in

Le vacarme de l’argent assourdit l’âme du monde

Chaque fois que je prends la plume pour écrire, c’est comme terrassé par l’impression d’avoir trop à dire. Cœur écrasé par le poids des pensées… Plume balayée par un cyclone d’émotions. Comme autant d’adresses à l’étonnement, ma plume décrit : le contraire d’écrire. La force puisée en l’âme pour la dire d’un seul tenant, se retourne alors contre elle-même, prostrée aux pieds de montagnes à gravir. Les pentes de l’imaginaire se sont éboulées dans un vacarme assourdissant et me voilà ainsi que tel à la recherche de nouvelles vallées à parcourir. Je m’exerce à la marche lente, le long des défilés, des grands lacets déclinants, jusqu’à la bourgade avoisinante… 

Je m’installe à la terrasse d’un café, fixe un long moment la ligne d’horizon, avant de me plonger dans l’écrit. On ne peut plus dire. On en a plus le droit. Il ne faut plus rien dire. Le discours de l’Argent nous l’interdit. Il interdit de dire. Il interdit de nous dire. Il interdit tout. Il interdit l’homme. Il interdit à l’homme d’exister pour autant qu’il lui interdit très précisément de parler, de s’entendre parler. Le vacarme de l’Argent assourdit l’âme du monde.

Ainsi voyez-vous, j’ai décidé d’écrire. J’ai décidé d’écrire pour me révolter. J’ai décidé de dire. J’ai décidé de dire au risque de me tromper. J’ai décidé de dire, aussi et surtout, pour me tromper. Mais enfin : avancer. Dire, enfin, ce que j’ai à dire, au risque de mal dire, naturellement, au risque d’insister. Au risque de médire, de me dédire. Mais enfin dire. Mais enfin dire c’est-à-dire exister. Mais aussi, et surtout : pour me révolter. Je ne suis pas révolutionnaire au sens périodique du terme croyez-moi. La révolution est pour moi tout sauf épisodique. C’est la loi fondamentale de l’esprit.

Certaines de ces raisons font que j’adresse aujourd’hui ce texte en ce lieu, à Oumma.com. C’est une des rares agences de presse qui m’inspire encore un peu confiance, car est une des seules qui prennent encore le risque de se tromper. Un des seuls papiers où le politiquement correct se trouve encore raturé.

J’éprouve au fond de moi-même pour tout dire une détestation sans haine à l’égard de la bourgeoisie. Je la -teste, au sens où j’atteste la réalité du mal en quoi entièrement elle consiste. Je la déteste au sens où l’on témoigne (testabilis) à charge contre un prévenu à l’audience d’un tribunal d’assise. L’orgueil est le crime de la bourgeoisie. Mais pour autant qu’elle préside elle-même à la justice de notre monde, c’est désormais le racisme de classe qui fait jurisprudence, et le col de l’avoué, je l’aperçois de ma chaise, maculé du sang des pauvres. Réveillons-nous. Réveillons la révolution.

Laissons Marx tranquille cette fois. Mais réveillons-nous. Réveillons notre conscience de classe. Notre conscience de classe ainsi qu’elle s’élève à la noble conscience. Nous sommes appelés à descendre dans la rue pour renverser sagement l’ordre de la bourgeoisie. Mais qu’on m’entende bien ici : c’est bien à la bourgeoisie et non aux bourgeois – aux idées et non aux personnes – qu’il faut nous en prendre. La bourgeoisie capitaliste fait souffrir le monde d’une atroce souffrance, l’infecte d’une maladie épouvantable. La maladie de l’Argent. Les bourgeois sont des gens profondément malades, profondément infectés. Il faut faire vite. Très vite.

Car la bourgeoisie contamine le monde. Elle répand sur le monde l’orgueil endémique. De ce point de vue là d’ailleurs, le plus atteint d’entre tous, c’est le petit-bourgeois de la néo petite-bourgeoisie. Et de ce point de vue là, le bacille de la petite-bourgeoisie postmoderne, le petit bourgeois socialiste le véhicule, le petit bourgeois mondialiste  le véhicule, le petit-bourgeois islamiste le véhicule, tous ces petits bourgeois virulents dont la bourgeoisie d’Argent est grosse inocule désormais le virus de l’Argent, l’infection de l’Argent et de l’Orgueil, au cœur même de la Cité des hommes. Il atteint désormais l’organique. C’est-à-dire les classes moyennes.

La bourgeoisie est un état d’esprit. On peut parfois y admirer quelques reflets d’intelligence de la vie. Mais ceux-là ne procèdent le plus souvent que d’un scintillement de surface, car, au fond, cet état d’esprit est tourné entièrement vers l’Argent, de même que le surcroît de satisfaction narcissique que procure le fait d’en avoir, d’en posséder, c’est-à-dire d’en être, c’est-à-dire encore d’en publiquement pouvoir briller du plus petit éclat.

Mais ce que le bourgeois ne voit pas alors, c’est qu’à force de vouloir posséder et dresser son argent, l’Argent finit par se dresser contre lui, l’Argent finit par se retourner contre lui et le posséder à son tour tout aussi brutalement. Et c’est ce que le bourgeois ne voit pas alors, c’est la maladie qui croît en lui. Mais il serait, je le redis, bien mal venu toutefois de lui en vouloir de vouloir s’enrichir. On ne lui a sans doute jamais montré où se trouvait la vraie richesse de l’homme. Mieux vaut alors que nous tentions d’étendre, à l’endroit du monde bourgeois, quelque havre de charité véritable, si tant est qu’il reste une seule goutte de charité sincère à faire jaillir de nos cœurs.

Car l’enfer de la bourgeoisie capitaliste brûle et assèche tout sur son passage, y compris et surtout, la source de nos âmes. Le poète est à vendre. On en fait un publicitaire. L’artiste est à vendre. On en a fait un argument. Le philosophe est à vendre. On en fait un vendu. Mais l’âme de la spiritualité n’est pas à vendre. Tout n’est pas perdu. 

L’âme de la spiritualité n’est pas à vendre. Tout n’est pas perdu. Je ne dis pas ça seulement pour le plaisir des métaphores. Ni encore moins pour le plaisir du style. Ma métaphore est un peu bancale. Mon style ne va certainement pas sans mal.

Mais le virus moral de la bourgeoisie couchera le dernier homme libre sur le pucier de l’opinion.

La bourgeoisie d’argent globalisée réduit dorénavant chacun de nous dans la captivité de cette Opinion strictement façonnée par les valeurs d’argent. Que nous le voulions ou non, son fouet pousse toute chose vers son argent. Elle a passé les chaînes. L’une après l’autre, elle a passé les chaînes. Les chaîne de l’argent d’abord. Les chaîne de l’orgueil ensuite. Elle a passé ses lourdes chaînes d’obligations, les chaînes redoutables de son matérialisme, au cou du monde de l’homme. Au cou du monde de la sagesse de l’homme. Au cou du monde de la religion de l’homme. Au cou du monde de la science de l’homme. Au cou du monde de l’enfance de l’homme.

Elle agenouille, enchaîne et entasse tout ce petit monde de l’homme dans les cales grouillantes de sa galère d’Argent. Le monde des hommes rame et pousse la galère économique chaque jour d’un empan supplémentaire vers son triangle des Bermudes de l’argent.

Brisons nos fers, rassemblons nos rames, et jetons sur les flots, au plus loin de cette satanée galère, un radeau de survie pour l’humain. Porté par le courant de la vie simple, le radeau de l’esprit atteindra bientôt le rivage d’un monde retrouvé. Il est donc grand temps de se révolter. Nous n’avons et n’aurons jamais d’autre arme pour cela que la révolution spirituelle. Et nous n’avons pas et n’aurons jamais d’autre voie pour mener cela à bien que la pauvreté spirituelle.

La religion de l’humain est à tout le monde. Elle avance, la tête haute. Elle attend de nous sagement que nous libérions l’esclave. Elle attend de nous que nous nous libérions nous-mêmes avant toute chose du fardeau de ce regard social omniscient façonné par l’orgueil de l’avoir et de la possession. Et elle attend que nous communiquions ensuite, le principe, de cette libération.

L’orgueil, en effet, est une valeur sans classe. Il propage et dissémine la bassesse. Il voyage par l’animal. Contre le vent de l’esprit. Le gros animal de la bourgeoisie. On a perdu à peu près tout courage de l’apprivoiser. On le laisse sévir. On le laisse fouetter. On soigne même son obésité. A chaque mouvement de lui, la terre tremble un peu plus fort. Criminelle, maladive, monstrueuse, telle est la bourgeoisie d’Argent actuelle.

Mais si nous n’y prenons garde, et à supposer, par malheur, que nous ne nous révoltions pas à temps, nous finirons tous monstrueusement malades à nous entretuer. Car il n’est qu’un seul remède à l’orgueil, et c’est la Pauvreté. Car il n’est qu’un seul remède à l’orgueil, et c’est la Pauvreté. On dit de Salomon qu’il contrôlait le vent, et subjuguait les djinns. Salomon n’était pas bourgeois. Il était Pauvre dans sa richesse, et riche dans sa pauvreté.

3 commentaires

Laissez un commentaire
    • depuis quelques jours, je ne rencontre que des personnes qui parlent d’argent. C’est le seul prisme de leur existence, leur seule motivation, leur seule valeur. Je me retrouve parfois désarçonné par temps de vide et surtout par la certitude qu’ils ont que tout le monde ne peut penser que comme cela. Toute action humaine est jugée selon leur seule grille d’identification monolithique, l’argent. Un acte gratuit, la volonté d’aider l’autre, de partager leurs semble totalement étranger et même louche, cela cache une volonté de faire de l’argent, c’est forcé il y a un truc. Même les actes les plus anodins sont source de méfiance, aider une personne âgée à porter ses sacs trop lourds (je dois les rassurer, je ne vais pas m’enfuir avec leurs courses), tenir la porte à une personne pour la laisser entrer… Les gens sont sur la défensives, méfiants… les valeurs que j’ai reçu par mon éducation forte classique n’ont plus court ou elles sont perçues comme une duperie (vais je abuser de la personne âgée sans défense ?, si je tiens la porte c’est que je veux draguer la fille…). J’avais reçu des valeurs qui n’ont plus courts, aider l’autre était la plus belle récompense, où est passé l’esprit chevaleresque, l’honneur, la dignité ?

      J’avais déjà rencontré ce style d’incompréhension quand par exemple j’avais quitté mon poste de formateur informatique au siège social de Renault (j’ai pu former personnellement tous les cadres dirigeants de l’époque, de Louis Schweitzer à Carlos Goshn alors numéro 2, j’étais leur formateur personnel, je rentrais dans leur bureau directement alors que les sous directeurs devaient patienter dans la salle d’attente (façon de bien réaffirmer la hiérarchie ce qui me valait une “aura” au siège social (ridicule)), bref un poste en or, protégé, très lucratif. Cela ne m’a pas empêché de démissionner, pour gagner deux fois moins en travaillant comme professeur d’histoire en ZEP dans le 93, je potassais le capes et l’agrégation en candidat libre après mes journées de boulot au siège. Mais j’avais encore des gens autour de moi qui pouvaient comprendre qu’il vaut mieux avoir un boulot que je pouvais estimer alors utile à la société qu’un boulot bien payé sans intérêt social. C’était il y a 13 ans.

      Aujourd’hui, quand je regarde autour de moi, je ne vois plus beaucoup de personnes qui essayent d’être heureuses, de remplir leur vie par une activité intéressante, une passion même si elle n’est pas spécialement lucrative. Je reçois des emails qui me disent mais pourquoi tu trades pas plus, pourquoi tu ne fais pas que cela ? Parce que l’argent n’est pas un but, la liberté oui et on peut-être très libre avec peu d’argent. Je préfère passer une journée à bouquiner, à faire la planche à la piscine que trader pour me dire super j’ai gagné 1000€, mais j’ai rien fait de ma journée juste gagné de l’argent qui va s’accumuler sur un compte. Encore plus, encore plus… pourquoi ? Une nouvelle voiture ? Triste…;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La mozzarella halal en plein essor

Inde: polémique autour de deux exemplaires du Coran et de la Bible retirés du mémorial dédié au président Kalam