in

Algérie : mandat d’arrêt international contre le général Nezzar et son fils Lotfi

La justice militaire a émis, ce mardi 6 août 2019, un mandat d’arrêt international à l’encontre de l’ancien ministre de la Défense Khaled Nezzar, rapporte le site ObservAlgérie.  D’autres mandats ont aussi été émis ; contre son fils Lotfi, gérant de la société de la télécommunication SLC, et contre Farid Belhamdine, gérant de la Société algérienne de pharmacie, selon l’EPTV. La télévision publique algérienne affirme que les trois mis en cause sont poursuivis pour « complot et atteinte à l’ordre public ».

Rappelons également qu’un article de Mondafrique avait révélé en avril 2019    que  “Le propriétaire du site Algériepatriotique et fils du général Nezzar, Lotfi Nezzar, aurait recyclé et blanchi près de 200 millions de dollars dans l’immobilier en Espagne, notamment dans la région de Barcelone.”

NDLR: Accusé de crimes de guerre commis lors de la décennie noire en Algérie, Nezzar  a occupé divers postes à responsabilités dans l’armée. Chef des armées terrestres en 1986, il a été promu chef d’état-major puis Ministre de la Défense en 1990. A ce poste, il est devenu l’homme de toutes les décisions au sein du pouvoir.  De 1992 à 1994, il a été l’un des cinq membres du Haut Comité d’Etat (HCE), junte militaire de cinq membres remplaçant le président élu. M. Nezzar a été considéré comme l’un des hommes les plus puissants du régime au début des années 1990, alors que la « sale guerre » faisait rage. De nombreuses organisations de défense des droits humains lui reprochent d’avoir ordonné, autorisé et incité des militaires et des agents de la fonction publique à exercer des actes de torture, à commettre des meurtres, des exécutions extrajudiciaires, des disparitions forcées et autres actes constitutifs de graves violations du droit international humanitaire.

 

Publicité

Nezzar frappe un algérien qui l’interpelle à l’aéroport de Paris

Publicité

6 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Meskine, qu’est-ce qu’il a encore fait celui-là ?
    Qu’est-ce qu’on lui reproche ?
    J’ai l’impression qu’ils veulent voir revenir au pouvoir les islamistes purs et durs, ce qui veulent le retour de la charia et l’abolition du français.
    A force de tout vouloir nettoyer il vont finir par installer une “belle dictature” algérienne, encore plus féroce que celle d’ Erdogan ou Rohani

    • A bon,
      Ce qui n’est pas république est dictature.
      Ce qui n’est pas féministe est inhumain.
      Ce qui n’est pas occidentalisé, c’est l’age de la pierre.

      Si on distribue la haine que porte cet homme envers l’islam, acte et parole, sur toute l’humanité, la miséricorde et la bienfaisance disparaissent.

      Cet homme a détruit plusieurs milliers de familles , massacré plusieurs village,
      Allah a détruit sa famille, il a tué la mère de ses enfants devant ses enfants, actuellement, une fille divorcé, alcoolique, une autre singlée droguée à la drogue dur, les garçons pire encore.

      Sans tribunal, il est devenu une loque humaine avec tout son argent, volé grâce à des lois faites sur mesure.

  2. Le mandat d’arrêt n’a pas, dans la forme, de chance d’aboutir.
    Par contre, une plainte pour crimes de guerre déposé en Espagne aura plus de chance.

  3. Il y a des gens qui disent que ce mandat d’arrêt est une bouée de sauvetage pour Nazzar.

    Pour deux raisons :

    1- Le mandat d’arrêt vient du tribunal militaire, l’Europe ne reconnait pas la justice militaire.

    2- Nazzar risque la peine de mort selon les articles en vigueur au tribunal militaire.
    L’Europe ne remet aucune personne qui risque la peine de mort.

    Résultat : Nazzar peut demander le statut de réfugié politique.

  4. Il n y a pas de justice au bled,
    A mon avis, Gaid Salah se venge de Nazzar, en suivant les directives du magicien Emarati.

    En 1994, Nazzar chef d’état major; et qui avait fait de Gaid salah chef d’état major armée de terre.

    Tous les partisans de la doctrine éradicatrice, en Algérie, doivent passer à la barre.

    Mitterrand reste un point noir dans l’histoire de l’Algérie dite indépendante. Il sera jugé à titre posthume.
    Il était garde des sceaux en 54, le père de la doctrine éradicatrice en 91 / 92.

    Jean Marie Le Pen disait, à cette époque, le problème de la France n’est pas les arabes qui sont chez eux.
    A cette époque, j’étais en France et je me suis dit que je reste le problème de Le Pen , et ceux au bled étaient le problème de Mitterrand.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Pèlerinage à la Mecque : Ressourcement au pays de la Révélation

Science et religion aujourd’hui : perspectives islamiques (½)