in

Où va la région MENA ?

Qu’est-ce que la région MENA ?

MENA est un acronyme désignant la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA). On considère généralement que la région comprend environ 19 pays, mais la définition peut être élargie pour inclure jusqu’à 24 pays. La région MENA représente environ 6 % de la population mondiale, selon le World Atlas, ainsi que 60 % des réserves pétrolières et 45 % des réserves de gaz naturel du monde. En raison de ses importantes réserves de pétrole et de gaz naturel, la région MENA est une source importante de ressources économiques mondiales.

Bon nombre des 14 pays de l’OPEP se trouvent dans la région MENA. Bien qu’il n’existe pas de liste standardisée des pays inclus dans la région MENA, le terme inclut généralement la zone allant du Maroc, au nord-ouest de l’Afrique, à l’Iran, en Asie du sud-ouest, et jusqu’au Soudan, en Afrique.

Publicité

Les pays suivants sont souvent inclus dans la région MENA : Algérie, Bahreïn, Djibouti, Égypte, Iran, Irak, Israël, Jordanie, Koweït, Liban, Libye, Malte, Maroc, Oman, Qatar, Arabie saoudite, Syrie, Tunisie, Émirats arabes unis, Palestine et Yémen. L’Éthiopie, et le Soudan sont aussi parfois inclus.

En raison de l’importance stratégique de leurs réserves pétrolières, les pays de la région MENA ont été affectés par des conflits locaux majeurs ainsi que par l’ingérence de puissances étrangères. Notamment, les invasions américaines de l’Irak et de l’Afghanistan ont provoqué des perturbations majeures de l’activité économique régionale, tandis que les manifestations du Printemps arabe de 2011 ont provoqué un certain nombre de révolutions et de guerres civiles, plus particulièrement en Libye et en Syrie, ainsi que ce que la Banque mondiale a décrit comme “la plus grande crise de réfugiés depuis la Seconde Guerre mondiale.

Parmi les autres conflits majeurs dans la région figurent l’occupation israélienne de la Cisjordanie et de Gaza, les guerres en cours au Yémen, les problèmes ethniques et claniquesen Irak et en Afghanistan, ainsi qu’une rivalité croissante entre l’Iran et l’Arabie saoudite.

Publicité

Intégration régionale

Les pays de la région MENA sont à l’aube d’importantes initiatives d’intégration régionale qui apporteront les gains d’efficacité, de diversification, de confiance et de croissance verte dont ils ont tant besoin.

Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA) sont une région aux ressources humaines et naturelles abondantes, à la culture et aux langues partagées et à l’héritage bien établi de compétences commerciales. Avec une population totale proche de celle de l’Union européenne, la région MENA est cependant la moins intégrée économiquement au monde. Alors qu’ils s’efforcent de créer plus d’emplois, d’attirer plus d’investissements, de stimuler la croissance et de se remettre de la pandémie, les pays de la région MENA ont aujourd’hui une forte incitation économique à accélérer leurs efforts d’intégration régionale.

Tout au long de l’histoire, la région MENA a été au carrefour du commerce régional. Les pays ont précédemment établi une multitude d’accords commerciaux multilatéraux, régionaux et bilatéraux, avec des résultats tangibles limités. Les avantages de l’intégration régionale comprennent les retombées de la croissance, l’élargissement des marchés et les économies d’échelle de production. Ces avantages sont bien reconnus par les économistes, les commerçants et les agriculteurs de la région. Ce qui fait défaut, ce n’est pas la logique ou la capacité d’intégration, mais plutôt un sentiment d’urgence pour donner la priorité à l’intégration et la faire progresser.

Les opportunités d’intégration régionale incluent l’énergie et l’eau et certaines régions géographiques de la région MENA. Elles bénéficieraient d’un dialogue avancé, d’un travail technique fondamental et de la promesse d’un impact économique positif fort et quasi immédiat.

À l’exception des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), le secteur énergétique de la région MENA est interconnecté mais non intégré. Cela signifie que seuls deux pour cent de l’électricité produite dans la région sont échangés entre les pays chaque année. Conscients des avantages, les Conseils ministériels arabes pour l’électricité (AMCE), sous l’égide de la Ligue des États arabes, ont donné la priorité à la création d’un marché panarabe de l’électricité (PAEM). La Banque mondiale s’est engagée dans cette initiative et a offert une assistance technique et des conseils. En effet, le PAEM a pour objectif ambitieux de faire passer le commerce transfrontalier de l’électricité de 2 % actuellement à 40 % d’ici 2035. La région sera ainsi dotée de l’un des plus grands systèmes intégrés multi-pays au monde, avec une capacité de production totale de plus de 600 gigawatts d’ici 2035.

Publicité

En Afrique du Nord, il convient également de développer l’énergie régionale existante avec les pays méditerranéens d’Europe. Ces pays doivent insister sur la nécessité de soutenir et d’accélérer ces initiatives énergétiques régionales essentielles et de donner la priorité aux actions qui contribueront à atténuer les déséquilibres de l’offre et de la demande dans de nombreux pays de la région MENA.

Le fait que la plupart des eaux de la région MENA soient partagées offre également l’occasion d’accélérer les efforts d’intégration régionale. Dans la région, tous les principaux bassins fluviaux, affluents et aquifères souterrains sont considérés comme des eaux partagées. Alors que la pression augmente en raison du changement climatique, de la croissance démographique et du développement, il sera de plus en plus important de développer des cadres adéquats pour faire progresser la coopération régionale. Il existe un large éventail d’exemples mondiaux qui illustrent le pouvoir de l’eau en tant que catalyseur de la coopération. Par conséquent, le renforcement de la coopération en matière d’eau transfrontalière peut être un outil puissant non seulement pour améliorer la sécurité de l’eau dans les pays de la région, mais aussi pour promouvoir la prospérité économique et une plus grande coopération.

Enfin, il est essentiel de renforcer et de permettre les liens historiques et socio-économiques forts qui existent entre les pays du Maghreb et ceux de l’Afrique sub-saharienne. En prévision de l’accord de libre-échange continental africain (AfCFTA), le moment est venu d’élargir et d’approfondir les plateformes existantes de coopération régionale, notamment dans les secteurs de l’agriculture et du numérique, où les progrès sont les plus nécessaires, et d’explorer d’autres possibilités d’intégration régionale entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne.

Bien que les défis liés à la mise en place – et au maintien – du commerce, des infrastructures et des institutions régionales soient importants, les pays de la région MENA sont à l’aube d’importantes initiatives d’intégration régionale qui apporteront des gains d’efficacité, une diversification, un renforcement de la confiance et une croissance verte bien nécessaires – qui joueront tous un rôle de catalyseur dans la croissance économique et la réduction de la pauvreté dans la région.

Défis

La région MENA n’est pas homogène et se caractérise par de nombreuses lignes de fracture. Les différences politiques, religieuses et ethniques entravent la coopération régionale et augmentent le risque de conflits.

De nombreux pays de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord connaissent une période de tensions et de changements accrus. Les pactes sociaux qui existaient entre les États, les citoyens et les marchés sont mis à mal, et la question de savoir comment ils seront réformés reste ouverte.

On compte quelque 17 millions de personnes déplacées dans la région MENA, soit un quart des 70 millions de personnes déplacées dans le monde. De nombreux pays de la région sont des pays d’origine, de transit ou de destination pour les réfugiés et les migrants.

La durabilité en tant qu’objectif dans la région MENA touche différents domaines. Tous les pays de la région ressentent déjà l’impact du changement climatique avec la hausse des températures, l’augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes et la pénurie d’eau. Ce phénomène accroît également le risque de conflits dans la région.

Les pays de la région MENA ont un grand potentiel économique, grâce notamment à leurs abondantes ressources naturelles, à leurs populations jeunes et à leur bon niveau d’éducation. Outre le pétrole et le gaz, un certain nombre de pays de la région disposent également de ressources éoliennes et solaires suffisantes.

Les nouvelles technologies se répandent rapidement dans la région MENA. Divers pays ont également défini la numérisation comme un moteur essentiel de la croissance et de la prospérité. Les médias sociaux, les entreprises numériques et les start-ups stimulent déjà l’économie et offrent de nouvelles opportunités aux jeunes en particulier. Les États du Golfe se concentrent aussi fortement sur la numérisation dans le secteur des services, en créant des départements gouvernementaux et des centres de recherche sur l’intelligence artificielle.

La région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord illustre de manière classique comment l’injustice énergétique ne peut être séparée d’autres maux sociaux, tels que les conflits, l’instabilité politique, les exclusions sociales et l’extrême vulnérabilité au changement climatique. La région MENA abrite certains des plus grands exportateurs de pétrole et de gaz naturel au monde. Toutefois, malgré ses vastes réserves de pétrole et de gaz, elle abrite également une part importante des personnes les plus démunies sur le plan énergétique.

Sur les 214,8 millions d’habitants de la région, environ 65 millions n’ont pas accès à l’électricité, tandis que 60 millions supplémentaires souffrent de pannes de courant prolongées et d’un manque d’approvisionnement. Il y a des dimensions divergentes de la pauvreté énergétique dans la région. Il est primordial d’œuvrer à développer la gouvernance visant à promouvoir la disponibilité, le caractère abordable et l’accessibilité de l’énergie durable, en particulier de l’électricité et des combustibles modernes, dans toute la région.

Perspectives économiques actuelles

La région Moyen-Orient et Afrique du Nord est l’une des plus touchées par la guerre Russie-Ukraine. Les perspectives de croissance économique se sont assombries au niveau mondial et dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord six mois après que le FMI, a publié ses précédentes prévisions semestrielles.

Le Fonds s’attend à ce que le PIB réel de la région MENA augmente de 5 % en 2022 et de 3,6 % en 2023, contre une croissance estimée à 5,8 % en 2021.Une croissance économique inégale est prévue entre les exportateurs et les importateurs de combustibles fossiles de la région dans le sillage des prix record du pétrole et du gaz et de la guerre Russie-Ukraine.

L’Arabie saoudite, par exemple, devrait connaître une croissance de 7,6 %, soit une hausse de 2,8 points de pourcentage par rapport aux prévisions du FMI en octobre 2021.Les prévisions pour 2022 pour l’Arabie saoudite reflètent “une production pétrolière plus élevée conformément à l’accord Opep+, renforcée par une croissance plus forte que prévu dans le secteur non pétrolier“, a déclaré le FMI.

Le PIB réel des Émirats arabes unis devrait croître de 4,2 % en 2022, contre une estimation de 2,3 % en 2021.

L’Irak et le Koweït, les économies les plus dépendantes du pétrole de la région, devraient enregistrer des croissances de 9,5 et 8,2 pour cent cette année, contre 5,9 et 1,3 pour cent en 2021.

Toutefois, le FMI prévoit l’inverse pour l’Iran et l’Algérie, tous deux exportateurs de pétrole. La croissance du PIB réel devrait ralentir, passant de 4 % en 2021 pour les deux pays à 3 % en Iran et 2,4 % en Algérie cette année.

De même, le FMI s’attend à un ralentissement de la croissance des importateurs de pétrole que sont le Maroc et la Tunisie. La croissance du PIB réel du Maroc devrait chuter de 7,2 % à 1,1 %, tandis que celle de la Tunisie passera de 3,1 % à 2,2 %.

L’Égypte et la Jordanie devraient résister à la tendance à la baisse. La banque prévoit que l’économie égyptienne connaîtra une croissance de 5,9 % en 2022, contre une estimation de 3,3 % en 2021, tandis que la Jordanie devrait connaître une croissance de 0,4 point de pourcentage en 2022 pour atteindre 2,4 % par rapport à l’année précédente.

Stress hydrique

Dans toute la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), les sécheresses, les tremblements de terre, la pénurie d’eau et les vagues de chaleur continuent d’entraver les efforts de développement et d’avoir un impact négatif sur les moyens de subsistance et les économies. Les phénomènes météorologiques extrêmes, tels que les pluies torrentielles et les inondations, touchent des dizaines de milliers de personnes chaque année, et de nombreux événements se produisent dans des contextes de fragilité dus à des conflits. Les efforts de relèvement après une catastrophe sont en cours dans ces pays, ce qui présente des défis plus complexes et la nécessité de coordonner les efforts entre d’autres partenaires du développement. La réduction des risques de catastrophes dans les zones urbaines reste une priorité dans cette région fortement urbanisée où de nombreuses villes sont fortement exposées aux risques naturels.

Douze des 17 pays les plus touchés par le stress hydrique se trouvent au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENA). La région est chaude et sèche, de sorte que les réserves d’eau sont faibles au départ, mais la demande croissante a poussé les pays à un stress extrême. Le changement climatique devrait encore compliquer les choses : Selon la Banque mondiale, c’est dans cette région que l’on prévoit les plus grandes pertes économiques liées à la pénurie d’eau due au climat, estimées à 6-14 % du PIB d’ici 2050.

Pourtant, il existe des possibilités inexploitées de renforcer la sécurité de l’eau dans la région MENA. Environ 82 % des eaux usées de la région ne sont pas réutilisées ; l’exploitation de cette ressource permettrait de générer une nouvelle source d’eau propre. Des leaders en matière de traitement et de réutilisation émergent déjà : Le Sultanat d’Oman, classé 16e sur la liste de pays en situation de stress hydrique, traite 100 % de ses eaux usées collectées et en réutilise 78 %. Environ 84 % de toutes les eaux usées collectées dans les pays du Conseil de coopération du Golfe (Arabie saoudite, Bahreïn, Koweït, Oman, Qatar et Émirats arabes unis) sont traitées à des niveaux sûrs, mais seulement 44 % sont réutilisées.

Quelle que soit la géographie, le stress hydrique peut être réduit par des mesures allant du bon sens à l’avant-garde. Il existe d’innombrables solutions, mais voici trois des plus simples :

Augmenter l’efficacité de l’agriculture : Le monde doit faire fructifier chaque goutte d’eau dans ses systèmes alimentaires. Les agriculteurs peuvent utiliser des semences qui nécessitent moins d’eau et améliorer leurs techniques d’irrigation en recourant à l’arrosage de précision plutôt que d’inonder leurs champs. Les financiers peuvent fournir des capitaux pour les investissements dans la productivité de l’eau, tandis que les ingénieurs peuvent développer des technologies qui améliorent l’efficacité de l’agriculture. Enfin, les consommateurs peuvent réduire les pertes et les déchets alimentaires, qui représentent un quart de l’eau utilisée dans l’agriculture.

Investir dans les infrastructures grises et vertes : Les nouvelles données d’Aqueduct du World Resources Institute -WRI- montrent que le stress hydrique peut varier énormément au cours de l’année. Les recherches du WRI et de la Banque mondiale montrent que les infrastructures construites (comme les canalisations et les stations de traitement) et les infrastructures vertes (comme les zones humides et les bassins versants sains) peuvent fonctionner en tandem pour résoudre les problèmes d’approvisionnement en eau et de qualité de l’eau.

Traiter, réutiliser et recycler : On doit cesser de considérer les eaux usées comme des déchets. En les traitant et en les réutilisant, on crée une “nouvelle” source d’eau. Les eaux usées contiennent également des ressources utiles qui peuvent être récoltées pour contribuer à réduire les coûts de traitement de l’eau. Par exemple, des usines à Xiangyang, en Chine, et à Washington, D.C., réutilisent ou vendent les sous-produits riches en énergie et en nutriments capturés lors du traitement des eaux usées.

Gouvernance

D’abord alimenté par des appels à la kefâyah (” assez “)en arabe), le “Printemps arabe” s’est transformé en uneun appel de longue date à la karâmah (“dignité” enarabe) ponctué d’appels à la responsabilité et bonne gouvernance Hâkimiyyah ont résonné dans les rues de Tunisie, d’Égypte, de Syrie, de Bahreïn, du Yémen, de Libye, du Maroc,d’Algérie et autres.

Dix ans se sont écoulés depuisl’auto-immolation du vendeur ambulant tunisienMouamedBouazizi, qui a déclenché des protestations en Tunisie qui se sont propagées dans le monde arabe. Les citoyens de nombreuxpays arabes ont dû revoir leurs contrats sociauxavec leurs gouvernements et chaquepays vit sa propre expérience de gouvernance. Cependant, ce qui est clair jusqu’à présent, c’est quele travail de reconstruction de la confiance des citoyens dans leursinstitutions sera long et ardu.

Systématiquement, les soulèvements populaires ontpointé du doigt la faiblesse, la mauvaisegouvernance, l’absence de responsabilitéet la mise en œuvre de politiques pourgroupes d’intérêts particuliers et non au service dugrand public. La persistance d’une mauvaise gouvernancegénéralisée et profondément enracinée a étédestructrice et peut potentiellement conduire à unesituation où la corruption devient monnaie courante et où l’Étatet ses agences sont susceptibles d’être utilisées pour des fins personnelles ou claniques.

Le mouvement du “Printemps arabe” a mis à jourun certain nombre de vulnérabilités, dont la principale est la situation démographique. Environ 60 pour centde la population arabe est aujourd’hui âgée de moins de29 ans, et le taux de chômage des jeuness’élève en moyenne à 25 %, et celui des jeunes femmes à 30 %.Ces jeuneschômeurs sont agités et désespérés,notamment parce que les systèmes éducatifs sclérosésont rendu un grand nombre d’entre eux inemployables. Les jeunes femmes se sentent particulièrementdéprimées, car leur taux de réussiteélevé sont liés à une faible participationau marché du travail et à leurexclusion de la vie économique et politique.

Ce sentiment de vulnérabilité est politique car il reflète non seulement le manque de participation et de représentation des jeunes, mais aussileur frustration face à la corruption généralisée, à l’absence de responsabilité de l’État et l’insuffisance desservices publics adéquats. L’insatisfaction croissante à l’égard dela gouvernance de nombreux États arabes est alimentée par le sentiment que les ressources naturelles ont souvent étéaccaparées par des intérêts particuliers et que lecontrôle des médias par l’État a étouffé les “voix” de la société. La répression politique de ce type n’est pas surprenant qu’elle ait donné lieu à de nombreux appels à la restauration de la Karâmah, la dignité humaine.Les deux thèmes qui ressortent du “Printemps arabe” sont l’emploi et la responsabilité,qui sont directement liés à la nécessité de développer le secteur privéet la réforme des entreprises de l’État.

Depuis l’avènement des révoltes arabes à la fin de 2010, les analystes du monde entierdébattent vigoureusement pour savoir si la région MENA se dirige versune plus grande ouverture politique et culturelle – un “Printemps arabe” plein d’espoir – ou,au contraire, vers un inquiétant “Hiver islamiste” dans lequel les “anciennes” dictatures(séculaires, socialistes, étatistes et sclérosées) sont progressivementremplacées par de “nouvelles” formes d’autoritarisme islamiste.

Un autre aspect de ce débat concerne la grande variance qu’onobserve aujourd’huidans la stabilité et l’instabilité des régimes dans la région MENA. Pourquoi, par exemple, les monarchies de la région semblent-elles, du moins jusqu’à présent, mieux résister à la tempête que les États à parti unique ? Est-ce une fonction de la “légitimité royale” ? Les monarchies sont-elles plus stablesparce qu’elles gouvernent davantage par consensus ? Y a-t-il un nouveau “club desmonarchies ” émergeant au Moyen-Orient, avec l’Arabie Saoudite (mais aussiles États-Unis), soutenant les monarchies pour les aider à rester stables ?Ou la stabilité monarchique est-elle vraiment une illusion ? Pourrions-nous également voir, dans un avenir pas si lointain, d’importantes monarchies de la région connaîtreune grave instabilité, voire un changement de régime ?

Conclusion : De faibles perspectives d’avenir

On est qu’à environ trois ans de l’échéance de 2025, et la plupart des experts s’accordent à dire qu’au cours de ces trois années, les tendances et processus actuels, pour la plupart négatifs et à fort impact sur la région, ont peu de chances d’être inversés ou même limités de manière significative. Leur inertie est trop importante et, selon une croyance populaire, elle durera au moins une génération, voire deux. Dans le même temps, cependant, dans le contexte d’une image généralement défavorable dans la région MENA, il existe quelques véritables réussites qui méritent une attention particulière.

D’ici 2025, la dégradation de l’environnement dans la région, associée à la croissance démographique (qui dépassera largement les 500 millions de personnes), entraînera une grave détérioration de la qualité de vie, qui aura à son tour des ramifications politiques, sociales et économiques majeures. La principale préoccupation, très probablement, sera le réchauffement climatique, en raison de l’insuffisance des politiques d’adaptation dans la région pour renforcer la résilience. En 2025, il y aura moins de précipitations et le changement climatique aggravera la pénurie d’eau dans presque tous les pays de la région. Bien qu’à ce jour, certains pays aient vu leurs réserves d’eau augmenter (principalement la Turquie grâce à de meilleures précipitations, mais aussi le Soudan et l’Égypte car ils dépendent des pays en amont du bassin du Nil). Toutefois, l’augmentation des températures et la pollution croissante des ressources en eau ont neutralisé les avantages potentiels pour la production agricole.

Les pays disposant de ressources financières ont pu maintenir leur approvisionnement en eau grâce à des usines de désalinisation, mais le reste de la région MENA souffre de fréquentes pénuries d’eau. Le secteur le plus touché par la pénurie d’eau est l’agriculture, et la dépendance de la région à l’égard des importations alimentaires va s’accroître. Un autre effet du changement climatique et de la volatilité des précipitations est la désertification, qui devrait s’accélérer considérablement au cours des trois prochaines années. Ces facteurs seraient parmi ceux qui poussent les habitants des zones rurales vers les zones urbaines et périurbaines, lorsqu’un nombre important d’anciens paysans, incapables de maintenir leur mode de vie traditionnel, seront contraints de se déplacer vers des agglomérations urbaines déjà surpeuplées. La tension sociale dans les villes augmentera en conséquence.

Le fossé entre les élites et la majeure partie de la population se creusera, les ascenseurs sociaux seront dans de nombreux cas désactivés, le nombre de nouveaux emplois (en particulier pour les jeunes et les femmes) sera limité, et les services publics déficients, la corruption et le népotisme fleuriront dans la plupart des pays de la région. On estime que l’augmentation des inégalités, combinée à la faible efficacité de l’administration publique et à la réduction de la “rente pétrolière”, peut conduire au scénario du “deuxième printemps arabe”, c’est-à-dire à une activité de rue massive visant à renverser les régimes en place, dès 2025. Toutefois, il est fort probable que les gouvernements seront en mesure de freiner le mouvement de protestation et que les régimes autoritaires, pour la plupart, résisteront (grâce aux efforts du soutien explicite ou implicite des grandes puissances non régionales).

Les inégalités socio-économiques persistantes prévues au cours des prochaines années seront inévitablement couplées à un renforcement général des identités collectives selon des lignes sectaires, ethniques, idéologiques, régionales, tribales, générationnelles et liées au genre. L’essor de ces “identités alternatives” a été observé au début du “Printemps arabe”. Dans des pays comme la Libye et la Syrie, ces identités collectives ont débouché sur des conflits intra-étatiques à part entière, et d’ici 2025, même les pays dotés d’institutions étatiques relativement fortes (Turquie, Israël) pourraient néanmoins être touchés par cette tendance à la fragmentation sociopolitique. On considère que la tendance à la “fragmentation du camp islamiste” est très dangereuse, et qu’elle va, se poursuivre dans les années à venir. En outre, il ne s’agit pas seulement de la confrontation entre chiisme et sunnisme, mais aussi de l’augmentation des conflits d’autorité au sein du camp politico-religieux sunnite (Turquie – Arabie Saoudite), ainsi que de la distinction élargie entre les islamistes modérés et les groupes islamiques plus radicaux.

 

Vous pouvez suivre le Professeur Mohamed Chtatou sur Twitter : @Ayurinu

Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Oui, il a bien fallu innover dans le nom de ce qui était nation Arabe pour y inclure l’entité Sioniste, quoi. Donc ça marchera peut-être en tant qu’empire Sioniste et nullement pour le bien des peuples, j’ignore ce que l’auteur se raconte.

    Les énergies vertes, par exemple, oui sur le papier, l’électricité solaire, avec beaucoup de soleil. Mais hors du papier, en zone chaude, c’est contre-intuittif mais c’est ainsi, les panneaux solaires produisent moins. Mais en plus, il faut beaucoup d’eau pour les refroidir et les laver des poussières et sables des vents, or, on n’a pas d’eau en trop pour l’agriculture et d’autres activités vitales. Les machines à vent se grippent vite et s’ensablent, ben oui.

    Tant que ça s’apellera la MENA et tant que la dignité/identité des peuples est ignorée en incluant un corps étranger hostile, je ne souhaite même pas la réussite de ce projet, donc il ne réussira pas, enfin pas pour nous.

    Croissant de lune.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Trois mois de détention supplémentaires à l’encontre de Salah Hamouri : le scandale continue !

Inde : la championne du monde de boxe musulmane apporte son soutien aux Indiennes voilées