in ,

Le périple artistique d’Eugène Delacroix au Maghreb

Eugène Delacroix (26 avril 1798 – 13 août 1863), grand artiste français et principal représentant du romantisme, a visité le Maroc de janvier à juin 1832. Il faisait partie de la mission diplomatique de Charles-Henri-Edgar, comte de Mornay. Il a réalisé des dessins et des annotations dans sept carnets de croquis au cours de ce voyage. La Frick Art Reference Library possède des fac-similés de deux de ces carnets de croquis. Ces fac-similés ont été réalisés en 1909 (album du Musée du Louvre), publié par André Marty, Paris, et en 1913 (album du Château de Chantilly), publié par J. Terquem & Cie, Paris. Chaque fac-similé est accompagné d’un volume d’introduction avec des transcriptions de l’historien de l’art Jean Guiffrey.

Delacroix est considéré comme un peintre orientaliste. Ce terme désigne généralement un genre d’art académique européen du XIXe siècle qui représente le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord, l’Asie du Sud-Ouest et l’Asie du Sud-Est. Delacroix est célèbre pour des peintures telles que les “Femmes d’Alger“, érotisées et fantasmées.

L’universitaire américain, d’origine palestinienne, Edward Said a insisté, dans son ouvrage fondamental intitulé Orientalisme, sur le fait que les représentations occidentales de l’Orient étaient entachées d’un air de supériorité issu du colonialisme. Delacroix, qui a été envoyé en Afrique en tant que peintre colonial, semble illustrer ce point de vue. Un point de vue opposé à cette théorie nie une relation aussi étroite entre l’art et la politique, et souligne le rôle du goût individuel et des développements technologiques dans la mise en scène de la culture. L’historien John Mackenzie, dans son livre Orientalism : History, Theory, and the Arts (L’Orientalisme : histoire, théorie et arts), a présenté ce contre-argument, affirmant que la révolution industrielle en Europe était responsable d’un sentiment de nostalgie qui a tourné l’attention des gens vers l’Orient. L’admiration et la nostalgie de ce qu’ils considéraient comme un artisanat pur et perdu ont déclenché l’orientalisme.

Publicité
Publicité
Publicité

Les croquis des albums fac-similés Frick créés par Delacroix lors de son séjour au Maroc et à l’Intérieur marocain semblent adhérer à cette dernière interprétation de l’orientalisme. Cette œuvre sur papier est dépourvue de violence, d’érotisme ou de thèmes fantastiques souvent présents dans l’art orientaliste. Elle se concentre plutôt sur les belles formes architecturales qui auraient pu être inconnues de l’artiste. Delacroix inclut souvent des annotations de couleur – rouge, vert, bleu – afin de garantir l’exactitude. Loin de présenter une fausse image de l’Orient, la délicatesse des petits dessins personnels de ses carnets de croquis transmet sans doute un sentiment d’admiration.

Visite au Maroc

Eugène Delacroix était un célèbre artiste romantique français, généralement considéré comme le meilleur de cette école à son époque. Son œuvre a influencé les impressionnistes et le mouvement symboliste. Il était un grand lithographe et s’est inspiré de l’art de Rubens et des peintres de la Renaissance vénitienne. Selon les mots de Baudelaire,

Publicité
Publicité
Publicité
« Delacroix était passionnément amoureux de la passion, mais froidement déterminé à exprimer la passion aussi clairement que possible. »

L’un des moments les plus intéressants de sa carrière fut un voyage au Maroc. Delacroix n’était pas un aventurier de nature mais, en 1832, il a accepté d’accompagner une mission diplomatique au Maroc, en Algérie et en Espagne, car ses frais étaient pris en charge et il voyageait en toute sécurité et confortablement.

Delacroix produira finalement plus de 100 tableaux représentant les peuples d’Afrique du Nord, dont certains figureront parmi ses œuvres les plus célèbres. Il compare la tenue des Arabes d’Afrique du Nord à celle des Grecs et des Romains de l’Antiquité. Lors d’un séjour au Maroc, il déclara :

« Les Grecs et les Romains sont ici à ma porte, dans ces Arabes qui s’enveloppent d’une couverture blanche et ressemblent à Caton ou à Brutus... »

Delacroix a rempli sept carnets de croquis au cours de son voyage de six mois en Afrique du Nord et en Espagne en 1832. Nombre de ses dessins semblent avoir été griffonnés très rapidement et ne contiennent que peu d’informations visuelles, mais Delacroix croit fermement en leur puissance.

« Apprenez à dessiner », écrit-il, « et en revenant de voyage, vous emporterez avec vous des souvenirs. . .. Cette simple marque de crayon… rappelle, avec le lieu qui vous a frappé, toutes les associations qui s’y rattachent… mille impressions délicieuses. »

“ Les Noces juives au Maroc“, ci-dessous, a été peint en 1839 et représente les festivités d’un mariage juif avec des musiciens assis à l’arrière, une danseuse, les invités qui arrivent et les spectateurs du balcon. La scène regorge de détails, de poses et d’activités diverses et l’ouverture du premier plan en compagnie des fêtards signale la bienvenue au spectateur du tableau. “Les Noces juives au Maroc“ d’Eugène Delacroix se trouve au Louvre à Paris.

Publicité
Publicité
Publicité
“Les Noces juives au Maroc“ par Eugène Delacroix, 184&, Musée du Louvre

Suite à l’occupation de l’Algérie par les Français en 1830, l’artiste Eugène Delacroix a été invité à accompagner la mission diplomatique de 1832 du comte de Mornay au Maroc et à Alger. Cette mission était destinée principalement à établir de bonnes relations entre les Français et les pays adjacent à leur nouveau territoire impérial. Il y avait toujours la possibilité de soulèvements en Algérie, et les Français voulaient s’assurer que les Marocains ne soutiendraient pas les insurgés algériens, ni ne contesteraient les frontières de leur nouveau territoire.

Le groupe a d’abord navigué vers Algésiras en Espagne, où ils se ravitaillaient, puis à Tanger (où Delacroix a été témoin de la scène représentée plus tard dans sa peinture, “Les Noces juives au Maroc“) et finalement à Meknès, pour leur rencontre avec le sultan du Maroc. La réunion a dû être reportée pendant un mois à cause du Ramadan, et cela a confronté le parti immédiatement avec le sentiment d’une culture inconnue et mystérieuse pour eux. De Meknès, ils retournèrent brièvement à Tanger et en Espagne, et s’est rendu à Alger avant de retourner en quarantaine à Toulon. L’ensemble du voyage dura du 31 décembre 1831 au 5 juillet 1832.

Le Sultan du Maroc

Eugène Delacroix a réalisé “Le Sultan du Maroc et son entourage“ en 1845 au cours d’un long voyage en Afrique du Nord. Son travail au sein du mouvement orientaliste a ajouté un genre supplémentaire à son œuvre déjà impressionnante.

Nous trouvons un certain nombre d’éléments intéressants dans cette composition. Tout d’abord, le sultan est hissé sur son cheval afin de l’élever visuellement au-dessus de tous les autres – ce qui symbolise son importance dans le pays. Derrière lui, un serviteur tient un petit parasol pour protéger ses yeux de la lumière du soleil. D’autres personnes se tiennent autour du sultan, le traitant avec respect et lui offrant toute leur attention. Il y a un mélange de tenues portées ici, avec certains soldats portant des boucliers et des lances à l’arrière, tandis que ceux au premier plan sont enveloppés dans des vêtements épais, suggérant un autre rôle. Le sol est sablonneux et sec, tandis que l’architecture en arrière-plan a l’air fortifiée, et est typique de la région à cette époque.

L’artiste se passionne pour de nombreux aspects de la vie islamique et réalise une centaine de peintures et de dessins à partir de ses voyages dans ces régions. Il s’est d’abord rendu en Espagne avant de se rendre en Afrique du Nord. Les petites différences de culture par rapport à sa propre vie en France l’intéressent beaucoup et lui inspirent de nombreuses œuvres.

Le mouvement orientaliste comprend un certain nombre d’autres artistes qui ont ressenti cette même passion et il a également eu l’avantage d’enseigner aux autres des cultures qu’ils n’avaient peut-être pas eu l’occasion de voir de leurs propres yeux à cette époque. La lumière est toujours un aspect essentiel de l’art, en particulier dans la peinture de paysage, et ces régions ont tendance à inonder une scène de lumière vive, ce qui permet à l’artiste d’utiliser de belles couleurs chaudes qui conviennent certainement au style de Delacroix. Parmi les autres œuvres orientalistes de Delacroix, citons “Femmes d’Alger“, “Chevaux arabes“ se battant dans une écurie et “Noces juives au Maroc“.

Un grand nombre d’esquisses ont été réalisées pour préparer le tableau du “Le Sultan du Maroc et son entourage“. Il est assez complexe en raison du nombre de personnages que l’on y trouve, chacun d’entre eux portant de nombreuses couches de vêtements. Il est fort probable que Delacroix ait d’abord construit l’arrière-plan, puis dessiné les contours des personnages du premier plan avant de les aborder plus tard. L’œuvre, qui fait aujourd’hui partie de la collection du Musée des Augustins de Toulouse, revêt une importance historique, tant pour l’artiste lui-même que pour la nation marocaine, qui peut se référer à cette période avec des preuves visuelles qui n’auraient peut-être pas été disponibles autrement. Le sultan du Maroc de l’époque était connu sous le nom de Moulay Abd ar-Rahman (1789- 1859) et le bâtiment est censé être le palais de Meknès, où il aurait résidé à l’époque.

Le Sultan du Maroc et son entourage“ devait immortaliser la mission diplomatique du comte de Mornay, et sa rencontre réussie avec le Sultan. En fait, Delacroix n’a pas saisi l’occasion de commémorer un événement voué à l’oubli. Au lieu de cela, il s’est concentré sur la création d’une scène spectaculaire en plein air, sous une lumière éclatante, avec des couleurs vives et des protagonistes monumentaux. Exemplaire de sa veine orientalisante, elle témoigne également de toute la richesse de sa maîtrise technique.

Évaluer son travail

Le poète français Charles Baudelaire a décrit le peintre romantique Eugène Delacroix comme

« un cratère volcanique artistiquement dissimulé sous des bouquets de fleurs. «

Tout en s’inspirant de l’histoire et de la mythologie classique – un thème de prédilection des artistes néoclassiques – Delacroix a été loué pour la spontanéité et la puissance de son œuvre, ses couleurs vives et le pathos de ses mouvements. Dans la Mort de Sardanapalus (1827), les personnages et les animaux semblent se tordre de douleur sur le plan du tableau.

Comme Ingres, Delacroix est fasciné par l’Orient, qui comprend la Turquie, la Grèce et l’Afrique du Nord actuelles, et sa visite au Maroc en 1832 est une consécration de ce sentiment. Pourtant, au lieu de mettre en valeur la séduction de ses sujets exotiques, Delacroix s’est intéressé de près à la violence et à la cruauté des sujets orientaux. Sa palette luxuriante et son coup de pinceau passionné influenceront grandement le développement de l’impressionnisme et du postimpressionnisme.

Eugène Delacroix est considéré comme l’archétype du peintre français, précurseur du mouvement romantique. Il s’est inspiré de nombreuses influences différentes, souvent issues de cultures étrangères. Delacroix est également le fondateur du mouvement orientaliste qui débute en 1832 après un voyage officiel au Maroc, organisé par le gouvernement de Louis-Philippe. Delacroix rapporte sept carnets de croquis annotés qui servent de journal de bord, permettant ainsi de documenter un évènement historique de grande importance.

Le nombre de tableaux majeurs qui découlent des notes et des carnets de croquis marocains de Delacroix est une preuve évidente de l’impact de cette expérience. Il s’agit notamment des “Noces juives au Maroc“des “Fanatiques de Tanger“ et du“ Le Sultan du Maroc et son entourage“. Pour la composition de ces œuvres, Delacroix a scrupuleusement respecté les notes et les croquis qu’il avait réalisés sur place. Ainsi, le décor des “Noces juives au Maroc“ correspond exactement à celui qui est consigné dans une aquarelle du carnet, tandis que ses notes donnent une description exacte du tableau à venir.

Eugène Delacroix est l’un des peintres les plus importants des années 1800, et le plus grand des peintres romantiques du siècle décrit l’Afrique du Nord comme un lieu de sensations et de beauté fondamentalement différent de l’Europe – un lieu, écrit-il, « fait pour les peintres« .

Le tableau ci-dessous, intitulé : “Exercices militaires des Marocains (Fantasia marocaine) “ est l’un des nombreux résultats de ce voyage, et l’un des plus beaux. Cette scène émouvante – une ligne tumultueuse d’Arabes enturbannés et violents fonçant vers un ennemi caché – a pour origine une fantaisie vue par Delacroix lors de son séjour au Maroc : un spectacle militaire chorégraphié unique au Maroc, dont l’origine était, comme son nom l’indique, plus dans l’imagination que dans la réalité. Le pinceau fluide et gestuel du peintre, les contours nets et la riche palette produisent une image de l’Orient éblouissante et théâtrale, un lieu sauvage de poussière et de violence.

“Exercices militaires des Marocains (Fantasia marocaine) “ par Eugène Delacroix

Comme beaucoup d’artistes de sa génération, Delacroix avait rêvé d’un Orient aux contours géographiques mal définis. Les poèmes de Byron, les objets et textiles rapportés de voyages par des amis, les peintures et gravures représentant des costumes orientaux ou des odalisques avaient nourri son imagination avant de faire le voyage de sa vie au Maroc. Dès son retour en France, et jusqu’à sa mort, Delacroix ne cessera de reproduire dans ses œuvres les multiples influences rapportées de son voyage.

Delacroix a puisé le sujet de ce tableau ci-dessous intitulé : “Chasse au lion“ dans ses souvenirs du voyage qu’il a effectué au Maroc en 1832. Au premier plan, il a représenté deux chasseurs – un homme et un jeune – sous la couronne luxuriante d’un arbre, ainsi que deux Arabes à l’arrière-plan avec un cheval. Les contours des personnages et du rocher, les troncs tordus des arbres créent un sentiment de tension. Le fusil dans les mains de l’un des chasseurs et le sabre dégainé qui gît sur le sol soulignent que les choses touchent à leur fin. Le dramatisme si typique du romantisme est créé ici par des coups de pinceau énergiques et le contraste des couleurs complémentaires – rouge et vert, bleu et orange – et des taches claires et sombres : le feuillage vert foncé et la roche ombragée semblent plus tangibles en contraste avec le ciel et le torrent de montagne.

“Exercices militaires des Marocains (Fantasia marocaine) “ par Eugène Delacroix

Orientalisme

En peuplant leurs tableaux de charmeurs de serpents, de femmes voilées et de courtisanes, les artistes orientalistes ont créé et diffusé des représentations fantaisistes de l’exotisme de l’Orient pour les spectateurs européens. Bien qu’il existe des exemples antérieurs, l’orientalisme se réfère principalement à la peinture, à l’architecture et aux arts décoratifs occidentaux (en particulier anglais et français) du XIXe siècle qui utilisent des scènes, des décors et des motifs provenant de divers pays, dont la Turquie, l’Égypte, l’Inde, la Chine, le Maroc et l’Algérie. Bien que certains artistes se soient efforcés de faire preuve de réalisme, beaucoup d’autres ont intégré les cultures et pratiques individuelles de ces pays dans une vision générique de l’Orient et, comme le note l’historien Edward Said dans son livre influent, Orientalisme (1978) :

« l’Orient était presque une invention européenne… un lieu de romance, d’êtres exotiques, de souvenirs et de paysages obsédants, d’expériences remarquables. « 

Relevant largement de l’art académique, le mouvement orientaliste a couvert un large éventail de sujets et de genres, allant des grandes peintures historiques et bibliques aux nus et aux intérieurs domestiques.

Les idées et réalisations clés de ce mouvement sont comme suit :

1- L’un des genres clés de l’orientalisme était l’image de harem. N’ayant pas accès aux véritables sérails, les artistes masculins s’en remettaient aux ouï-dire et à l’imagination pour dépeindre des intérieurs opulents et de belles femmes, dont beaucoup avaient une apparence occidentale. Le genre permet également aux artistes de représenter des nus érotiques et des récits hautement sexuels en dehors d’un contexte mythologique, car leur emplacement exotique éloigne suffisamment le spectateur occidental pour les rendre moralement acceptables.

2- L’orientalisme a diffusé et renforcé une série de stéréotypes associés aux cultures orientales, notamment en ce qui concerne le manque de comportement « civilisé » et les différences perçues en matière de moralité, de pratiques sexuelles et de caractère des habitants. Ces stéréotypes s’alignaient souvent sur les campagnes de propagande lancées par la Grande-Bretagne et la France en tant que puissances colonisatrices, et les images doivent être considérées dans le contexte des relations politiques et économiques de l’Europe avec les pays de l’Est.

3- De nombreuses images orientalistes sont imprégnées de couleurs riches, en particulier d’oranges, d’ors et de rouges (bien que les carreaux bleus soient également répandus), ainsi que de détails décoratifs, qui, associés à l’utilisation de la lumière et de l’ombre, créent un sentiment de chaleur poussiéreuse que les Occidentaux associent à la vision dominante de l’Orient.

Femmes d’Alger dans leur appartement“ (1834), ci-dessous, est une peinture d’Eugène Delacroix situé dans un intérieur oriental, meublé de tapis persans et de tapisseries tissées, ce tableau se concentre sur quatre femmes. L’une d’entre elles, à gauche, est allongée dans une position d’odalisque, son regard à demi-ombragé scrutant le spectateur. À droite, deux femmes semblent être en conversation et, à l’extrême droite, une esclave noire, dos au spectateur, se tourne comme si elle était prise à contre-pied en quittant la pièce. La disposition et les poses des femmes assises sont ouvertes et semblent inviter le spectateur à entrer dans l’espace privé, ce qui est juxtaposé, cependant, à l’expression provocante de la femme à gauche.

Bien que l’image ne contienne pas l’érotisme manifeste de la Grande Odalisque, les vêtements amples et l’apparence déshabillée des femmes, ainsi que les tropes orientalistes tels que l’inclusion d’une pipe narghilée, indiquent leur rôle de courtisanes. Le tableau présente un contraste complexe entre les études détaillées des vêtements et de la décoration intérieure réalisées par Delacroix lors de sa visite à Tanger en 1832 et l’incorporation de ces éléments dans le fantasme européen du harem.

“Exercices militaires des Marocains (Fantasia marocaine) “ par Eugène Delacroix

Avec cette image, Delacroix a donné un élan romantique au genre orientaliste de la peinture de harem, tout en utilisant son approche scientifique de la couleur complémentaire et contrastée. La riche palette de couleurs, combinée à la douce profondeur des ombres et aux rayons de soleil qui tombent en diagonale dans la pièce depuis une fenêtre implicite sur la gauche, crée un sentiment d’intimité chaleureux et vibrant. Comme l’a dit Paul Cézanne à propos de l’œuvre de Delacroix,

« Toute cette couleur lumineuse… Il me semble qu’elle entre dans l’œil comme un verre de vin qui coule dans le gosier et vous enivre aussitôt. »

Ce tableau a influencé d’innombrables artistes, comme en témoignent “Les Parisiennes d’Algérie en costume“ (1872) de Pierre-Auguste Renoir et surtout la série de quinze tableaux de Pablo Picasso, “Les Femmes d’Algers“ (1954-1955). Jonathan Jones a noté que l’œuvre,

« est l’un des premiers chefs-d’œuvre de l’érotisme français du XIXe siècle, un genre radical qui mènera à l’Origine du monde de Courbet (1866) et à l’Olympia de Manet (1863), jusqu’à l’œuvre révolutionnaire de Picasso en 1907, Les Demoiselles d’Avignon. « 

L’œuvre a également suscité des réactions artistiques contemporaines, comme en témoigne la série “No To Torture“ (1982) de l’Algérienne Houria Niati, qui, comme l’ont écrit les historiens de l’art Nicholas Serota et Gavin Jantjes, remet en question

« le stéréotype exotique créé par les femmes d’Alger de Delacroix et perpétué dans les quinze toiles de Picasso basées sur la même œuvre. Historiquement, l’original de Delacroix coïncide avec l’établissement du régime colonial français en Algérie, et les versions abstraites de Picasso marquent la fin de ce régime. »

Le Caïd, chef marocain“, ci-dessous, est une huile sur toile orientaliste de 1837 d’Eugène Delacroix, signée et datée par le peintre lui-même et est aujourd’hui conservée au musée d’Arts de Nantes. Elle est également connue sous les noms d’“Offrir du lait, Chef arabe parmi sa tribu et La Halte“, ou “Le Caïd acceptant l’hospitalité des bergers“. Elle a été inspirée par l’escale de l’artiste à Ksar el-Kebir le 9 avril 1832, au cours de laquelle il a été témoin d’une salutation pacifique d’un chef marocain. L’œuvre a été exposée au Salon de Paris en 1838 puis à Nantes l’année suivante, ce qui a conduit le musée d’art de la ville à l’acheter.

Delacroix revient au Maroc dans une exposition sans précédent

« Je croyais rêver« , avait lancé Eugène Delacroix à son arrivée à Tanger. En 1832, le célèbre peintre français entreprend un voyage initiatique de six mois au Maroc, retracé par une exposition hommage à Rabat, la capitale du royaume. Sur les éblouissantes cimaises rouge-orange du Musée Mohammed VI de Rabat (MMVI), une trentaine de peintures, dessins, gravures, lithographies etc. sont exposés en son honneur.

Le peintre s’est rendu dans le pays pendant six mois dans le cadre de la mission diplomatique de Charles-Henri-Edgar, comte de Mornay. Au cours de ce voyage, il a réalisé d’impressionnants dessins et annotations dans sept carnets de croquis.

L’exposition « Delacroix, souvenirs d’un voyage au Maroc » a été inaugurée récemment au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain de Rabat, la première du genre en Afrique et dans le monde arabe. L’exposition, qui se tient jusqu’au 9 octobre 2021, retrace le voyage qu’Eugène Delacroix a effectué au Maroc en 1832, à travers une sélection de peintures, de dessins, d’aquarelles, de vêtements, d’armes, de musique et d’instruments qu’il avait rapportés de son voyage et qui l’ont accompagné tout au long de sa carrière d’artiste. Près de 190 ans après son voyage dans le royaume nord-africain, il revient à travers des tableaux et des objets de collection immortalisant son périple marocain.

L’exposition a été organisée par la Fondation nationale des musées et le Musée national Eugène Delacroix, qui est affilié à la Fondation générale du Musée du Louvre. La cérémonie d’ouverture, à laquelle ont assisté de nombreux membres du corps diplomatique accrédité à Rabat et des acteurs de la culture et des médias du Maroc et de France, a été suivie d’une exploration des différents objets et œuvres d’art exposés à cette occasion, en compagnie des commissaires de l’exposition.

Cette manifestation artistique permet aux visiteurs de découvrir les liens affectifs qui unissaient Delacroix au Maroc, en tant que premier ambassadeur des lumières, des couleurs, de la mode et des traditions marocaines, qu’il a habilement reflétées dans ses dessins et peintures.

Mehdi Kotbi, président de la Fondation nationale des musées marocains, a déclaré que l’exposition permet aux visiteurs de découvrir Delacroix comme « le peintre qui a apporté les couleurs et révolutionné la scène artistique de son temps« , et de revisiter son voyage au Maroc, qui reste utile à la compréhension d’une période particulière de l’histoire du Maroc.

Claire Bessed, directrice du Musée national Eugène Delacroix et co-commissaire de l’exposition, a salué le « regard d’experts » qui caractérise l’œuvre de Delacroix, soulignant l’impact que le Maroc a eu sur le génie créateur de l’artiste. Elle a indiqué qu’ »Eugène Delacroix a représenté le Maroc pendant plus de 30 ans à travers les tableaux qu’il a peints dans son atelier à Paris« , notant que le peintre s’est appuyé « sur ses dessins, ses objets, ses souvenirs et sa mémoire » pour donner vie à son voyage au Maroc. Elle a souligné que « Delacroix est le premier artiste à être venu au Maroc« , notant qu’à travers ses tableaux qui représentent des scènes du Maroc, il a pu créer « un univers pictural cohérent avec une qualité dans les couleurs et une modernité dans la touche, qui a eu un impact sur des artistes comme Matisse« . Elle a ajouté qu’outre l’importance du Maroc dans son œuvre, Delacroix a eu une influence sur de nombreux artistes qui ont suivi ses traces, notamment Odilon Redon, Benjamin Constant, Alfred Duden, Henry Renaud et George Klein au XXe siècle, ainsi que Lucien Levy, Théophile Jean Delay et Charles Camoin.

Abdelaziz El Idrissi, directeur du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain et co-commissaire de l’exposition, a souligné que Delacroix « est crédité d’avoir changé les attitudes des artistes d’Italie et d’Orient envers l’Afrique du Nord et envers le Maroc en particulier. » Il a précisé que « ce voyage en Afrique du Nord a tout simplement réorienté l’attention des artistes européens« , notant que Delacroix avait formé un groupe avec un intérêt marqué pour la dimension patrimoniale. Selon Idrissi, ce groupe, qui remonte au début du XVIIIe siècle, a la particularité d’être un groupe qui retrace l’évolution de l’artiste « avant et après ce voyage. » Idrissi a ajouté que « cette collection a précédé les influences tardives qui ont atteint le Maroc dans la seconde moitié du XIXe siècle« , notant qu’elle « sert d’élément qui peut constituer une référence » pour mener des études et des recherches sur les collections disponibles dans les musées marocains.

Les objets exposés, une soixantaine, servent de fil conducteur à l’exposition : instruments de musique (tambourin, luth, vièle à brochet), vêtements (caftans, tuniques, chaussettes), céramiques ou armes (sabre, sac à poudre, cartouchière).

Une source d’inspiration inépuisable pour l’artiste, disséminée dans ses différentes œuvres orientalistes, comme “Camp arabe, la nuit“ (1863) où des hommes vêtus de djellaba se languissent autour d’un feu, ou encore “Comédiens ou bouffons arabes“ (1848), une représentation de musiciens jouant du luth en plein air, entourés de quelques personnages.

Pour Mme Bessède :

« Les peintures de la période marocaine sont intemporelles. Delacroix n’était pas dans une interprétation littérale du Maroc, il a forgé son propre regard sur le pays. «

Vous pouvez suivre le Professeur Mohamed Chtatou sur Twitter : @Ayurinu

Bibliographie : 

ALEXANDRE, Françoise éd. DELACROIX Eugène, SAND George, Correspondance. Le rendez-vous manqué. Paris : Les Éditions de l’Amateur, 2005.

BAUDELAIRE Charles, GAUTIER Théophile, Correspondances esthétiques sur Delacroix. Paris : Editions Olbia, 1998.

BERGEON LANGLE, Ségolène & CURIE, Pierre (dir.). Peinture et dessin, vocabulaire typologique et technique. Paris, Editions du Patrimoine, 2009, 2 vol.

BERGEROL, Ivan. Eugène Delacroix. Aquarelles et lavis. Paris : Réunion des musées nationaux, 1998.

BLANC, Charles. Les Artistes de mon temps. Paris : Firmin Didot, 1876.

BRESC-BAUTIER, Geneviève (dir.). La galerie d’Apollon au palais du Louvre. Paris : Gallimard-Musée du Louvre, 2004.

BURTY, Philippe éd. Lettres de Eugène Delacroix, 2 vols. Paris : A. Quantin, 1880.

BURTY, Philippe éd. Lettres de Eugène Delacroix. Paris : A. Quantin, 1878.

CHARAVAY, Etienne. Revue des documents historiques, suite de pièces curieuses et inédites publiées avec des notes et des commentaires par Etienne Charavay, vol. 7. Paris : Charavay, 1880.

CHILLAZ, Valentine de & SERULLAZ, Arlette. Souvenirs de voyages : autographes et dessins français du XIXe siècle, cat. exp. Paris : Musée du Louvre, 1992, Paris : RMN, 1992.

CHILLAZ, Valentine de. Inventaire général des Autographes – Musée du Louvre, Musée d’Orsay. Paris : Réunion des musées nationaux, 1997

CORDAY, Jean. « Lettres inédites d’Eugène Delacroix », BSHAF, 1945-46, p. 206-207.

DAGUERRE DE HUREAUX, Alain. Delacroix. Le voyage au Maroc. Paris : Bibliothèque de l’image, 2000.

DARGENTY, G. Eugène Delacroix par lui-même. Paris : Jules Rouam, 1885.

DELACROIX, Eugène. Souvenirs d’un voyage dans le Maroc. Édition de Laure Beaumont-Maillet, Barthélémy Jobert et Sophie Join-Lambert. Paris : Gallimard, 1999.

DELTEIL, Loys & STRAUBER, Suzan. Delacroix, The Graphic Work, A catalogue Raisonné. San Fransisco: Alan Wofsy Fine Arts, 1997

DIGARD, Jean-Pierre (ed.). Chevaux et cavaliers arabes dans les arts d’Orient et d’Occident, Éditions Gallimard et Institut du monde arabe, 27 novembre 2002.

DUMAS, Alexandre. Mon cher Delacroix. Le Port-Marly : Société des Amis d’Alexandre Dumas, 2003.

DUPONT, Alfred éd. Lettres intimes. Paris : 1954, rééd. ibid., 1995.

SERULLAZ, Arlette ; Edwart Vignot & Eugène Delacroix. Le bestiaire d’Eugène Delacroix. Citadelles & Mazenod, 2008.

ESCHOLIER, Raymond. Eugène Delacroix et sa « consolatrice ». Paris : Armand Colin, 1932.

ESCHOLIER, Raymond. Eugène Delacroix, peintre, graveur, écrivain, 3 vols. Paris : H. Floury, 1926-1929.

FAURE, Elie. Ecrits sur l’art. Paris : 1988.

FAURE, Elie. Œuvres littéraires, I. Etudes esthétiques, II. Essais sur les artistes célèbres. Paris : 1923.

GUEGAN, Stéphane. Delacroix, l’Enfer et l’atelier. Paris : Flammarion, 1998.

HANNOOSH, Michèle éd. DELACROIX Eugène, Journal. Paris : José Corti, 2 vol., 2009.

HANNOOSH, Michèle. Painting and the Journal of Eugène DelacroixPrinceton : Princeton University Press, 1995.

HUYGHE, Lydie. « Eugène Delacroix et Pauline Viardot ». Les Cahiers Ivan Tourguéniev, Pauline Viardot, Maria Malibran, n° 22, 1998, p. 39-46.

HUYGHE, René. Delacroix ou le combat solitaireParis : Hachette, 1963.

JOANNIDES, Paul. « The Choc des Cavaliers Arabes and the Galerie des Beaux-Arts », The Journal of the Walters Art Gallery, vol. 35, 1977, p. 93-97.

JOBERT, Barthélémy (dir.). Delacroix et le trait romantique. Paris : Bibliothèque nationale de France, 7 avril -13 juillet 1998.

JOBERT, Barthélémy. Delacroix. Paris : Gallimard, 1997.

JOBERT, Barthélémy. « Delacroix et l’estampe. Chronologie, techniques, collaborations ». Revue de l’art 1, 127 (2000), p. 43-61.

JOHNSON, Lee, éd. Further Correspondence, 1817-1863. Oxford: 1991.

JOHNSON Lee & HANNOOSH Michèle. Nouvelles lettres. Bordeaux: William Blake and co., 2000.

JOHNSON, Lee. Delacroix. Pastels. London: John Murray, 1995.

JOHNSON, Lee. The Paintings of Eugène Delacroix, A critical Catalogue, 6 vol. Oxford: Clarendon Press, 1981-1986.

JOHNSON, Lee, « Delacroix, Barye and « The Tower Menagerie »: An English Influence on French Romantic Animal Painting », in The Burlington Magazine, septembre 1964, p. 416-419.

JOHNSON, Lee, « The Artist and the Forester: Two New Letters by Eugène Delacroix ». The Burlington Magazine, CXXXV, 1087 (octobre 1993), p. 691-692.

JOHNSON, Lee. « Eugène Delacroix’s Education of Achilles ». The J. Paul Getty Museum Journal, vol. 16 (1988), p. 25-32.

JOUBIN André éd. Correspondance générale de Eugène Delacroix. Paris : 5 vol., 1936-1938.

JOUBIN, André éd. Journal, 1822-1863. Paris : 3 vol., 1931-1932, éd. Revue par Régis Labourdette, Paris, 1980, rééd. ibid., 1996.

JOUBIN, André. « Documents nouveaux sur Delacroix et sa famille ». Gazette des beaux-arts, IX (1933), p. 173-186.

JOUBIN, André. « Etudes sur Eugène Delacroix ». Gazette des beaux-arts, XV (mars 1927), p. 167-174.

JOUBIN, André. « Louis de Planet. Souvenirs de travaux de peinture avec Eugène Delacroix ». Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, 1928, p. 368-469.

LARUE, Anne éd. Dictionnaire des Beaux-Arts. Paris : 1996.

MOREAU, Adolphe, E. Delacroix et son œuvre. Paris : 1873.

MOREAU-NELATON, Etienne. Delacroix raconté par lui-même, 2 vols. Paris : Henri Laurens, 1916.

MOSS, Armand. Baudelaire et Delacroix. Paris : A.G. Nizet, 1973.

PIRON, Achille. Delacroix, sa vie et ses œuvres. Paris : Jules Claye, 1865.

POMAREDE, Vincent ; SERULLAZ Arlette & RISHEL Joseph (dir.). Catalogue de l’exposition Delacroix les dernières années. Paris : Galeries nationales du Grand Palais, 7 avril-20 juillet 1998.

RAUTMANN, Peter. Delacroix. Paris : Citadelle & Mazenod, 1997.

ROBAUT, Alfred & CHESNEAU, Ernest. L’Œuvre complet de Eugène Delacroix, peintures, dessins, gravures, lithographies. Paris : 1885.

ROSENTHAL, Léon. « Eugène Delacroix lithographe », in L’Art et la Vie, 1895, p. 638-639.

SAND, George & LUBIN, George. Correspondance, 26 vol. Paris : Garnier Frères, 1964-1995.

SERULLAZ, Arlette. Delacroix et la Normandie, catalogue d’exposition. Paris : Musée national Eugène Delacroix, 22 octobre 1993 – 24 janvier 1994, Paris, Réunion des musées nationaux, 1993.

SERULLAZ, Arlette & Henriette de Verninac. De David à Delacroix, Feuillet de l’exposition. Paris : Musée national Eugène Delacroix, 17 novembre 2006 – 19 février 2007.

SERULLAZ, Arlette & VIGNOT, Edwart. Le bestiaire d’Eugène Delacroix. Paris : Citadelles & Mazenod, 2008.

SERULLAZ, Arlette. Catalogue de l’exposition Delacroix, Le Voyage au Maroc. Paris : Institut du monde arabe, 27 septembre 1994 – 15 janvier 1995.

SERULLAZ, Arlette. « Henriette de Verninac, ou l’histoire mouvementée du portrait de la sœur d’Eugène Delacroix par Jacques-Louis David ». Bulletin de la Société des Amis du musée national Eugène Delacroix, 5 (2006), p. 2-8.

SERULLAZ, Maurice. Delacroix. Paris : Fayard, 1989.

SERULLAZ, Maurice. Les Peintures murales de Delacroix. Paris : Les éditions du Temps, 1963.

SERULLAZ, Arlette. Souvenirs de voyage, Autographes et dessins français du XIXe siècle. 27 février – 18 mai 1992, Paris, Louvre, 1992

SILVESTRE, Théophile. Eugène Delacroix : Documents nouveaux. Paris : M. Levy, 1864.

SILVESTRE, Théophile. Histoire des artistes vivants. Paris: E. Blanchard, 1856.

SPECTOR, Jacques. The Murals of Eugène Delacroix at Saint Sulpice. New York:The College Art Association of America, 1967.

STENDHAL, Henri Beyle & DEL LITTO, V. éds. Correspondance. Paris, 1997-1999.

STEPHANT, Jean-Luc. « Chili ou le frère « oublié » d’Eugène Delacroix. Documents inédits ». Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, 1990, p. 173-205.

TOURNEUX, Maurice. Eugène Delacroix devant ses contemporains. Ses écrits, ses biographes, ses critiques. Paris : J. Rouam, 1886.

VERON, Eugène. Eugène Delacroix, Les Artistes célèbres. Paris : Librairie de l’Art, 1887.

ZVIGUILSKY, Alexandre. « Lettres d’Eugène Delacroix à Pauline et Louis Viardot ». Les Cahiers Ivan Tourguéniev, Pauline Viardot, Maria Malibran, n° 22, 1998, p. 47-58.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Le gouvernement canadien annonce qu’il accueillera 20.000 Afghans menacés par les talibans

Incendies : le nord du Maroc à son tour touché par d’importants feux de forêt