in

Marine Le Pen à l’ère de ” la nationalité française à points “

Le FN, c’est la boîte à idées du populisme, jamais en panne de trouvailles faisant soit dans le sensationnalisme abject (l’affiche de l’effroi « Non à l’islamisme ! »), soit dans le marketing politique inepte. La dernière en date est sortie du chapeau démagogique, dimanche, dans l’émission « C Politique », sur France 5 : ” la nationalité à points”.

Du permis de conduire à points à la nationalité à points, il n’y avait qu’un slogan à remanier, en plus bassement fédérateur, que les éminences grises du FN n’ont pas hésité à mettre à la sauce nationaliste de leur programme.

” Pendant dix ans on peut perdre la nationalité française si on a commis des crimes ou des délits “, ou si on ne veut ” pas se soumettre aux grands principes ” de la vie en France, a martelé sans complexes la dame de fer de l’extrême droite.

Inflexible sur l’immigration, son plus hargneux cheval de bataille, l’héritière du FN a déroulé une feuille de route où la déchéance de la nationalité fera l’effet d’une sortie de route irrémédiable : “On ne pourra pas récupérer ses points” a-t-elle expliqué, avant de seriner son antienne de campagne : “la priorité nationale” face à l’emploi, et ses couplets de “l’arrêt du regroupement familial” et de “la naturalisation automatique”.

Marine Le Pen s’évertue à donner le ” la “ du débat démocratique, en frappant, voire en tétanisant les esprits… Et peu importe si, dans le sillage cynique de celle qui se réclame haut et fort de la laïcité, gravitent de funestes personnages que la République ne saurait voir, entre chrétiens intégristes, antisémites notoires et nazillons dans l’âme, comme l’a révélé un reportage détonant, ce même dimanche, mais sur France 2, dans ” Complément d’enquête ” !

“Je peux être élue présidente de la République. Ce n’est pas un fantasme car je suis la voix de tous ceux qui n’ont plus de voix”, a conclu l’usurpatrice du renouveau frontiste, drapée dans une respectabilité de façade, sous le masque grossier de la démocrate.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Christian Estrosi, maire de Nice, en pleine tempête au sujet du carré musulman de sa ville

Une mosquée et une école coranique menacées de destruction à Marseille