in

66% des Français disent non aux amalgames, selon un sondage réalisé après l’attentat contre Charlie Hebdo

Telle une photographie en temps réel figeant sur le papier l’impact d’une tragédie nationale, le pouls des Français a été pris sur le vif au lendemain de l’attentat contre Charlie Hebdo par l’Ifop pour le compte du site Atlantico, afin d’évaluer le regard porté sur les musulmans par une opinion publique tétanisée.  

Ce sondage du désastre annoncé, ou encore des lendemains qui déchantent, a fait mentir tous les funestes présages, puisque 66% des personnes interrogées ont affirmé ne pas céder aux amalgames, estimant que la majorité des musulmans vivent paisiblement en France, seuls les islamistes représentant, à leurs yeux, une menace pour la démocratie, contre 29% qui pensent le contraire.

En dépit de l’immense frisson de sidération et de peur qui a traversé le pays, nos concitoyens semblent faire preuve d’un sens du discernement notable qui contraste heureusement avec les prédictions les plus alarmistes, l’appel à préférer l’unité nationale à la polémique nationale, et à ne pas verser dans les préjugés délétères exaltant, pour l’heure, raison et bons sentiments.

La politique, qui a déjà repris ses droits, laisse apparaître les sempiternels clivages partisans, et c’est du côté de ceux dont le cœur vibre à gauche que les équations dévastatrices entre islam, islamisme et terrorisme sont massivement rejetées : Plus de 80% des sympathisants du Front de Gauche (82%) et du Parti socialiste (84%) adhèrent à l'idée qu'il ne faut pas faire d'amalgames, contre 16% et 15% respectivement qui considérent que c'est l'islam qui pose problème en général.

Si à droite toute, au sein d’un FN qui a conquis sa respectabilité en s’alignant sur la doxa dominante, en d'autres termes en diabolisant l’islam, 66% des militants perçoivent la deuxième religion de France et ses fidèles comme une menace, dans le bateau ivre de l’UMP qui a désormais pour capitaine populiste et affairiste, l’ancien oligarque Sarkozy, 63% de ses sympathisants refusent les raccourcis dévastateurs.

Aux divisions politiciennes qui, pour l’instant (mais les cantonales approchent à grand pas), résistent assez bien à la bouc-émissarisation facile et utile, ainsi qu'à l'injonction de se désolidariser qui insinue sournoisement qu'il y a un soutien de principe de la part de chaque musulman, il faut ajouter les différences géographiques et socio-professionnelles : ainsi, cette étude d'opinion fait ressortir que 60% d’habitants de communes rurales refusent de tomber dans les islamalgames, tandis qu’ils sont 77% dans la région parisienne,  78% des cadres et 75% des professions libérales y étant hostiles contre 60% chez les ouvriers.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La riposte de J.K . Rowling, l’auteure de “Harry Potter”, au milliardaire islamophobe Rupert Murdoch sur Twitter

Plus d’une cinquantaine d’actes islamophobes recensés en France, “du jamais-vu” déplore le CFCM