in

L’Adhan résonnera à Glasgow pendant les Jeux du Commonwealth

Ses modulations nuancées, sensibles, et pleines de maestria sont inaudibles sur le Vieux Continent, à la fois par l’interdiction formelle qui lui est faite d’émettre et par les cris d’orfraie des grands pourfendeurs de l’islam qui le réduisent au silence, l’Adhan résonne dans bien des cœurs alors qu’il ne retentit nulle part, à de très rares exceptions près : la mosquée Fittja de Stockholm qui, en plus d’être la seule mosquée de Suède à être flanquée d’un minaret, a été autorisée, en 2013, à appeler les fidèles à la prière. Ou quand le beau geste politique d’un pays nordique rend plus glacial encore le veto insurmontable du reste de l’Europe, dont la France.

L’effervescence règne à Glasgow, la cité phare d’Ecosse juste après la capitale Edimbourg, alors que les autorités locales sont dans les starting-blocks pour accueillir dignement les Jeux du Commonwealth qui se dérouleront du 23 juillet au 3 août, pendant onze jours d’une compétition très disputée, où multisports et multiculturalisme ne feront qu’un dans une mosaïque colorée de nations.

Désireux de voir rayonner l’arc-en-ciel de la diversité cultuelle et culturelle dans un ciel écossais sans nuages, le conseil municipal de Glasgow ne s’est pas écharpé dans des joutes passionnelles, qui font les heures affligeantes de notre politique politicienne de bas étage, avant de statuer, comme un seul homme, en faveur de la diffusion de l’Adhan, une fois par jour, le soir vers 22h, du 10 juillet au 4 août. Une fois la problématique du volume sonore réglée, après avoir effectué différents tests concluants, de nuit, dans la Mosquée de Glasgow, la municipalité, convaincue du bien-fondé de sa démarche, a rendu publique sa décision.

Coup de tonnerre fracassant pour les ultras de l’extrême droite locale, le feu vert officiel qui permet à l’appel à la prière de s’élancer à la tombée de la nuit, depuis la Grande Mosquée de Glasgow, ignore superbement les artisans de la peur, s’élevant, tout comme l’Adhan le fait vers le firmament, au-dessus de la cacophonie islamophobe. Sourds à leurs détracteurs furibonds, les courageux élus de Glasgow, dont l’unanimité en faveur de l’un des rites caractéristiques de l’islam est déjà remarquable en soi à l’heure où la déraison islamophobe l’emporte partout ailleurs, se félicitent d’être en mesure de satisfaire les centaines de musulmans, athlètes, officiels des Jeux, familles, et visiteurs, qui vont converger prochainement vers leur ville pour concilier harmonieusement sport, tourisme et Ramadan.

"La mosquée est située à proximité du village des athlètes. Nous avons reçu de nombreuses requêtes émanant des différentes délégations au sujet des athlètes qui observent le jeûne du Ramadan et vont se recueillir à la mosquée", a expliqué Nabeel Sheikh, le secrétaire général de la Mosquée de Glasgow, au quotidien Herald Scotland. "Nous avons été informés par le Comité du Commonwealth qu’environ 400 athlètes et membres des staffs techniques  jeûneront, et qu’après avoir entendu l’Adhan pour la prière du soir, ils pourront commencer à manger et rompre le jeûne. Nous avons donc souhaité créer les conditions d’un séjour agréable et respectueux de la tradition religieuse non seulement pour les athlètes musulmans, leurs familles, les officiels des Jeux, les médias, mais aussi pour les visiteurs qui profiteront des Jeux pour découvrir notre ville", a-t-il précisé.

Fruit d’une collaboration étroite avec les hauts dignitaires de la Mosquée de Glasgow, ce signe d’ouverture, empreint d’une tolérance religieuse qui fait cruellement défaut sous d’autres latitudes, fait des heureux d’abord à l’échelle locale, la communauté musulmane se réjouissant d’une telle avancée de nature à consolider le socle de confiance mutuelle. "Nous tenons à remercier le comité des Jeux du Commonwealth, le conseil municipal de Glasgow City Council, la police nationale et les groupes inter-religieux pour leur aide précieuse et leur soutien sans faille", a ajouté, très reconnaissant, Nabeel Sheikh, avant de renchérir : "Les médias du monde entier seront également à Glasgow et ils pourront se faire l'écho de la formidable tolérance qui anime ses habitants."

A Glasgow, point de mosquée de la discorde, et encore moins d’Adhan de l’islamisation rampante ! Les prophètes de malheur, toujours prompts à crier à la reddition devant le péril vert, n’ont pas voix au chapitre dans cette cité industrielle d'Ecosse, centre névralgique des affaires, qui préfère des sonorités harmonieuses aux tumultes de la haine.

Par la rédaction d'Oumma.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le teaser de l’interview avec Tariq Abdul-Wahad sur OummaTV (vidéo)

Algérie: bagarre lors du comité central du FLN (vidéo)