in

Souhaiter “Joyeux Noël” aux chrétiens n’est pas interdit par l’islam

Nous portons à votre connaissance la recommandation importante formulée par Habib Ali Zain al-Abidin al-Jifri, un islamologue et éducateur spirituel soufi résidant aux Emirats arabes unis, fondateur de la Fondation Tabah, un institut de recherche basé à Abu Dhabi, sur la licéité des vœux adressés par les musulmans à leurs frères chrétiens pour Noël, et au-delà à tous les non-musulmans lors de leurs fêtes religieuses. Un avis qui bat en brèche les idées reçues et autres jugements hâtifs.

Souhaiter « Joyeux Noël » aux chrétiens n’est pas interdit par l’islam

” Je rappelle à mes frères qui figurent parmi les étudiants en Science sacrée que les érudits qui interdisent formellement de présenter ses meilleurs voeux aux non-musulmans, lors de leurs célébrations religieuses, fondent leur jugement sur la conviction que cela reviendrait à approuver des principes qui sont diamétralement opposés à ceux de l’Islam.

Aujourd’hui, il est difficile d’imaginer que féliciter des croyants, issus d’autres obédiences, à l’occasion de leurs grandes fêtes religieuses, équivaudrait à renier l’islam au profit de leur religion.

L’Islam est solidement établi, ses principes fondamentaux sont parfaitement connus, de même que ses principaux points de divergence avec les autres religions.

De leur côté, les êtres humains ont en général suffisamment mûri pour accepter la coexistence religieuse, sans aller au-delà des frontières imposées par nos fois respectives. Un Musulman qui félicite des Chrétiens pour Noël ne doit pas être perçu comme faisant sien le dogme chrétien, affirmant la divinité du Christ ou qu’il est le fils de Dieu.

De même, un Chrétien qui reçoit les meilleurs vœux d’un Musulman n’en déduira pas pour autant que son frère en Dieu a adhéré à la théologie chrétienne. Il en va de même pour un chrétien qui félicite un voisin musulman pour l’Aïd, le Ramadan ou la naissance du Prophète Muhammad (saws).

La coutume contemporaine relative à la période de Noël ne lie plus l’expression traditionnelle des vœux, telle que « Joyeux Noël », à l’affirmation de la croyance selon laquelle Jésus est le fils de Dieu. C’est une simple coutume culturelle qui cimente les bonnes relations humaines et aussi interreligieuses.

Un principe légal (qa’ida fiqhiyya) stipule : « un jugement dépend de sa cause » (yaduru Al-hukmu ma’a ‘ ilatihi wujudan wa ‘ adaman). La cause qui a conduit des savants à s’opposer aux félicitations adressées à d’autres croyants, lors de leurs fêtes religieuses, est à présent caduque et l’interdiction qu’ils imposaient n’a plus lieu d’être.

Il est important de noter que la position défendue par Al-Qayyim’s Ibn, selon laquelle les érudits s’accordaient à proscrire les félicitations adressées aux non-musulmans, n’est pas exacte. Shaykh Abdullah bin Bayyah a indiqué que l’imam Ahmad avait trois avis sur cette même question : interdit, rejet et permis. Ibn Taymiyyah a adopté sa permissivité, comme l’a précisé Ibn Al-Mardawi dans ‘Al-Insaf’.

Ceux qui se refusent à présenter leurs voeux à d’autres croyants, lors de leurs fêtes religieuses, ont tout à fait le droit de le faire, mais ils n’ont pas à imposer leur opinion à d’autres, comme si se conformer à leur choix était obligatoire. En condamnant ceux qui ne partagent pas leur point de vue et en doutant de la sincérité de leur foi, ils portent gravement atteinte à la grandeur de la sharia. Je vous en conjure : arrêtez de nuire à la noblesse de cette grande religion, à travers les mauvaises interprétations que vous en faites ! “.

 

 

 

 

9 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Mieux se connaître pour mieux se comprendre , oui . Vivre et travailler ensemble avec nos différences dans la reconnaissance et le respect mutuel oui aussi.
    La cohésion sociale dans tous les pays ne peut se faire que dans le respect des uns envers les autres.
    Loin de nous la xénophobie , le racisme , les intégrismes , les extrémismes , les sectarismes et toute forme de discrimination.
    ” Si l’homme ou la femme ne sont pas ton frère ou ta soeur dans la religion , ils sont ton frère et ta soeur dans l’Humanité “.

  2. Poser cette question est déjà un acte débile et inhumain (au sens d’être dénué de sens ou d’utilité cad d’inférieur à une paramécie)

  3. Désolé, seule une chose qu’un Musulman ne peut pas faire( c’est prier Dieu pour l’âme de quelqu’un qui ny croit pas)
    pour tout le reste nous traitons les êtres humains en partenaire humain avec les mêmes régles de droit et devoir, le respect ela gentillesse, tant qu’ils ne causent aucun mal. Donc, souhaiter une bonne fête de Noel aux Chrétien, c’est une forme de politesse et respect aux croyance des gens. C’est Dieu qui a fait qu’il y a des croyants et des non croyants et qui a créer entre vous l’amitié et la miséricorde.
    De plus, à cet occasion, comme musulmans, nous partageons le joie de la naissance de Jésus qui est aussi notre prophète et Messager, et tant pis pour eux s’ils l’élèvent au rang de Dieu, c’est leur problème.
    On ne peut pas vivre avec les gens qui vous offre un espace de vie et d’avenir et de les mépriser, ce n’est pas dans les traditions de l’Islam.
    Dans le Coran, : Il se trouve parmi les Chrétiens des hommes qui vous seront respectueux et serviables.
    Attention attentions de ces Imam mufti des chaines TV , jour et nuits à détourner les gens de Dieu, avec des interprétations moyen ageuses pour abrutir les musulmans, pendant qu’eux se trouvent dans leur tour d’ivoire à percevoir des milliards de dollars de revenu

  4. Voilà qui devrait chagriner Abou Tahar El Tlemceni, curieusement réfugié chez les kouffars de Californie, mais dont la haine et le mépris envers tout ce qui n’est pas encore musulman l’empêche de regagner l’Algérie pour contribuer au développement de celle-ci…

  5. On va mettre un concensus derrière notre dos pour faire plaisir à jifri et ses frères chrétiens comme il le dit. Ok d’accord je pense qu’il a été bercé à coup hear the world de mikael Jackson ..

  6. Celui qui souhaite un joyeux noël , n’est pas pour le refus de l’autre.
    Celui qui n’est pas pour, il faut savoir que le refus de l’autre ne s’arrête pas à noël , c’est un problème général religieux , racial , nationaliste , dicta de la pensée humaine.

    C’est une erreur de dire l’Islam interdit ou permet.
    L’Islam est un océan de liberté, une chose est certaine , un homme qui ne change pas d’avis, cela ne devrait pas exister.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les débats où Meyer Habib  s’est pris une raclée 

Le sel ne perdra jamais son goût