in

“Ici, les gens se respectent“ : loin des débats sur le communautarisme et le séparatisme, au Royaume-Uni, la religion se vit au grand jour (www.francetvinfo.fr)

Alors qu’en France, le gouvernement veut s’attaquer à ce qu’il appelle « le séparatisme islamiste », chez nos voisins d’Outre-Manche, les religions et l’Etat ne sont absolument pas séparés, au contraire.

Une religion d’Etat, la religion anglicane, clairement affichée ; des évêques et archevêques qui siègent constamment à la Chambre des Lords, l’une des entités du Parlement britannique, où des sièges sont réservés à des représentants religieux : loin, très loin des débats en France autour de la laïcité et du « séparatisme », la Grande-Bretagne semble assumer les communautarismes religieux sur son sol. La religion, on ne la cache pas, au contraire, même : on la chante dans l’hymne national, le fameux God save the Queen, « que Dieu protège la Reine ». Personne ne remet en cause l’hymne national dont le caractère religieux est pourtant scandé jusque dans le refrain.

La religion, quelle qu’elle soit, est omniprésente dans le quotidien des Britanniques. On l’affiche : hors de question de cacher sa foi. La société britannique autorise les signes distinctifs avec pour objectif de les banaliser, d’éviter le repli. Dans les rues de Londres, de Manchester ou d’ailleurs, vous croisez des policiers qui peuvent porter un turban sikh ou un voile islamique dans l’exercice de leurs fonctions. Même chose pour un enseignant qui peut venir en cours avec une kippa s’il le souhaite, tout comme les élèves.

Publicité
Publicité
Publicité

En France, l’école est un sujet très sensible et là encore, en Angleterre, les choses se passent différemment. Quand on parle d’école publique, on inclut les écoles confessionnelles. Elles bénéficient de subventions de la part de l’Etat. Et bien sûr, un enfant peut s’inscrire dans n’importe quelle école, quelle que soit sa religion ou celle de ses parents. Dans les écoles publiques, confessionnelles ou pas, les religions et leur histoire doivent être enseignées. Si les parents d’un élève refusent qu’il assiste aux cours de religion, il en est dispensé. Mais il est clairement stipulé qu’en aucun cas un élève ne peut revendiquer sa religion pour ne pas suivre un cours.

Les mosquées, des espaces ouverts à tous

Pour comprendre comment on vit sa religion au quotidien, nous nous rendons dans le quartier de Morden, à l’extrême sud-ouest de Londres, où se dresse l’une des plus grandes mosquées d’Europe occidentale.

Lire la suite

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laisser un commentaire

Chargement…

0

”S’il y a un séparatisme dangereux, il est lorsque des députés sortent d’une salle quand une jeune femme voilée vient à l’Assemblée nationale alors qu’elle en a le droit”, selon Éric Coquerel (www.francetvinfo.fr)

Trois adolescents algériens vainqueurs d’un grand prix international de robotique (www.visa-algerie.com)