in

Le vacarme de l’argent assourdit l’âme du monde

Chaque fois que je prends la plume pour écrire, c’est comme terrassé par l’impression d’avoir trop à dire. Cœur écrasé par le poids des pensées… Plume balayée par un cyclone d’émotions. Comme autant d’adresses à l’étonnement, ma plume décrit : le contraire d’écrire. La force puisée en l’âme pour la dire d’un seul tenant, se retourne alors contre elle-même, prostrée aux pieds de montagnes à gravir. Les pentes de l’imaginaire se sont éboulées dans un vacarme assourdissant et me voilà ainsi que tel à la recherche de nouvelles vallées à parcourir. Je m’exerce à la marche lente, le long des défilés, des grands lacets déclinants, jusqu’à la bourgade avoisinante… 

Je m’installe à la terrasse d’un café, fixe un long moment la ligne d’horizon, avant de me plonger dans l’écrit. On ne peut plus dire. On en a plus le droit. Il ne faut plus rien dire. Le discours de l’Argent nous l’interdit. Il interdit de dire. Il interdit de nous dire. Il interdit tout. Il interdit l’homme. Il interdit à l’homme d’exister pour autant qu’il lui interdit très précisément de parler, de s’entendre parler. Le vacarme de l’Argent assourdit l’âme du monde.

Ainsi voyez-vous, j’ai décidé d’écrire. J’ai décidé d’écrire pour me révolter. J’ai décidé de dire. J’ai décidé de dire au risque de me tromper. J’ai décidé de dire, aussi et surtout, pour me tromper. Mais enfin : avancer. Dire, enfin, ce que j’ai à dire, au risque de mal dire, naturellement, au risque d’insister. Au risque de médire, de me dédire. Mais enfin dire. Mais enfin dire c’est-à-dire exister. Mais aussi, et surtout : pour me révolter. Je ne suis pas révolutionnaire au sens périodique du terme croyez-moi. La révolution est pour moi tout sauf épisodique. C’est la loi fondamentale de l’esprit.

Certaines de ces raisons font que j’adresse aujourd’hui ce texte en ce lieu, à Oumma.com. C’est une des rares agences de presse qui m’inspire encore un peu confiance, car est une des seules qui prennent encore le risque de se tromper. Un des seuls papiers où le politiquement correct se trouve encore raturé.

Publicité

J’éprouve au fond de moi-même pour tout dire une détestation sans haine à l’égard de la bourgeoisie. Je la -teste, au sens où j’atteste la réalité du mal en quoi entièrement elle consiste. Je la déteste au sens où l’on témoigne (testabilis) à charge contre un prévenu à l’audience d’un tribunal d’assise. L’orgueil est le crime de la bourgeoisie. Mais pour autant qu’elle préside elle-même à la justice de notre monde, c’est désormais le racisme de classe qui fait jurisprudence, et le col de l’avoué, je l’aperçois de ma chaise, maculé du sang des pauvres. Réveillons-nous. Réveillons la révolution.

Laissons Marx tranquille cette fois. Mais réveillons-nous. Réveillons notre conscience de classe. Notre conscience de classe ainsi qu’elle s’élève à la noble conscience. Nous sommes appelés à descendre dans la rue pour renverser sagement l’ordre de la bourgeoisie. Mais qu’on m’entende bien ici : c’est bien à la bourgeoisie et non aux bourgeois – aux idées et non aux personnes – qu’il faut nous en prendre. La bourgeoisie capitaliste fait souffrir le monde d’une atroce souffrance, l’infecte d’une maladie épouvantable. La maladie de l’Argent. Les bourgeois sont des gens profondément malades, profondément infectés. Il faut faire vite. Très vite.

Car la bourgeoisie contamine le monde. Elle répand sur le monde l’orgueil endémique. De ce point de vue là d’ailleurs, le plus atteint d’entre tous, c’est le petit-bourgeois de la néo petite-bourgeoisie. Et de ce point de vue là, le bacille de la petite-bourgeoisie postmoderne, le petit bourgeois socialiste le véhicule, le petit bourgeois mondialiste  le véhicule, le petit-bourgeois islamiste le véhicule, tous ces petits bourgeois virulents dont la bourgeoisie d’Argent est grosse inocule désormais le virus de l’Argent, l’infection de l’Argent et de l’Orgueil, au cœur même de la Cité des hommes. Il atteint désormais l’organique. C’est-à-dire les classes moyennes.

La bourgeoisie est un état d’esprit. On peut parfois y admirer quelques reflets d’intelligence de la vie. Mais ceux-là ne procèdent le plus souvent que d’un scintillement de surface, car, au fond, cet état d’esprit est tourné entièrement vers l’Argent, de même que le surcroît de satisfaction narcissique que procure le fait d’en avoir, d’en posséder, c’est-à-dire d’en être, c’est-à-dire encore d’en publiquement pouvoir briller du plus petit éclat.

Publicité

Mais ce que le bourgeois ne voit pas alors, c’est qu’à force de vouloir posséder et dresser son argent, l’Argent finit par se dresser contre lui, l’Argent finit par se retourner contre lui et le posséder à son tour tout aussi brutalement. Et c’est ce que le bourgeois ne voit pas alors, c’est la maladie qui croît en lui. Mais il serait, je le redis, bien mal venu toutefois de lui en vouloir de vouloir s’enrichir. On ne lui a sans doute jamais montré où se trouvait la vraie richesse de l’homme. Mieux vaut alors que nous tentions d’étendre, à l’endroit du monde bourgeois, quelque havre de charité véritable, si tant est qu’il reste une seule goutte de charité sincère à faire jaillir de nos cœurs.

Car l’enfer de la bourgeoisie capitaliste brûle et assèche tout sur son passage, y compris et surtout, la source de nos âmes. Le poète est à vendre. On en fait un publicitaire. L’artiste est à vendre. On en a fait un argument. Le philosophe est à vendre. On en fait un vendu. Mais l’âme de la spiritualité n’est pas à vendre. Tout n’est pas perdu. 

L’âme de la spiritualité n’est pas à vendre. Tout n’est pas perdu. Je ne dis pas ça seulement pour le plaisir des métaphores. Ni encore moins pour le plaisir du style. Ma métaphore est un peu bancale. Mon style ne va certainement pas sans mal.

Mais le virus moral de la bourgeoisie couchera le dernier homme libre sur le pucier de l’opinion.

Publicité

La bourgeoisie d’argent globalisée réduit dorénavant chacun de nous dans la captivité de cette Opinion strictement façonnée par les valeurs d’argent. Que nous le voulions ou non, son fouet pousse toute chose vers son argent. Elle a passé les chaînes. L’une après l’autre, elle a passé les chaînes. Les chaîne de l’argent d’abord. Les chaîne de l’orgueil ensuite. Elle a passé ses lourdes chaînes d’obligations, les chaînes redoutables de son matérialisme, au cou du monde de l’homme. Au cou du monde de la sagesse de l’homme. Au cou du monde de la religion de l’homme. Au cou du monde de la science de l’homme. Au cou du monde de l’enfance de l’homme.

Elle agenouille, enchaîne et entasse tout ce petit monde de l’homme dans les cales grouillantes de sa galère d’Argent. Le monde des hommes rame et pousse la galère économique chaque jour d’un empan supplémentaire vers son triangle des Bermudes de l’argent.

Brisons nos fers, rassemblons nos rames, et jetons sur les flots, au plus loin de cette satanée galère, un radeau de survie pour l’humain. Porté par le courant de la vie simple, le radeau de l’esprit atteindra bientôt le rivage d’un monde retrouvé. Il est donc grand temps de se révolter. Nous n’avons et n’aurons jamais d’autre arme pour cela que la révolution spirituelle. Et nous n’avons pas et n’aurons jamais d’autre voie pour mener cela à bien que la pauvreté spirituelle.

La religion de l’humain est à tout le monde. Elle avance, la tête haute. Elle attend de nous sagement que nous libérions l’esclave. Elle attend de nous que nous nous libérions nous-mêmes avant toute chose du fardeau de ce regard social omniscient façonné par l’orgueil de l’avoir et de la possession. Et elle attend que nous communiquions ensuite, le principe, de cette libération.

L’orgueil, en effet, est une valeur sans classe. Il propage et dissémine la bassesse. Il voyage par l’animal. Contre le vent de l’esprit. Le gros animal de la bourgeoisie. On a perdu à peu près tout courage de l’apprivoiser. On le laisse sévir. On le laisse fouetter. On soigne même son obésité. A chaque mouvement de lui, la terre tremble un peu plus fort. Criminelle, maladive, monstrueuse, telle est la bourgeoisie d’Argent actuelle.

Mais si nous n’y prenons garde, et à supposer, par malheur, que nous ne nous révoltions pas à temps, nous finirons tous monstrueusement malades à nous entretuer. Car il n’est qu’un seul remède à l’orgueil, et c’est la Pauvreté. Car il n’est qu’un seul remède à l’orgueil, et c’est la Pauvreté. On dit de Salomon qu’il contrôlait le vent, et subjuguait les djinns. Salomon n’était pas bourgeois. Il était Pauvre dans sa richesse, et riche dans sa pauvreté.

Publicité

7 commentaires

Laissez un commentaire
  1. L’orgueil n’est pas l’apanage des bourgeois. Si l’orgueil envers les créatures est condamnable, que dire de l’orgueil envers le Créateur (swt) ?

  2. Article intéressant en globalité.

    « De ce point de vue là d’ailleurs, le plus atteint d’entre tous, c’est le petit-bourgeois de la néo petite-bourgeoisie. »
    J’ai bien apprécié cette phrase car c’est précisément ce que j’ai vu avec ces petits prolétaires récemment riches qui sont de fervents soutiens de Bernard Arnault et autres…

    J’aimerais savoir —si vous faites partie de ces auteurs qui lisent les commentaires— comment vous voyez l’Islam dans ce combat anti-capitaliste qu’est le vôtre ; ce que vous pensez de ces musulmans qui, à la façon de al-Kanz et de tant d’autres, croient en l’entreprenariat musulman ; et pour finir, ce qui causera la fin de la société capitaliste (selon vous).

    • Merci pour votre commentaire.
      Plusieurs choses me viennent à l’esprit le lisant.
      D’abord, il se pourrait en effet que Marx eût raison de dire que la question du capitalisme est une question théologique.
      Le parvenu a une religion : le fétichisme.
      Pour avoir une idée juste du sens de l’islam il nous faudrait pouvoir le penser
      dans un contexte culturel favorable à la pensée, l’humanisme.
      C’est ce pouvoir qui nous fait actuellement défaut. Alors de quoi vous entretient le musulman
      conséquent de nos jours quand vous le rencontrez : “”business model”, “plan d’investissement”, la panoplie rhétorique (devenue) banale du self made man.
      Or (sic), à dégager l’idée de l’islam, l’idée forte qui le tient dans le temps et dans ses vicissitudes, c’est celle d’un communisme métaphysique qui domine, dans l’absolu.
      L’anti-capitalisme a son avenir dans une abbaye de Thélème que précéderait la lecture comme
      épopée libératrice.

      • Vous pensez donc qu’il faille comme éduquer le proletariat afin qu’il abolisse l’aliénation ?

        Je n’ai pas bien compris, je dois le dire !

      • « L’idée de l’islam […] celle d’un communisme métaphysique ». Vous auriez pu dire la même chose du christianisme au passage. Vous avez bien fait en revanche de ne pas vous appuyer sur Marx dans votre texte. N’est-ce pas lui qui écrivait :

        « Le fondement de la critique irréligieuse est : c’est l’homme qui fait la religion, ce n’est pas la religion qui fait l’homme. Certes, la religion est la conscience de soi et le sentiment de soi qu’a l’homme qui ne s’est pas encore trouvé lui-même, ou bien s’est déjà reperdu. Mais l’homme, ce n’est pas un être abstrait blotti quelque part hors du monde. L’homme, c’est le monde de l’homme, l’État, la société. Cet État, cette société produisent la religion, conscience inversée du monde, parce qu’ils sont eux-mêmes un monde à l’envers. La religion est la théorie générale de ce monde, sa somme encyclopédique, sa logique sous forme populaire, son point d’honneur spiritualiste, son enthousiasme, sa sanction morale, son complément solennel, sa consolation et sa justification universelles. Elle est la réalisation fantastique de l’être humain, parce que l’être humain ne possède pas de vraie réalité. Lutter contre la religion c’est donc indirectement lutter contre ce monde-là, dont la religion est l’arôme spirituel.
        La détresse religieuse est, pour une part, l’expression de la détresse réelle et, pour une autre, la protestation contre la détresse réelle. La religion est le soupir de la créature opprimée, l’âme d’un monde sans cœur, comme elle est l’esprit de conditions sociales d’où l’esprit est exclu. Elle est l’opium du peuple. L’abolition de la religion en tant que bonheur illusoire du peuple est l’exigence que formule son bonheur réel. Exiger qu’il renonce aux illusions sur sa situation c’est exiger qu’il renonce à une situation qui a besoin d’illusions. La critique de la religion est donc en germe la critique de cette vallée de larmes dont la religion est l’auréole. »

        Pourtant, on peut trouver du sens dans votre propos. L’islam porte en effet nativement une dimension politique et le communisme vire à la religion chez les militants les plus fanatiques. Les islamistes comme les gauchistes promeuvent un « idéal » plus ou moins absolu, qui est en fait, sous couvert de réforme radicale, la négation de l’homme, du monde, de la vie tels qu’ils sont. Ce qu’ils nomment compassion n’est que ressentiment parce que fondamentalement ils envient ceux qu’ils voient comme leurs oppresseurs. Voilà pourquoi quand on les laisse faire, on aboutit à des dictatures qui ne dédaignent pas de verser le sang pour imposer leur « vérité ». Tous les régimes communistes et islamistes en témoignent : ils n’ont pas apporté plus mais moins de libertés et de bonheur à l’humanité. L’islamo-gauchisme désigne donc une alliance idéologique naturelle qui repose sur le nihilisme et aspire à l’aliénation. Rien de moins que le contraire d’un humanisme. Car désigner la bourgeoisie comme un ennemi à prendre en détestation n’auréole d’aucune gloire malheureusement. Elle ne témoigne que d’une inversion des valeurs. Mais la « vérité » est ailleurs j’en ai bien peur …

  3. LE TEMPS C’est DE L’ ARGENT …. SI L’HOMME EN ACCUMULE TANT, C EST PEUT ETRE POUR COMPENSER LE FAIT QUE SON TEMPS SUR TERRE EST COMPté. QU’il EN AIT UNE CONSCIENCE PLUS OU MOINS CONNUE DE LUI …

    L’HOMME QUI DIT QU’IL N A PAS BESOIN D’ARGENT LE FAIT PAR DEPIT : DONNEZ LUI 1 MILLION, S’ IL LE REFUSE CE SERA PAR ORGUEIL….. OU PAR EXTREME HUMILITé/SAGESSE et DANS CE DERNIER CAS, ON POURRA DIRE QUE c’EST UN SAINT ET QU’IL FAUT PRENDRE EXEMPLE SUR LUI MAIS, QUI CONSENT A ETRE PAUVRE QUAND ON VOIT AUTOUR DE NOUS TOUS ” LES BIENS” QUE L’ON PEUT AVOIR …? LE PAUVRE n’ASPIRE QU A ECHAPPER A SA CONDITION MEME S’IL CRITIQUE CEUX QUI SONT RICHES ….
    NOUS NE SOMMES PLUS à l’ERE DES SAINTS ..CHOISIR, SI ON LE PEUT “ETRE” OU “AVOIR” …
    ET ON A LE DROIT DE CHANGER AU COURS DE SA VIE ….. CHACUN(E) SES CONDITIONS . SES CROYANCES, FARDEAUX, PASSéS, EXPERIENCE ; TOUT CHANGE A “CHAQUE SECONDE “…HEUREUSEMENT … “CHACUN SON TOUR ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Attentat suicide à Tunis: 3 policiers et 2 civils blessés

Un Mémorial en mémoire des 51 victimes de Christchurch pourrait bientôt sortir de terre