in ,

Des collégiens juifs orthodoxes ont refusé d’être surveillés par des femmes lors du brevet

Comment se porte la laïcité à la française ? Tout va très bien Madame la Marquise, pourrait-on répondre en paraphrasant la célèbre chanson d’avant-guerre ! Oui, tout va très bien au pays des Lumières, si ce n’est un tout petit rien que l’on déplore : sa nature répressive et liberticide envers les musulmans, et son extraordinaire largesse d’esprit et clémence envers certaines exigences religieuses juives qui n’en finissent pas de tester sa tolérance.

Mis à part quelques récents incidents survenus dans l’enceinte du sanctuaire éducatif, tels que le report d’examens de droit à l’université Paris-Est-Créteil pour cause de fêtes juives, celles de Chavouot, et l’apparition d’un professeur en kippa pour faire passer les oraux du baccalauréat dans le lycée Condorcet, à Saint-Maur, tout va très bien, la loi de 1905 n’est plus que l’ombre d’elle-même et rien ne vient troubler l’arbitraire qui bafoue constamment et en toute quiétude ses vertueux principes, inaliénables en théorie seulement…

Tout va tellement bien que ce n’est pas le diktat imposé par une cinquantaine d’adolescents revêtus de leur kippa lors des épreuves du brevet des collèges, au sein du collège Pablo Neruda de Gagny, en Seine-Saint-Denis, qui va faire tomber les œillères de la République, d’une cécité confondante face au grignotement de ses valeurs au vu et au su de tous.

Si le port de signes religieux ostensibles n’est pas proscrit lors des examens pour les élèves, en revanche la requête, non négociable, émise par ces jeunes garçons scolarisés dans une école privée juive qui ont refusé d'être surveillés par des femmes durant les épreuves, a de quoi ébranler le principe d’égalité et faire valser la mixité hommes-femmes !

Mais tout s’est passé pour le mieux au sein du collège de Gagny, puisqu’en dépit de l’émoi d’un professeur, un seul, les collégiens en kippa ont eu gain de cause, et les deux surveillantes ont, comme par enchantement ou plutôt en un seul claquement de doigt, été remplacées par deux hommes.

Qu’à cela ne tienne, la laïcité dévoyée et partiale se porte comme un charme, fermant les yeux sur certains outrages criants pour mieux pointer du doigt le fameux péril vert source de tous les maux, aveuglée qu’elle est par un deux poids deux mesures qui ronge ses fondements avec sa bénédiction… Oui, décidément, tout va très bien Madame la Marquise !  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Christophe Oberlin de retour de Gaza : “Le Hamas redoute que la guerre civile ne s’installe en Egypte”

Solidarités