in

La riposte de J.K . Rowling, l’auteure de “Harry Potter”, au milliardaire islamophobe Rupert Murdoch sur Twitter

Véritable coup de foudre qui a déchiré notre ciel d’hiver, et au-delà d’autres cieux occidentaux, notamment anglo-saxons, les attentats perpétrés au cœur de Paris et en Seine-et-Marne ont inspiré à Rupert Murdoch, le magnat australien des médias, farouchement pro-israélien et viscéralement islamophobe, des gazouillis infâmes sur Twitter.

Enfourchant son destrier virtuel pour repartir en croisade derrière son clavier, ce milliardaire conservateur dont le grand âge, 83 ans, n’a nullement adouci sa haine anti-musulmans, a livré à la vindicte populaire les coupables, à ses yeux, tout désignés : l’ensemble des musulmans…  "Peut-être que la plupart des musulmans sont pacifiques, mais jusqu'à ce qu'ils reconnaissent et détruisent leur cancer djihadiste, ils doivent être tenus pour responsables", a-t-il cliqué samedi dernier.

 

Ce pyromane en col blanc de la pire espèce, car richissime et omnipotent, régnant sans partage sur un empire médiatique mais aussi sur les esprits en les façonnant à sa guise, ne s’attendait certainement pas à être pris à son propre piège par la célèbre auteure de "Harry Potter", l’écossaise J.K Rowling qui, en experte du maniement des mots, lui a opposé une réponse imparable : "Je suis née chrétienne. Si cela me rend responsable de ce que dit Murdoch, je m'auto-excommunie", lui a-t-elle rétorqué, prête à ferrailler avec lui.

  

 

Et pan, prend ça dans les gencives, serait-on tenté de s’exclamer à la lecture de cette riposte bien sentie qui aura, peut-être, contribué à éveiller les consciences des quelque 5 700 personnes qui ont partagé le tweet abject et irresponsable de Murdoch, dont plus de 3 000 d’entre elles en ont fait leur favori.

Pendant que J.K Rowling, emportée par le formidable impact de sa démonstration (plus de 19 000 approbations sur Twitter), s’auto-flagellait également pour " l’inquisition, la violence des fondamentalistes chrétiens et de Jim Bakker, un télévangéliste américain impliqué dans des scandales sexuels, violemment anti-musulman et anti-avortement…", un comédien, originaire comme elle du pays du chardon, Michael Moran, répliquait à son tour en rappelant à Rupert Murdoch quelques vilénies, notamment sa pleine et entière responsabilité dans un scandale retentissant qui avait entraîné, en 2011, la fermeture de l’un de ses journaux « News of the World » : "De la même manière que vous devez être tenu pour responsable d'avoir piraté la messagerie vocale d'enfants disparus ?", l'a-t-il interpellé, en appuyant là où ça fait mal.

Tel est pris qui croyait prendre ! Rupert Murdoch, aussi intouchable soit-il depuis sa forteresse dorée impénétrable, a néanmoins perdu sans gloire la joute verbale qui l’a opposé à plus intelligent, tolérant, intègre et courageux que lui…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La lettre de Luc Besson à l’attention de ses frères musulmans

66% des Français disent non aux amalgames, selon un sondage réalisé après l’attentat contre Charlie Hebdo