifs, il a été décidé que :

  • La requête du Dr L. est rejetée ;
  • Le Dr L. versera la somme de 1 000 euros au titre du I de l’article 75 de la loi du 10 juillet 1991.

 

Pour en savoir plus sur la genèse de l’affaire, voici les deux liens vers les articles qui l’ont traitée :

https://oumma.com/isere-la-femme-medecin-coupable-de-discrimination-islamophobe-envers-une-patiente-voilee-ecope-dune-radiation-dun-mois-avec-sursis/

https://oumma.com/une-patiente-voilee-refoulee-par-une-femme-medecin-en-isere-retour-sur-une-discrimination-islamophobe-inqualifiable/

17 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Si leurs enfants grandissent dans ces zones urbaines defavorisees, c est avant tout une volonte politique, tous bords confondus, de ne pas les melanger aux autres..il faut connaitre l histoire de la France et de cette immigration avant de parler !!! Les maghrebins accueillis en France dans les annees 1950,60,70 n ‘etaient pas censes rester…le regroupement familial a ete decide par les gouvernements francais de l’epoque..pour quelles raisons ?? Ensuite politique discriminatoire a tout va, proposition des “10 000 balles” pour inciter au retour, tout pour les ecoeurer de rester..rien n’y a fait..trop tard..pas de volonter d’integrer donc pas d’integration pour tous..la frustration a engendre la colere, la colere a engendre la haine, terreau des extremismes de tous bords..c est tres vite resume, ,

  2. C’est toi qui Rapp clarisse, sur oumma. Com je pense que tu es anbigue ,les musulmans font ce qu’il veulent et non pas besoin de toi pour les représente ,surtout que tu calomnie beaucoup ,à plus inchallah .

  3. Il est incontestable que, dans cette affaire, il y a atteinte à la liberté religieuse prescrite par la laïcité. Je suis donc content de voir la laïcité défendue aussi énergiquement sur une site musulman. …
    OK, c’était une vacherie.
    Sinon, ces mêmes médecins se revendiquent actuellement de leur liberté de conscience pour refuser les avortements. Ce sont les mêmes. Ceux qui vomissent les arabes, qui vomissent les pédés, qui vomissent la contraception et l’avortement. Juste pour mémoire, avant la loi Veil, des milliers de femmes mourraient chaque année du fait du recours au faiseuses d’anges. Cette loi a été votée malgré les pressions de l’église catholique, comme la loi autorisant la contraception, ou celle instaurant le Pacs, ou la dépénalisation de l’homosexualité. Les mêmes, à savoir les intégristes cathos, militent aujourd’hui contre la pratique de l’Islam.
    Tout ça pour vous faire comprendre un truc simple. Soit, on est du côté de ceux qui interdisent, soit on est du côté de ceux qui tolèrent.
    Et que dire des arrestations des femmes qui se dévoilent en Iran? Niveau persécution, c’est bien pire que l’affaire traitée ci dessus. La liberté n’est pas à géométrie variable, quand ça vous arrange. Soit on interdit, soit on autorise.
    On autorise l’Islam, le Voile, la Burqa, l’homosexualité, le blasphème, l’apostasie…. Ou pas. C’est vous qui voyez.
    Perso, je suis en faveur du laxisme maximal. Chacun sa merde.

  4. Cette situation est inacceptable.

    Tout comme le fait que des maris un peu trop musulmans interdisent à des médecins hommes d’examiner leurs femmes.
    C’est de la discrimination !

    • Le mythe du mari qui impose à la femme, ou du frère qui oblige la sœur…
      Pourquoi ne pas inclure l’oncle qui force la nièce? Ou encore le grand-père qui contraint la petite-fille? Et que dis-tu de celle-ci: le cousin qui intimide la cousine!

      C’est toi qui discrimine tous les hommes “un peu trop musulmans” (mdr en passant) avec ton commentaire “inacceptable”.

      • @Shezo

        Tous les musulmans ne sont pas adeptes du patriarcat à l’ancienne. Et nombre de non musulmans défendent le patriarcat, à commencer par les corses de la montagne profonde, ou les italiens du sud. Quant aux contraintes imposées par la famille, elles existent, et sont parfois violentes. Il ne s’agit pas de condamner une religion en particulier, mais toutes les religions rétrogrades, comme celles des orthodoxes juifs, des hindouistes, des évangéliques, ou des cathos intégristes, sans oublier bien sûr les salafistes.
        La laïcité, c’est la doctrine qui, malgré tout, contraint un toubib à soigner des fanatiques religieux sans se poser de questions. A défaut, il est aussi taré que les gens qu’il condamne. C’est surtout vrai quand le médecin est lui même un fanatique religieux, profil “Manif Pour Tous”. C’est l’hôpital qui se fout de la Charité, expression toute indiquée dans ce cas.
        Mais, affirmer que le patriarcat est un mythe, c’est nier l’évidence, même si, le lier à une religion en particulier est très injuste.

        • Mais la religion est liée au patriarcat, ou l’inverse, depuis des siècles. L’islam n’a jamais été révolutionnaire sur ce point. Mieux vaut ne pas bousculer les traditions anciennes quand on prend le contrôle d’une société.

    • Derrière tout homme se cache une femme donc Leroy en fait derrière ces interdictions de maris musulmans se cachent la reproduction à l’identique des interdictions que véhiculent leurs propres mères dans leurs tympans pour éviter le qu’en dira-t-on les rumeurs etc…
      Comprenez qu’il s’agit pour ces musulmans en carton de faire comme dans une téléréalité, être célèbre positivement pour briller à la mosquée et dehors devant leurs congénères au moyen de leurs vies faites majoritairement d’apparences. L’apparence règne chez les maghrébins et les musulmans.

  5. Espoir vain l’ami, on se déteste entre nous,notre haine est viscérale raison pour laquelle je ne fréquente plus les mosquées. Trop d’hypocrites et je ne prie pas aux côtés de certains messieurs dont les enfants sont des dealers de chichon voire de coke et ne me dites pas de grâce qu’il n’y en a pas hein!!!De toute façon les musulmans se sont toujours tapés sur la tronche pour le pouvoir pas étonnant que les soi disant pays musulmans de nos jours soient tous dirigés par des dictateurs.Attention!!il est strictement interdit de les critiquer un hadith du prophète le confirme.Un homme lui avait demandé s’il devait obéissance à un homme de pouvoir (calife je présume) le prophète lui a rétorqué même s’il est injuste tu lui dois obéissance,ça veut tout dire me semble t-il non?vous pouvez remercier mr mua’wiya d’avoir choisi comme style de dirigisme la dictature,il a fait des émules,son fils lui avait succéder à l’époque alors qu’il remettait en cause le califat de l’imam Ali car celui ci était de la lignée du prophète.Et de toute façon la religion des musulmans de nos jours est le wahhabisme,il serait bien de se remettre en cause de temps en temps et de dire certaines vérités évidentes

    • Tu ne fréquentes plus les mosquées car “notre haine est viscérale” et qu'”on se déteste entre nous”? Et si c’était toi plutôt qui détestait tes frères et sœurs en religion? Tu ne pries pas aux côtés de “certains messieurs dont les enfants sont des dealers de chichon voire de coke”? Et si ces messieurs étaient plus pieux que toi et demandaient chaque nuit pardon au Tout-Puissant d’avoir fauté dans leur éducation et L’imploraient pour la guidée de leurs enfants?
      Les pays musulmans “dirigés par des dictateurs”? Un concept hypocrite inventé par l’Occident qui pratique l’impérialisme sous toutes ses formes dans les pays du Sud.
      Le prophète (pbsl) ordonnant d’obéir à quelqu’un d’injuste? Mens-tu délibérément ou es-tu mal informé?
      “Il serait bien de se remettre en cause de temps en temps” dis-tu, je suggère que tu commences par toi-même en recherchant l’humilité pour commencer, la tranquillité du cœur ensuite et enfin la Vérité pour acquérir une certaine sagesse.

  6. On peut dire même que cette femme a de la chance que l’ordre des médecins accepte de prendre sa déposition, vue son orphelinat !
    Si les musulmans étaient organisés à la manière du CRIF, la condamnation serait beaucoup plus sévère. Mais… ce n’est pas le cas de la communauté dite arabo-musulmane, et donc elle n’a aucun poids politique ou social pour que ses membres soient respectés.
    Je vous demande de publier ce message.
    Merci par avance

      • Les maghrébins sont encore et encore dans l’expectative car ils ont préféré chercher leurs femmes au bled ou enburkanées en France pour briller dans des mosquées en France plutôt que de faire leurs vies avec des françaises bien instruites, bien éduquées pour permettre à leurs enfants d’être de futurs avocats et médecins mais non leurs progénitures grandissent dans des zones urbaines sinistrées et leurs gosses dealent ou rappent selon les médias.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tourisme et alimentation halal en pleine croissance

Boudjema Hamami s’est interposé dans l’attaque au couteau du 9 septembre