in

Le Rectorat de Versailles refuse une subvention vitale au collège musulman de Saint-Quentin-en-Yvelines

C’est l’incompréhension qui prédomine au sein de l’équipe dirigeante de l’établissement musulman de Saint-Quentin-en-Yvelines, à l’annonce d’un refus qui a refroidi l’enthousiasme général en gelant une subvention vitale pour l’avenir.

De Slimane Bousanne, directeur du seul collège musulman du département qui n'a pas démérité, à Christophe Le Goff, président de l’association des Amis et Parents d’Elèves de l’Etablissement Musulman de Saint-Quentin- en-Yvelines (APEEMSQY), personne ne s’explique le veto opposé par le rectorat de Versailles au contrat d’association sollicité par l’institut de formation. Une simple formalité administrative, en principe tout du moins, après cinq années d’un fonctionnement sans anicroches.

Loin d’éclaircir les vraies raisons de ce rejet, la justification avancée par le Rectorat n’est pas de nature à dissiper les doutes cruels : « le manque de budget » prétexté n'a en effet convaincu aucun des responsables, mais a fait naître la suspicion et le sentiment profond d’injustice. A la stupeur des premiers instants succède aujourd’hui la colère, d’autant plus que le collège musulman remplissait toutes les conditions pour prétendre légitimement à ce contrat d’association.

Difficile de comprendre que l’avis favorable émis par trois inspecteurs à l’issue de leur visite de l’établissement en janvier dernier, corroboré par la commission de concertation de ce même Rectorat, ait pu aboutir à une telle impasse. Difficile de se résoudre à accepter que l’Académie de Versailles, la plus grande de France, qui subventionne 328 établissements privés pour un total de 133 000 élèves, n’ait  plus de budget pour soutenir financièrement les quelque 100 élèves du seul collège musulman de son territoire. La pilule est d’autant plus amère qu’un autre établissement scolaire, créé il y a cinq ans également, a bénéficié d’un traitement de faveur qui a creusé le fossé d’une disparité criante.

En privant l’établissement musulman de Saint-Quentin-en-Yvelines d’une manne d’argent substantielle, c’est le devenir de la structure que le Rectorat de Versailles met en danger, alors que les familles musulmanes ont déjà consenti de lourds sacrifices financiers depuis l’ouverture pour passer le cap fatidique des 5 ans d’existence, censé ouvrir les droits à l’obtention du contrat d’association.

Le choc passé, l’association APEEMSQY, emmenée par Christophe Le Goff, monte au créneau pour dénoncer un refus irrecevable aux lourdes conséquences, qui hypothèque l’avenir du seul et unique établissement scolaire musulman de l’Académie Versailles, en faisant planer l’ombre de la discrimination.        

Pour signer la pétition "Oui, au contrat d'association !", cliquez sans tarder sur la page Facebook de l'association des Amis et Parents d’Elèves de l’Etablissement Musulman de Saint-Quentin-en-Yvelines.                                                                               

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Amputé des deux bras, un égyptien qui joue au ping-pong avec sa bouche (vidéo)

L’affaire de la députée marocaine fliquée par son mari jaloux