in

Coopération USA-Afrique: quelles perspectives?

Grâce à notre partenariat, nous exploiterons le dynamisme des peuples africain et américain pour accroître la prospérité des deux côtés de l’Atlantique.  Le dynamisme de nos entreprises, de notre société civile et de nos relations interpersonnelles est une source de force que nous exploiterons avec plus de détermination qu’auparavant.  Nous donnerons la priorité à l’engagement avec les membres de la diaspora africaine, dont les voix sont essentielles aux États-Unis et dans le monde entier.

Il reste encore beaucoup à faire pour réaliser nos aspirations communes.  Conscients de l’importance de la mise en œuvre des engagements discutés lors du sommet, nous avons l’intention d’accélérer les échanges de haut niveau et de consacrer des diplomates de haut rang à la réalisation de notre vision commune d’un partenariat du XXIe siècle.  L’avenir de l’Afrique et des États-Unis dépend de ce que nous pouvons réaliser ensemble.  Nous redoublerons d’efforts pour que notre partenariat donne des résultats pour nos peuples et pour le monde.

Publicité
Publicité
Publicité

Vision Statement for the U.S.-Africa Partnership

DECEMBER 15, 2022

Le président Biden a accueilli le sommet des leaders américano-africains du 13 au 15 décembre 2022 à Washington D.C. Le sommet a souligné la valeur que les États-Unis accordent à leur collaboration avec l’Afrique sur les défis et les opportunités mondiaux les plus urgents, ainsi que l’engagement de l’administration Biden à revitaliser les partenariats et les alliances mondiales.

Afrique-USA : paradoxes

La relation entre les États-Unis d’Amérique (USA) et l’Afrique regorge de paradoxes intéressants. Si les États-Unis ont été la destination de la traite transatlantique des esclaves (1501-1830), ils ont également vu l’avènement de présidents afro-américains tels que Barak Obama (2009-17). De même, si l’organisation continentale comme l’Union africaine (UA) a prospéré et fait preuve de durabilité, ses origines remontent au mouvement panafricain du XIXe siècle qui a surgi aux États-Unis avec les idées et les pensées de W.E.B. Dubois (1868-1963) et Marcus Garvey (1887-1940).

Lorsque le président Donald Trump a pris ses fonctions en 2017, certains développements tels que ses propos désobligeants sur les migrants, en particulier les migrants africains (janvier 2018), ont retardé la nomination de Tibor Nagy au poste de secrétaire adjoint du département d’État (juin 2018) et ses interactions tièdes avec les chefs d’états africains tels que Buhari (Nigéria), Kenyatta (Kenya) en avril et août 2018, respectivement, ont donné l’impression qu’il est indifférent à l’Afrique. Et pourtant, c’est l’administration Trump qui a lancé ‘’Prosper Africa’’, une initiative phare, qui est soutenue par la loi bipartite d’octobre 2018 sur la meilleure utilisation des investissements menant au développement (BUILD).

La loi a créé la Société de financement du développement international (DFC) et a essayé de remplacer et d’augmenter les capacités de l’Overseas Private Investment Corporation (OPIC). Le BUILD a également doublé la limite d’investissement de 29 milliards de dollars à 60 milliards de dollars dans le cadre du DFC. Bien que l’OPIC n’ait pas été conçu pour une région spécifique, l’Afrique sub-saharienne avait sa plus grande part de portefeuille.

L’image de l’Afrique en Amérique

La plupart des Américains ont généralement l’une des deux images suivantes de l’Afrique : un foyer primitif de famine, de maladie et de guerre civile, ou une patrie idyllique. Aucune de ces deux images n’est tout à fait correcte. Bien que l’Afrique ait plus que sa part de problèmes et qu’elle soit la patrie de nombreux Américains, il s’agit d’un continent diversifié composé de plus de 57 nations et de centaines d’ethnies et de langues ; l’Afrique est également le continent le plus jeune du monde et offre une multitude de possibilités pour l’avenir, pour certains l’avenir de l’humanité.

Le lien entre les Américains et l’Afrique date d’avant la fondation de leur pays, et il est grand temps de remplacer les perceptions erronées que les Américains ont de l’Afrique par une réalité diverse et complexe. Si bon nombre des problèmes que connaissent actuellement les nations africaines sont auto-infligés, ils sont également le résultat d’interventions extérieures, de la colonisation à la concurrence de la guerre froide. La violence dans de nombreux pays – bien qu’enracinée dans d’anciennes rivalités – a souvent été exacerbée par les actions de personnes extérieures.

L’Afrique est importante en termes de taille, de population et de taux de croissance démographique. C’est le continent actuellement le plus touché par le changement climatique, mais c’est aussi un continent qui peut avoir un impact dévastateur sur le changement climatique mondial en raison de l’importance de la forêt tropicale du bassin du Congo, qui est le deuxième plus grand absorbeur de chaleur après la forêt amazonienne. La destruction de cet important écosystème pourrait accélérer encore le réchauffement de la planète.

Les habitants de la région étant de plus en plus en contact avec les animaux de la forêt tropicale, cette région pourrait être à l’origine de la prochaine pandémie virale mondiale. L’extrémisme violent et le terrorisme augmentent en Afrique et, bien qu’ils soient aujourd’hui essentiellement localisés, le danger peut s’étendre au-delà du continent. Les crises, qu’elles soient naturelles ou provoquées par l’homme, entraînent des déplacements massifs de populations, tant sur le continent qu’à l’étranger, ce qui peut avoir des répercussions économiques, sociales et politiques négatives.

L’ambivalence de l’Amérique envers l’Afrique

L’ambivalence de l’Amérique à l’égard de l’Afrique la désavantage dangereusement dans ce continent et a des répercussions sur le leadership des États-Unis dans le monde entier. Alors que Washington se concentre sur la menace militaire russe en Europe de l’Est et sur l’expansionnisme chinois dans le Pacifique, la Russie et la Chine surpassent les États-Unis en Afrique d’une manière qui pourrait modifier fondamentalement l’équilibre mondial des forces.

Pour redonner de l’élan à son action en Afrique, Washington devrait élaborer une stratégie intégrée qui fait, potentiellement, trois choses :

  • Etablir des objectifs à l’échelle du continent avec des stratégies régionales adaptées ;
  • Etendre considérablement les investissements économiques mutuellement bénéfiques, et ;
  • Tirer parti des domaines dans lesquels les États-Unis détiennent un avantage comparatif sur leurs concurrents.

L’héritage de la politique américaine en Afrique est en dents de scie. Tout au long de leur histoire, les États-Unis n’ont pas eu d’objectifs clairs sur le continent et, par conséquent, leurs politiques ont été largement réactionnaires, oscillant entre l’exploitation, la négligence bienveillante et des tentatives peu enthousiastes de démocratisation et d’aide humanitaire.

Aux 18e et 19e siècles, l’engagement des États-Unis envers l’Afrique s’est fait principalement par le biais du commerce des esclaves. Pendant le siècle suivant, Washington a accordé peu d’attention au continent jusqu’à ce que la décolonisation coïncide avec la concurrence de la guerre froide dans les années 1950, 1960 et 1970. Dans ce contexte, les États-Unis se sont attachés à faire entrer les pays africains nouvellement indépendants dans leur sphère d’influence – ignorant souvent (ou permettant) des dirigeants aux antécédents effroyables en matière de violence et de corruption.

Après la guerre froide, la politique américaine s’est orientée vers des objectifs humanitaires, en intervenant en Somalie pour mettre fin à une famine et en lançant le plan d’urgence du président américain pour la lutte contre le sida – et un investissement de plus de 100 milliards de dollars pour combattre le VIH/sida. Après les attentats du 11 septembre, cependant, la prépondérance de l’énergie diplomatique et militaire américaine s’est concentrée sur la lutte contre les organisations extrémistes violentes dans le cadre de la guerre mondiale contre le terrorisme.

Aujourd’hui encore, Washington considère principalement le continent comme un problème à gérer plutôt que comme un partenaire pour façonner le siècle prochain. Des tendances économiques et démographiques prometteuses ont favorisé l’émergence de l’Afrique en tant qu’acteur important sur la scène mondiale. Mais les États-Unis ont été lents à établir une politique claire et proactive pour l’Afrique. Il s’agit d’un angle mort stratégique dont la plupart des décideurs américains ne semblent pas pouvoir se défaire – et que leurs concurrents n’ont pas.

Au lieu d’un problème à résoudre, la Chine et la Russie considèrent l’Afrique comme une opportunité à saisir. De 2007 à 2017, le commerce des États-Unis avec l’Afrique a chuté de 54 % alors que celui de la Chine a augmenté de 220 %. Si l’investissement total de la Russie en Afrique fait pâle figure par rapport à celui des États-Unis et de la Chine, il a augmenté de 40 % depuis 2015. La Chine soutient 46 projets portuaires en Afrique – en finançant plus de la moitié et en exploitant 11. Les États-Unis n’en soutiennent aucun.

En 2006, la Chine a lancé le Forum sur la coopération sino-africaine, qui réunit tous les trois ans des chefs d’État de tout le continent. La Russie a entamé un voyage similaire en 2019, en organisant le premier sommet Russie-Afrique à Sotchi. Les États-Unis ont organisé un événement similaire en 2014, mais ne l’ont pas fait depuis. L’administration Biden a reconnu l’erreur de Washington et a accueilli un deuxième événement en 2022, mais dans ce jeu diplomatique, les États-Unis jouent toujours derrière.

En 2015, la Chine a lancé une initiative visant à installer des télévisions par satellite dans 10 000 villages africains. Sans surprise, les téléviseurs sont livrés avec un accès gratuit et pré-chargé aux chaînes chinoises, ce qui permet de diffuser des contenus parrainés par l’État dans tous les foyers du continent. Aujourd’hui, la Russie envoie un ancien agent de renseignement comme conseiller principal en matière de défense en République centrafricaine, emploie le groupe Wagner en Libye et ailleurs, et a conclu des accords avec sept pays subsahariens pour construire leur infrastructure d’énergie nucléaire.

La stratégie de chaque concurrent a ses défauts – et il y a certainement des failles que les États-Unis peuvent exploiter – mais le contraste entre l’engagement de la Russie et de la Chine en Afrique et la négligence de Washington est frappant.

Pour un partenariat gagnant-gagnant

Depuis plus de six décennies, en Afrique, non seulement les États-Unis, mais aussi d’autres puissances riches, les institutions internationales, les organisations donatrices et de nombreux gouvernements africains eux-mêmes ont appliqué un modèle qui considérait les puissances mondiales comme les fournisseurs de solutions aux problèmes africains. Cette relation donateur-bénéficiaire a souvent échoué à apporter des progrès durables, que ce soit en matière de développement économique, de démocratisation ou de sécurité.

Pour les décideurs américains, un seul de ces nombreux échecs suffit à mettre en évidence la menace qui en résulte pour la sécurité américaine et internationale : La gouvernance corrompue et inefficace dans la région du Sahel en Afrique a déclenché la propagation d’insurrections extrémistes violentes, de coups d’État militaires et de populations de réfugiés à la recherche d’un abri. Les récentes “solutions” des États-Unis (et de la France et d’autres pays) ont échoué, soulignant que seul un véritable partenariat peut apporter des solutions africaines durables à cette crise et à d’autres.

Jeunesse africaine

Le sommet USA-Leaders Africains du mois de décembre 2022 était une occasion pour les Américains et les Africains de reconnaître les changements nécessaires à la mise en place d’un partenariat pleinement égalitaire pour relever les défis liés à l’Afrique. Les responsables américains de l’élaboration et de la mise en œuvre des politiques doivent passer à un mode d'”écoute active“, comme disent les artisans de la paix, en demandant aux Africains de décrire leur vision des problèmes et des solutions de l’Afrique. Les Africains doivent répondre en faisant preuve d’un plus grand leadership, comme le prévoit l’Agenda 2063, en élaborant des approches nationales et continentales sérieuses pour relever les défis, des approches ancrées dans les valeurs africaines et universelles de la démocratie et des droits de l’homme. Les deux parties aborderont nécessairement des questions bilatérales, mais les dirigeants africains doivent veiller à ce qu’une cacophonie de celles-ci n’étouffe pas leur message commun : le partenariat américano-africain est essentiel pour aborder les questions transnationales, ainsi que notre intérêt fondamental et partagé pour une meilleure croissance et une meilleure sécurité.

Il n’est jamais facile de rééquilibrer une relation de longue date afin de répartir plus équitablement les charges. Mais voici une ressource pour cet effort : L’Amérique est par nature un pays qui ne cesse de s’améliorer. Poussés par leur peuple et leurs valeurs afro-américaines, les États-Unis ont, au fil des générations, renforcé leurs pratiques d’inclusion et de démocratie de manière à devenir le meilleur partenaire de l’Afrique aujourd’hui.

L’expérience montre qu’un certain nombre d’homologues internationaux peuvent offrir de l’argent et des avantages transactionnels aux élites africaines. Mais les États-Unis, qui restent déterminés à “s’élever et à vivre la véritable signification de leur credo“, sont mieux placés pour offrir, et pour bénéficier, d’un partenariat égalitaire du 21e siècle avec le continent mère et ses 1,4 milliard d’habitants. De plus, cette combinaison de partenaires démocratiques peut être un moteur puissant pour les réformes si urgentes dans la gouvernance des institutions mondiales au cœur du multilatéralisme et d’un ordre mondial fondé sur des règles – les Nations unies, la Banque mondiale, le Groupe des 20 et autres.

Importance de l’Afrique aujourd’hui

Le continent africain est le deuxième plus grand du monde, avec le deuxième taux de croissance le plus rapide après l’Asie. Avec 57 pays souverains, le continent compte actuellement 1,3 milliard d’habitants. D’ici 2050, la population du continent devrait atteindre 2,4 milliards d’habitants. En 2100, le Nigeria, le pays le plus peuplé d’Afrique, comptera un milliard d’habitants, et la moitié de la croissance démographique mondiale se fera alors en Afrique.

La population des pays africains est également très majoritairement jeune. Environ 40 % des Africains ont moins de 15 ans et, dans certains pays, plus de 50 % ont moins de 25 ans. D’ici 2050, deux enfants sur cinq nés dans le monde seront en Afrique, et la population du continent devrait tripler. Ces développements ont des impacts potentiels positifs et négatifs sur les États-Unis et le reste du monde. Les jeunes Africains ont, pour la plupart, complètement sauté l’âge de l’analogie pour passer directement au numérique. À l’aise avec la technologie, ils constituent un énorme marché potentiel de consommateurs et de main-d’œuvre. Si, en revanche, les pays d’Afrique ne parviennent pas à se développer économiquement et à créer des emplois rémunérateurs pour cette jeune population, celle-ci risque de devenir une énorme source potentielle de recrues pour les mouvements extrémistes et terroristes, qui ciblent actuellement les jeunes défavorisés et désenchantés.

Le manque d’opportunités économiques, l’urbanisation croissante et les catastrophes climatiques contribueront également aux mouvements de personnes à la recherche d’une vie meilleure, ce qui aura un impact sur les économies et la sécurité non seulement sur le continent africain, mais aussi sur les situations économiques et sécuritaires dans le monde entier. Les pays qui manquent d’infrastructures essentielles, d’éducation et d’opportunités d’emploi adéquates sont mûrs pour les troubles internes et la radicalisation. En particulier, les systèmes de santé inadéquats, lorsqu’ils sont associés à des catastrophes naturelles telles que des sécheresses ou des inondations qui limitent la production alimentaire, provoquent des famines et des déplacements massifs de populations.

L’Afrique dans pensée politique américaine

Le jour même où le président Joseph Biden a exposé sa vision de l’engagement mondial au département d’État américain, il a également salué le 34e sommet de l’Union africaine (UA). Le fait que l’Afrique apparaisse sur l’écran radar du président si tôt dans son administration est prometteur. Dans son discours, le président a émis les bonnes notes. Il a commencé par renforcer l’engagement des États-Unis à être le partenaire de l’Afrique, soulignant les destins communs de l’Amérique et de l’Afrique et la nécessité pour l’Afrique et l’Amérique de “travailler ensemble pour promouvoir une vision commune d’un avenir meilleur“.

Parmi les détails de cette vision d’un avenir meilleur figurent “l’investissement dans les institutions démocratiques et la promotion des droits de l’homme” et “l’investissement accru dans la santé mondiale et la lutte contre le COVID“. Cela signifie également, a-t-il indiqué, que les États-Unis sont prêts à “s’engager dans une diplomatie soutenue avec l’Union africaine pour résoudre les conflits sur le continent“.

C’est une bonne nouvelle pour l’Afrique. D’autre part, l’Afrique est un excellent point de départ pour l’administration Biden, qui s’efforce de rétablir la position de leader des États-Unis dans le monde. En effet, c’est en Afrique que les enjeux sont les plus clairs et que l’Amérique a des intérêts économiques, géopolitiques et militaires substantiels, ainsi que des avantages concurrentiels substantiels. Pour comprendre cela, il faut voir l’Afrique moins comme un “problème” que comme une opportunité.

Le discours commun sur l’Afrique – bien qu’il ne soit généralement pas exprimé de manière aussi crue que par le 45e président des États-Unis – n’est pas très différent de celui qu’il a décrit. Que ce soit au journal télévisé du soir ou dans les forums politiques, lorsque le sujet de l’Afrique est abordé, la conversation porte le plus souvent sur les maladies, les catastrophes ou la destruction. L’Afrique a-t-elle des problèmes ? Oui, mais quel continent ou pays n’en a pas.

L’Afrique, comme la plupart des endroits, est plus que la somme de ses problèmes. Il y a 16 pays en Afrique, avec une population combinée de près d’un milliard de personnes, qui ont une économie de marché et des élections libres. Pour mémoire, ces 16 pays sont le Cap-Vert, le Ghana, le Liberia, le Sénégal, le Mali, le Nigeria, la Namibie, l’Afrique du Sud, le Botswana, le Bénin, le Malawi, le Mozambique, la Zambie, Maurice, le Kenya et la Tanzanie. La preuve la plus évidente que ces 16 pays sont sur la bonne voie. Pour les opposants qui affirment que la démocratie est “sous perfusion” en Afrique, la réalité est que, pour l’écrasante majorité des Africains, la démocratie est bien vivante.

L’Afrique possède des pays stables, dont les citoyens sont productifs. La façon dont l’Amérique s’engage en Afrique peut avoir un impact sur ses intérêts économiques pour les années à venir. Comme l’Afrique prend de plus en plus de place dans l’économie mondiale, les enjeux relatifs aux intérêts géopolitiques des États-Unis ne feront qu’augmenter. Le moment est venu de redémarrer la politique africaine de l’Amérique, tant que les États-Unis disposent du capital politique nécessaire pour faire la différence pour l’Afrique et pour eux-mêmes.

Les intérêts économiques des États-Unis et de l’Afrique

Les “seize” démocraties africaines, qui comptent près d’un milliard d’habitants, représentent un marché impressionnant qui mérite d’être exploité de diverses manières. Malgré les perturbations du marché au cours des deux dernières décennies, les villes africaines telles que Dar es Salaam, Johannesburg et Dakar se développent à un rythme phénoménal. Plus de croissance nécessite plus de capitaux. L’Amérique a certainement la possibilité de trouver une place dans cet espace. La nouvelle société américaine International Developpent Finance Corporation (IDFC) est un bon début, avec un budget de 58,5 milliards de dollars par an. L’Afrique doit investir environ 80 milliards de dollars par an dans les infrastructures dans un avenir prévisible. L’administration Biden et le Congrès feraient bien de faire monter les enchères. D’autres pays – dont la Chine, le Japon, l’Allemagne, la Corée du Sud et l’Australie – se mobilisent pour répondre à la demande.

Alors que les économies et la classe moyenne africaines continuent de croître, il existe un énorme marché pour les biens de consommation américains. Les dépenses des consommateurs et des entreprises en Afrique devraient atteindre 6,6 milliards de dollars d’ici 2030, contre 4 milliards de dollars en 2015. Là encore, la Chine, mais aussi des nations de toutes les autres régions du monde, cherchent à combler les besoins du continent en biens de consommation.

L’Afrique est plus qu’un marché de consommation américain potentiel ; elle a le potentiel d’être un centre de fabrication pour répondre aux besoins des consommateurs américains, également. La question des chaînes d’approvisionnement a fait l’objet d’une attention particulière dans l’actualité, notamment en raison de l’escalade des tensions entre les États-Unis et la Chine. Ces tensions mises à part, maintenant que le secteur manufacturier chinois est arrivé à maturité et que les coûts augmentent, l’Afrique est le meilleur endroit pour répondre aux besoins de la chaîne d’approvisionnement du secteur manufacturier.

L’Afrique est riche en jeunes et en pauvreté, ce qui se traduit par une main-d’œuvre disponible et volontaire. L’Afrique a démontré qu’elle avait le potentiel pour devenir la prochaine usine du monde. L’île Maurice, l’un des premiers entrants dans ce domaine, a créé une zone manufacturière qui a fourni des produits à l’industrie de la mode en Europe et en Amérique. La Tanzanie est un nouveau venu dans ce domaine. Il y a une nouvelle entreprise de fabrication en Tanzanie qui produit 5 000 unités par jour. (Il ne s’agit que d’une seule usine.) L’Afrique du Sud est le lieu de fabrication de choix pour les véhicules à conduite à droite de Mercedes.

Le potentiel est donc là. Mais les entreprises américaines sont loin d’avoir gratté la surface en termes d’opportunités. Sous l’administration Clinton, les États-Unis ont adopté la loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique (African Growth and Opportunity Act -AGOA-), qui prévoyait des préférences commerciales pour les produits de base et les marchandises en provenance d’Afrique. Bien que chaque administration présidentielle américaine depuis lors ait prolongé l’AGOA, peu de choses se sont produites pour inciter (ou pousser) les entreprises américaines à tirer parti de cet avantage. En conséquence, la Chine a supplanté les États-Unis en tant que premier partenaire commercial de l’Afrique.

Il y a trop d’argent sur la table pour que l’Amérique ne devienne pas plus compétitive en Afrique. De meilleurs résultats peuvent peut-être être obtenus en modifiant l’AGOA. Des groupes tels que le Corporate Council on Africa pourraient fournir des indications précieuses sur la manière de procéder. Il suffit peut-être que le président Biden prenne l’initiative de quelques missions commerciales programmées de manière stratégique et qu’il incite le ministère du commerce et le représentant américain au commerce à faire de l’Afrique une priorité plus importante. Quoi qu’il fasse pour que l’Amérique devienne compétitive sur le marché africain, c’est maintenant qu’il faut s’activer.

Au-delà du marché de la consommation et de l’industrie manufacturière, il existe également des opportunités dans les secteurs de l’énergie et des mines. Là encore, les Chinois sont en avance sur les autres. Qu’il s’agisse de vendre de l’énergie solaire ou de conclure des accords sur les matières premières, les Chinois ont une longueur d’avance sur les États-Unis. Même dans le domaine de l’exploration minière, les États-Unis sont dépassés par les Australiens et les Canadiens.

Les États-Unis doivent trouver des stratégies pour inciter les marchés financiers américains à jouer dans cet espace ; cela pourrait commencer par le financement et/ou le partenariat avec des entreprises américaines qui veulent et doivent être présentes sur le continent. Les États-Unis ont déclaré que les minéraux tels que le graphite sont des actifs stratégiques, car ils sont essentiels à l’écologisation de l’approvisionnement énergétique mondial, que ce soit pour la technologie des batteries ou la technologie solaire. Aujourd’hui, le plus grand exportateur de graphite est la Chine. Les plus grandes réserves mondiales de haute qualité se trouvent dans les pays africains, notamment en Tanzanie.

La montée en puissance de l’Afrique

Toutefois, investir en Afrique ne consiste pas seulement à concurrencer la Chine et la Russie : L’Afrique est l’épicentre de formidables opportunités. Si le capital humain est vraiment le plus grand atout de la croissance économique, l’Afrique a un potentiel inestimé. Au cours des 35 prochaines années, la population africaine devrait doubler et représenter près de 30 % de la population mondiale en 2050. D’ici 2025, 90 millions de ménages africains supplémentaires entreront dans la classe des consommateurs, ce qui représentera un pouvoir d’achat de 2 100 milliards de dollars pour l’économie mondiale.

L’Afrique a également le potentiel pour devenir le prochain épicentre mondial de la fabrication. À mesure que le coût de la main-d’œuvre augmente en Chine, les experts prévoient que 100 millions d’emplois à forte intensité de main-d’œuvre quitteront le pays d’ici à 2030, l’Afrique constituant un point de chute probable. La Brookings Institution estime que les dépenses liées à l’industrie manufacturière en Afrique augmenteront de plus de 50 %, pour atteindre plus de 660 milliards de dollars en 2030. En 2021, 54 des 57 nations africaines ont lancé la zone de libre-échange continentale africaine, un accord de libre-échange qui élimine les droits de douane sur 90 % des marchandises, permettant ainsi la libre circulation des matières premières essentielles à la prospérité de l’industrie manufacturière.

Des intérêts économiques plus immédiats sont également en jeu. L’Afrique possède de vastes réserves d’éléments de terres rares, essentiels à la production de tout, des téléphones portables et des écrans LED aux infrastructures énergétiques et aux technologies de défense. Plus des deux tiers du cobalt mondial – un ingrédient essentiel des batteries lithium-ion – se trouvent au Congo. Environ 35 % de la bauxite mondiale – un élément clé de la production d’aluminium – se trouve en Guinée. Cependant, la Chine détient actuellement un quasi-monopole sur la production mondiale d’éléments de terres rares, ce qui met en danger l’économie et la sécurité nationale des États-Unis. Si les États-Unis veulent s’assurer un accès aux matières premières nécessaires pour construire l’avenir, ils devront le faire en Afrique.

Sur le plan politique, les nations africaines exercent une influence étonnamment importante, mais subtile, sur une foule de questions mondiales. Aux Nations unies, les pays africains représentent près de 28 % des États membres, ce qui constitue un puissant bloc de vote capable de canaliser les ressources vers des initiatives conformes à ses intérêts. L’unité de l’A3 – les trois membres africains tournants du Conseil de sécurité de l’ONU – accroît la voix de l’Afrique sur les résolutions du Conseil, même celles qui ne concernent pas l’Afrique. Qui plus est, la manière dont les dirigeants africains choisiront de mettre en œuvre l’accord de libre-échange continental africain(ZELCAF) déterminera quelles puissances mondiales auront le plus grand accès aux marchés continentaux, d’une valeur de plus de 3 400 milliards de dollars. Les premières indications montrent que la Chine est le grand gagnant.

Il ne fait aucun doute que le progrès en Afrique se heurte à des obstacles. Mais des progrès sont réalisés et la vérité est que l’Afrique jouera un rôle central au cours du siècle prochain – sur le plan démographique, économique et politique – que cela plaise ou non aux États-Unis.

Exploiter le potentiel de l’Afrique

Le continent contient certaines des plus grandes réserves au monde d’éléments de terres rares et de minéraux comme le cuivre et la bauxite, des composants clés des technologies vertes émergentes. Par exemple, alors qu’une voiture à essence contient environ 15 kg de cuivre, un véhicule entièrement électrique en contient 175 kg, et une éolienne 4,7 tonnes. Un seul pays africain, la République démocratique du Congo, contient plus de la moitié des réserves mondiales de cobalt, un composant essentiel des batteries et autres énergies renouvelables. En raison de sa richesse minérale globale, la RDC est qualifiée d'”Arabie saoudite du XXIe siècle“, et ce n’est pas une exagération. Peu après son arrivée au pouvoir en 2018, le président de la RDC, Félix Tshisekedi, a clairement indiqué que sa première préférence serait de s’associer à des entreprises américaines pour développer ces ressources.

Si les États-Unis ne saisissent pas rapidement ces opportunités, elles passeront ; d’autres ont reconnu la valeur de l’Afrique et l’utilisent pour faire avancer leurs propres objectifs mondiaux. Pendant des décennies, les États-Unis ont été le premier partenaire commercial de l’Afrique, mais cela a pris fin en 2009 lorsque la Chine a dépassé l’Amérique avec environ 200 milliards de dollars d’échanges annuels. Depuis lors, la Chine n’a cessé d’accroître son engagement en Afrique sur le plan économique, culturel et diplomatique, et a inclus 39 des 57 pays africains dans son initiative mondiale “Belt and Road“, qui représente plus d’un trillion de dollars.

Au-delà des accords massifs en matière d’infrastructures et d’exploitation minière sur tout le continent, la Chine excelle dans un domaine où les États-Unis sont peu performants : l’engagement auprès des dirigeants africains au plus haut niveau. Les Africains remarquent que les Européens reçoivent des appels du président ou du secrétaire d’État américain, tandis que leurs dirigeants – sauf en de rares circonstances – traitent avec le secrétaire adjoint ou le sous-secrétaire. Les visites du président, du vice-président et même du secrétaire d’État américain sur le continent sont rares, alors que les plus hauts responsables de la Chine s’y rendent régulièrement et souvent.

Les dirigeants africains sont, toutefois, impatients de voir le commerce et les investissements américains, parce qu’ils se rendent compte que les entreprises américaines créent les types d’emplois dont leurs pays a besoin (et cela inclut les autocrates, parce qu’ils peuvent aussi voir la colère grandissante de leurs jeunes par manque d’opportunités).

On ne peut pas blâmer les Africains pour leurs accords avec la Chine : pendant des années, lorsqu’ils avaient besoin d’aide pour un projet, le seul qui frappait à la porte était Pékin. Mais, en général, les projets chinois ne transfèrent pas de technologie, ne fournissent pas d’emplois locaux (en dehors de ceux qui tournent une pelle) et ne respectent pas toujours l’environnement. Souvent, ils font même venir leurs propres fournisseurs qui remplacent les petites entreprises locales. En outre, étant donné leur opacité, les accords avec Pékin laissent souvent un pays avec une dette massive.

Quelle sera la prochaine étape ?

L’Afrique se transforme rapidement. Les politiques économiques et l’environnement des affaires sur le continent s’améliorent. Les institutions deviennent plus résilientes et la bonne gouvernance se répand. Mais il y a aussi des difficultés et des revers, comme la guerre en Éthiopie, qui bloquent des milliards de dollars d’investissements. L’accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) a marqué une étape décisive, en créant la plus grande zone de libre-échange au monde – une étape essentielle pour atteindre l’objectif d’une économie régionale plus dynamique et plus résiliente. Mais les acteurs au-delà du continent joueront également un rôle essentiel. Les relations commerciales entre l’Afrique et les États-Unis sont remodelées par les politiques et le réengagement stratégique.

L’Amérique a tenu à reconstruire des partenariats dans la région et à collaborer dans des domaines tels que le commerce, la santé, la sécurité, le changement climatique, l’innovation et la paix. Il existe également des possibilités de coopération en matière de renforcement de la démocratie et de fourniture d’une assistance technique permettant de renforcer la résilience des pays africains face aux effets du changement climatique. Un autre domaine de coopération stratégique potentielle est le soutien aux infrastructures, qui peut être fourni dans le cadre de l’initiative mondiale Build Back Better World. Les experts industriels suggèrent qu’un engagement plus fort en faveur de l’AfCFTA/ZLECAF (The African Continental Free Trade Area/ZLECAF) naissant serait un excellent point de départ.

35e Sommet de l’Union africaine

Alors que l’Afrique continue de se développer, comment ses relations économiques avec l’Amérique vont-elles évoluer ? Comment la transformation de ces relations contribuera-t-elle à soutenir le commerce et le développement tout en stimulant la croissance inclusive et la résilience ? Comment améliorer des opportunités commerciales intéressantes telles que la loi sur la croissance et les opportunités en Afrique (AGOA) ? Compte tenu de l’incertitude entourant la prolongation de l’AGOA au-delà de sa date d’expiration actuelle en 2025, comment les entreprises peuvent-elles mieux planifier leur avenir ? Des questions auxquelles l’Administration américaine doit répondre de toute urgence. Amen…

Vous pouvez suivre le Professeur Mohamed Chtatou sur Twitter : @Ayurinu

Publicité
Publicité
Publicité

 

Laisser un commentaire

Chargement…

0

L’Arabie saoudite refuse la normalisation avec Israël sans État palestinien

coran

Coran brûlé à Stockholm : la Suède exprime sa « sympathie » aux musulmans