in ,

Inde : la championne du monde de boxe musulmane apporte son soutien aux Indiennes voilées

Acclamée en Inde, où son extraordinaire combativité triomphe du nationalisme hindou vengeur, et ce n’est pas là le moindre de ses exploits, Nikhat Zareen, 25 ans, est entrée dans l’histoire en mai dernier, le poing fièrement levé.

C’est à Istanbul, lors de championnats du monde de boxe âprement disputés, que cette gladiatrice dans l’âme, indienne de confession musulmane, a connu la consécration. C’est peu dire qu’elle a largement fait le poids dans sa catégorie des poids mouches… Elle s’y est imposée avec panache.

Publicité

Auréolée de sa médaille d’or, Nikhat Zareen a non seulement terrassé son adversaire, la Thaïlandaise Jitpong Jutamas, mais elle a aussi mis tout le monde d’accord dans son pays, dirigé d’une main de fer par Narendra Modi. L’Inde ultra-nationaliste, gangrenée par l’idéologie de l’hindutva (« hindouité » une nation pour les hindous), où la minorité musulmane, dont elle est le visage rafraîchissant de la réussite sportive, subit un sort effroyable. 

Discriminée, diabolisée, persécutée, la communauté, à laquelle appartient la cinquième boxeuse indienne à être couronnée de gloire, voit, depuis quelques mois, une autre épée de Damoclès peser sur elle : l’interdiction du port du voile à l’école et à l’université. Cette décision historique et parfaitement inique bafoue une liberté religieuse essentielle qui, jusqu’alors, était garantie par la Constitution aux citoyennes musulmanes. Entérinée en mars par la Haute Cour de l’Etat de Karnataka, elle a soulevé une houle d’indignation à Udupi. 

Publicité

Alors que nombre de ses coreligionnaires redoutent que cette décision arbitraire ne fasse tache d’huile ailleurs, dans d’autres Etats, la nouvelle reine des rings musulmane et non voilée, que l’Inde salue et encense, n’a pas craint de prendre parti. 

A peine a-t-elle eu le temps de savourer sa belle victoire en Turquie, que Nikhat Zareen, de retour chez elle, a immédiatement témoigné son soutien aux citoyennes indiennes voilées. « Je n’ai aucun problème avec le fait qu’elles portent le hijab. C’est leur propre choix, il leur appartient, il est tout à fait respectable et on doit le respecter. J’ai fait, moi-même, mon propre choix. Dans ma famille, plusieurs femmes portent le hijab et cela ne m’a jamais dérangé. C’est une liberté individuelle fondamentale que l’Inde a toujours respectée », a-t-elle plaidé de manière vibrante.

Fidèle à son éthique, ce n’est pas le camp du pouvoir en place que la championne du monde indienne de boxe a choisi. Si elle a un beau jeu de jambes sur le ring, Nikhat Zareen ignore en revanche les ronds de jambe, pusillanimes et obséquieux, sur la scène publique, et elle n’en sort que plus grandie encore. 

Publicité
Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Où va la région MENA ?

Un Britannique condamné à 15 ans de prison en Irak pour vol d’antiquités