in

Muhammad Shahrour, le grand islamologue syrien, n’est plus

« Pour un islam humaniste ». C’est par ce dernier livre paru en novembre, dont le titre sonne comme un ultime souhait, que le grand islamologue syrien, Muhammad Shahrour, a clos son œuvre exégétique du Coran, féconde, audacieuse et éclairée, avant de rendre son dernier soupir, le 21 décembre, à Abu Dhabi.

Considéré comme l’un des principaux exégètes contemporains du Livre sacré de l’islam, il laisse derrière lui un sillage humaniste et lumineux, empreint d’une aspiration réformatrice qui suscita autant l’engouement que la controverse.

Muhammad Shahrour naquit à Damas, en 1938, d’où il s’envola pour Moscou, à la fin de ses études secondaires, pour se perfectionner en génie civil. Avant de se passionner pour l’exégèse coranique, il enseigna à la faculté de génie civil de l’Université de Damas, fort de sa formation acquise en Union soviétique. Son doctorat en poche en 1972, il devint alors professeur titulaire au sein de la même prestigieuse faculté.

Publicité
Publicité
Publicité

Il faudra attendre l’année charnière de 1990 pour qu’il connaisse la célébrité, grâce à l’ouvrage intitulé « Le Livre et le Coran », dans lequel il s’essaya à une nouvelle lecture du Coran, à la lumière d’une analyse originale de la langue arabe employée au début du VIIème siècle.

Muhammad Shahrour passera à la postérité autant pour sa volonté de réinterpréter le Texte de manière radicale, au risque de bousculer le conservatisme d’érudits traditionalistes d’Al-Azhar et de s’attirer leurs foudres, que pour sa capacité à proposer des pistes de réflexion à foison, ayant trait au renouvellement de la pensée de la loi, du statut de la femme ou encore du rapport entre politique et religion.

Selon le site émirati The National, l’émission qu’il animait pendant le Ramadan pour Abu Dhabi TV fut, en 2018, le programme le plus regardé du réseau depuis une décennie. Il a, en effet, attiré plus de trois millions de téléspectateurs, non sans avoir déclenché des joutes houleuses en ligne, tant les questions qui y étaient abordées étaient sensibles.

Publicité
Publicité
Publicité

La dépouille de Muhammad Shahrour devrait être transférée à Damas, conformément à sa volonté d’être inhumé dans le cimetière familial.

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. @ Mohammed,
    Mais pourtant, l’idjtihad de M. Shahrour porte bien sur le Coran et sa substance même !?! Il n’a pas travaillé sur la bible, la torah ou n’importe quel autre livre que le corpus du Coran.
    Et puis, après tout, dans la seconde partie du hadith du prophète (QSSSL) rapporté ci-dessus, n’est-il pas clairement spécifié : «wa men idjtahada wa lem youssib (akhfaqa), fa lahou adjran» ?
    Cela ne signifie-t-il pas que même celui qui fournit un effort, sans pour autant réussir à atteindre le but recherché, est aussi rétribué ?
    Enfin, l’attitude qui veut qu’on demeure exclusivement attaché à la lettre à ce qui a été peut-être faussement édicté par ceux qui n’avaient pas en main toutes les connaissances d’aujourd’hui ne peut d’aucune façon être qualifié d’idjtihad. Ce dernier concept signifie justement «l’avancement» par la capacité de l’Homme à aller au-delà de ce qui est admis et ancré dans les usages, grâce notamment à la raison, au savoir et à la science.
    Fraternellement.

  2. Pourquoi ne pas faire conscensus et dire qu il était musulman, un musulman éclairé et éclairant. Peu importe que certains ne partagent pas son analyse. Il a consacré sa vie à la compréhension du Noble COran, cela ne mérite -il pas un peu de respect ? Allah yarhmou.

  3. C’était un homme courageux qui a pris à bras le corps son projet d’une nouvelle lecture du coran avec ses propres yeux et non pas les yeux de ceux qui ont précédés comme il l’affirme dans ses écrits et ses conférences. Il a apporté une vision éclairée à la pensée islamique et surtout le Fiqh sur les sujets de la femme et de l’héritage. Comme tout acteur sur la voie de la réforme il a suscité des réactions et des hostilités. Ses travaux méritent d’être étudiés.

  4. Paix à son âme
    Le Dr Mohamed Chahrour n est plus
    وفاة المفكر الإسلامي الدكتور السوري محمد شحرور
    نسأل الله ان يتغمده برحمته الواسعة ويسكنه فسيح جنانه

  5. Nous somme à Dieu et vers lui nous retournerons.
    Un grand homme qui a éclairé la pensée islamique et dépoussiéré le livre coranique par son intelligence et sa profonde observation en restant respectueux des autres pensées. . Un grand chercheur de la vérité qui quitte ce monde en nous laissant avec les suiveurs aveugles et les pseudo oulama qui au cours des siècles ont métamorphosé le coran et la religion musulmane avec des fatwas parfois limite débiles pour se faire plaisir à leur gouverneurs.
    Je n’oublierai jamais son face à face intellectuelle avec la représentante de Al Azhar qu’il a ridiculisé avec respect et en direct à la télévision égyptienne.
    Je suis triste pour le monde musulman et heureux pour lui, il va retrouver sa place au Firdous Alala du paradis inchallah.

    • Mais par ses… contemporains, bien sûr !
      Notamment ceux qui gardent un esprit ouvert, respectent la valeur de l’idjtihad et accordent à la raison un droit de cité, tout comme le recommande d’ailleurs la religion d’Allah.
      Le prophète Mohammed QSSSL n’avait-il pas dit : «Men idjtahada wa assab, fa lahou adjraïni. Wa men idjtahada wa akhfaqa falahou adjrane» ?
      Puisse Dieu Le tout Puissant accorder sa miséricorde au défunt M. Shahrour et l’accueillir en son vaste Paradis.

      • Salam, effectivement l’ijtihad est une composante importante. En revanche, l’ijtihad est réalisé à partir du Coran et de la sounnah et pas à partir de l’avis personnel où sur des sujets sur lesquels il n’a pas sa place. L’ijtihad n’est pas un outil au service des humeurs ou des envies personnelles.

        • Salem
          cet article a juste le mérite de montrer l’orientation que ce site « oumma » a pris depuis déjà quelques temps;
          Avez-vous déjà entendu Mohammed Shahrour lire le Coran?
          Devant l’exigence de l’Islam , la vision de Mohammed Shahrour est la vision que certains aimeraient avoir de l’islam juste pour se libérer de ce complexe de culpabilité lorsqu’ils transgressent les lois divines;

          • Myriame,
            Avez-vous déjà entendu …..? Oui et vous l’avez-vous fait ?
            Il ne montre pas d’orientation comme vous l’écrivez mais il l’explique tout court le texte selon les règles de sémantique, étymologiques et contextuelles pour adopter le livre saint comme un livre universel tel qu’il a été envoyé, il n’est pas le seul à le faire depuis des lustres mais ces lectures ne convergent pas avec les adeptes de la sunna stricte (recueil de hadiths) qui ne peuvent et ne veulent pas dissocier les deux. Revenir au texte sacré est uniquement sa pensée et sa contribution avant tout effort dans la jurisprudence et exégèse islamique. Votre commentaire : …pour se libèrer d’une culpabilité…est un non-sens et révélateur malheureusement d’un survol de ses œuvres. Salutations

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Emmanuel Macron: « Le colonialisme fut une erreur profonde, une faute de la République »

Réponse à ceux qui affirment que souhaiter « Joyeux Noël » est interdit par l’islam