in ,

Choix et résumé des questions – réponses concernant le Ramadhan

Béni soit Celui qui nous donne chaque année une occasion tant espérée : Ramadhan, le mois du jeûne dans toute sa plénitude, pour lequel ce site consacre toutes ses pages depuis quinze jours. Mois béni, de l’adoration, du Rappel, du Coran et de la solidarité, nous l’avons compris, le jeûne n’est pas uniquement une privation du boire et du manger.. !Heureusement, il est plus que cela ! En effet, l’on demanda à l’Envoyé d’Allah , dans un hadith collecté par Ibnou Majah  : « Quel est le meilleur des Hommes ? » Il a répondu : « Tout homme au cœur « makhmoum », à la langue véridique ! » On lui dit alors : « Nous connaissons l’Homme à la langue véridique, mais que signifie au cœur makhmoum ? »Il dit : « C’est le cœur pur et pieux où il n’y a ni péché, ni injustice, ni ressentiment, ni jalousie »

Alors chères sœurs, chers frères, nous avons encore du temps, dans cette période dont l’une des nuits est meilleure que mille mois ( soir du vendredi 22 décembre 2000) à nous de concrétiser et de faire nos preuves car «  …personne ne sait ce qu’il acquerra demain, et personne ne sait dans quelle terre il mourra… »  (Sourate 31 Louqmane, sens du verset 34)

Moussa ALLEM

Choix et résumé des questions – réponses lors du cours du dimanche 3 et des prêches du vendredi 8 décembre 2000, par le cheikh Ibrahim HALITIM

Je me protège auprès d’Allah contre Satan le lapidé, Au Nom d’Allah, Clément et Miséricordieux, et que la Paix et la Prière d’Allah soient sur notre Prophète Mouhammad sur sa famille et ses Compagnons jusqu’au jour du Jugement dernier. Aujourd’hui, chères sœurs et frères, nous allons tenter de répondre à certaines de vos interrogations. Permettez-moi, en premier lieu de vous rappeler que je jeûne ne doit pas être prétexte pour paresser ou éviter certaines activités. En effet, des professeurs me rapportent le comportement de certains élèves, qui au lycée, parce qu’ils jeûnent, refusent par exemple de faire des travaux pratiques pour lesquels ils doivent stériliser leurs mains à l’alcool, affirmant que « ce produit rompt le jeûne ! »

Quand on sait que de grands efforts ont été accomplis, aux premiers temps de l’islam, durant le Ramadhan ! En effet, la bataille de Badr ( 17 du mois ), la Victoire de la Mecque, et plus tard, Aïn Jalout. Une fois encore, vous devez montrer LA bonne image de l’islam et non une vision tronquée. Vous êtes, au lycée, comme celles et ceux qui travaillent. Le jeûne est important certes, mais de grâce, L’islam recommande à celles et ceux qui le confessent le respect de soi et des autres. Pendant le jeûne de Ramadhan – plus peut-être qu’à toute autre période – notre comportement doit être exemplaire.

Une autre question m’est venue d’un enseignant : « Bonjour,… j’aimerai savoir ce que dit le Coran sur l’école et l’éducation. De plus, j’aimerai également savoir si l’heure de fin du jeûne doit être strictement respectée.Dans mes classes cela ne me dérange pas qu’un élève mange une datte et boive quelques gorgées d’eau mais hélas certains en profitent pour faire un véritable casse-croûte pendant le cours. Ne pourraient-ils pas manger pendant l’interclasse de 16h55 à 17h même si le jeûne ne prend fin qu’à 17h05 par exemple.Merci de me répondre où de m’orienter dans mes recherches.

Cordialement,Eric »

Cher monsieur, tout d’abord l’islam honore les savants et la recherche du savoir est une obligation à tout musulman ( ne ). C’est vous dire l’importance que le Coran donne à l’éducation.  Quant à la fin de la journée de jeûne, je vous remercie de laisser vos élèves rompre le jeûne à l’heure juste, cela est primordial.

En revanche, qu’ils ne fassent pas un festin. Une gorgée d’eau, une datte suffisent, prises discrètement, en quelques secondes. Cela pour ne gêner ni vous, ni les élèves non musulmans. Beaucoup de musulmans travaillent à l’heure de la rupture et pour autant, ne se plaignent pas, et attendent de rentrer chez eux, pour manger à satiété.Quelques personnes âgées, viennent à la prière du Tarawih, après avoir rompu le jeûne avec quelques dattes et ne prennent un véritable repas qu’après avoir accompli les prières ( vers 20h00)

Le cas du vieillard : Les personnes âgées qui ne peuvent endurer la faim ou la soif sont dispensées du jeûne. Et dans ce cas, puisque l’on ne peut faire un jeûne compensatoire, l’on est tenu, pour chaque jour manqué, de nourrir une personne nécessiteuse ( en l’invitant chaque jour manqué ) ou de lui verser une somme équivalente à un repas.

Les médicaments à usage externe :L’on peut utiliser de la pommade ( pour les sportifs par exemple ), des crèmes sur la peau, des gouttes dans les yeux ou les oreilles, le nez ( ndlr : mais attention à ne pas atteindre la gorge, sinon le jeûne est rompu )

Les piqûres ne rompent pas le jeûne, donc le vaccin, la prise de sang sont permis.

Le dentifrice et le siwak :Le siwak est une sorte de bâton de «  réglisse »  taillé dans du bois odorant. L’utiliser ( al istyiak) est, selon tous les théologiens, une bonne chose. Certains parmi eux, et notamment Achaféï et Malek, qu’Allah leur fasse Miséricorde, en ont fait une sounna ( tradition prophétique ), sauf si le bois est vert car des particules pourraient entrer dans la gorge.Le Prophète le faisait à tout moment de la journée : ablutions, prière, récitation du Coran et selon Aïcha, qu’Allah l’agrée, il se levait la nuit pour se frotter les dents.Amar Ibnou Rabi’a rapporte qu’il l’a vu utiliser son siwak en période de jeûne.

Selon les oulémas de l’école de Ibnou Hanbal, qu’Allah lui fasse Miséricorde, cela est «  makrouh » ( déconseillé ou blâmable ). Sans l’interdire, ils s’appuient sur le hadith : «  Pour Allah, l’haleine du jeûneur est plus agréable que l’odeur du musc » ( collecté par Al Boukhari )Quant au dentifrice, certains théologiens l’interdisent, d’autres le permettent. Pour sortir de ces divergences, je vous conseille de l’utiliser avant le fadjr.

Le baume sur les lèvres:oui

Le parfum :Il ne rompt pas le jeûne, l’encens dans une maison non plus !

Le gel dans les cheveux :Evidemment non !

La femme en état de menstrues : Les règles et les lochies ( ou saignement pendant les semaines qui suivent l’accouchement ) constituent les pollutions majeures ( djanaba ). Aussitôt déclarées, elles invalident le jeûne ( même à deux minutes du maghrib ) et la journée devra être rattrapée. Bien sûr, ni la prière, ni le jeûne ne peuvent être suivis. Pas plus que les tours rituels autour de la Ka’aba ou toucher le Coran ( Le réciter dans son cœur, Oui ).

La tradition considère comme menstruel le sang s’écoulant en dehors de l’utérus et que la femme peut constater. Il faut s’assurer cependant que ce sont bien des règles (sinon consultez un gynécologue ). Le sang peut être rouge, noir, jaune, jaune clair, vert ou gris. Les émissions d’une autre couleur, blanchâtre ou blanche, par exemple, ne sont pas considérées comme menstruelles et, par conséquent, n’invalident ni la prière, ni le jeûne. ndlr: Vous devez vous baser sur votre propre période de règles, qui comme vous le savez, change d’une personne à l’autre.

Après les règles, si l’on est encore en période de jeûne, la musulmane doit le reprendre ( pas le jour de l’Aïd ). Si vous retrouvez votre état de pureté dans la journée, vous ne jeûnerez que le lendemain.Le jour même ou le lendemain, vous ferez le « Ghousl », la grande ablution.Enfin, pour compenser, les jours manqués, vous jeûnerez un nombre de jours équivalent.

Peut-on utiliser un médicament pour stopper les règles et ainsi jeûner ?Selon l’avis des théologiens du rite Hanbalite, l’on peut utiliser un remède pour continuer à jeûner. Pour le Hadj aussi. L’on peut utiliser la pilule, par exemple ( si elle vous est déjà prescrite ) Si vous la prenez sur un cycle de 21 jours, demandez à votre médecin, si vous ne risquez rien à entamer la plaquette suivante et si vous pouvez recaler facilement l’écart occasionné.

Peut-on utiliser le khol : Oui ! Alors que les savants malékites le déconseillent sans raison. Pour ce qui est du maquillage, en général, que ce soit en période de jeûne du Ramadhan ou le reste de l’année, cela n’est pas permis à la musulmane célibataire pour éviter d’attirer les regards sur elle.

Quant à la femme mariée, pendant le Ramadhan, le soir, elle peut se maquiller pour plaire à son mari. Mais la journée, cela ne rompt pas le jeûne. Le cas de la femme enceinte ou qui allaite :La femme qui attend un enfant et qui craint de lui faire courir un risque est dispensée de jeûne, surtout si cela est confirmé par un médecin qualifié. Il en est de même pour la mère nourricière qui craint de ne pas assurer au bébé la quantité de lait suffisant.Certaines de nos s sœurs n’ont pas jeûné pendant une, deux, voire plusieurs années parce que les enfants se sont succédés. Comment faire, alors, pour compenser le jeûne manqué ?

Partant du principe qu’elles peuvent difficilement rattraper le jeûne manqué durant l’année en cours, il est préférable qu’elles payent « la fidya », c’est à dire une somme compensatoire ou nourrir une personne pauvre pour chaque jour manqué.

Ndlr : le prix d’un repas, en France, est estimé à trente francs. Mais c’est là un minimum. Si vous le pouvez, donnez plus. Exemple : 30f x 30 jours manqués = 900 FF.Cette somme peut être donnée à une personne ou divisée entre plusieurs.

Le cas de celle ou celui qui entre en islam et qui n’a donc jamais jeûné. Doit-on rattraper les ramadhan manqués ? En principe, l’entrée en islam, efface ce qui précède. Quant à moi, je propose à ce jeune qui me pose la question – et c’est une fatwa personnelle – de profiter, dans sa vie, des journées courtes en hiver pour faire le plus de journées de jeûne avec l’intention de rattraper les jours manqués.

ndlr : ceci est une fatwa de l’imam HALITIM qui sous-tend la question du rattrapage des prières etc…. Je lui ai demandé des précisions et il m’a répondu que « de nombreux théologiens étaient de cet avis, pour les « musulmans d’origine », qui finalement ont du entendre un jour ou l’autre, parler d’islam et qui auraient pu pratiquer. En revanche, pour les convertis, ils n’ont pas à rattraper ni le jeûne, ni les prières manquées »Et Allah Seul est Le Plus Savant !

Le vomissement :Seul le vomissement provoqué par l’intromission des doigts dans la gorge rompt le jeûne. Selon Abou Horeïra, qu’Allah l’agrée, Le Prophète a dit «  quiconque vomit involontairement n’est redevable d’aucune réparation, amis qui provoque le vomissement, est tenu de compenser le jour manqué. »Ndl : si l’on vomit involontairement, attention à ne pas ravaler !  Les rapports sexuels : Ils sont formellement interdits dans la journée du jeûne, mais ils sont licites du maghrib jusqu’au lendemain avant le fadjr.Puisqu’ils entraînent la pollution majeure ( djanaba ), les époux doivent faire la grande ablution, de préférence avant le fadjr. Si cela est fait après, le jeûne reste valable.En clair, on peut jeûner en état de djanabaNdlr : il s’agit, pour cette question, de rapports sexuels permis, c’est-à-dire, dans le cadre du mariage. Et Seul Allah est Le Plus savant !  ndlr : note de la rédaction  ® Mosquée El Feth décembre 2000 ramadhan 142149, rue Suzanne Lannoy-Blin 59720 Louvroil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réaction à l’article du Dr M.HAMIDULLAH

Le Coran revisité par la philologie : des manuscrits ’Satanique’ ? (Traduction : Courrier International)