in

Plus de 200 personnes ont manifesté contre l’islamophobie à Lille

Serrant les rangs sur le pavé lillois et cheminant, musulmans comme non musulmans, voilées comme non voilées, coude à coude ou les poings gantés levés, sous des banderoles affichant haut leur protestation, plus de 200 personnes ont fait cause commune, samedi 28 février, dans la capitale des Flandres pour dénoncer le fléau de l’islamophobie et faire rempart contre sa capacité de nuisance institutionnalisée.

« Stop à l'islamophobie que nous dénonçons comme un racisme d'Etat », et « Nous sommes tous Noirs, Arabes, Roms et Musulmans », les cris de ralliement lancés par le Front uni de l’immigration et des quartiers populaires (FUIQP) ont été largement entendus, sensibilisant des hommes et des femmes de tous les horizons et origines, notamment d’extrême gauche, particulièrement alarmés et révoltés par l’hémorragie des agressions islamophobes déclenchée par les attentats de Paris, et par la rare atonie ( pour ne pas dire plus…) dont fait preuve le gouvernement pour l’enrayer.

Dans le large éventail d’actes criminels qui font la triste spécificité du racisme anti-musulmans, on ne compte plus, depuis ce début d’année funeste, les agressions perpétrées contre les femmes voilées, ces victimes expiatoires toute désignées, les convocations illico presto aux commissariats pour « apologie du terrorisme », ce fameux délit révélateur de la paranoïa collective qui s’est emparée de nos institutions, n’épargnant ni les enfants ni les adultes, les mosquées profanées, sans oublier le retour en force de la question du voile à l’université, empoigné comme le nouvel épouvantail des amphithéâtres…

"Il y a une banalisation du passage à l’acte", a condamné le sociologue Saïd Bouamama qui était venu gonfler les rangs de la manifestation, ajoutant "les gens se sentent autorisés par la scène politico-médiatique à faire cet islamalgame qui mélange tout".

C’est aux cris de « Islamophobie, ça suffit ! », ou encore « Voilées, non voilées, solidarité ! » que ce long cortège a laissé monter sa saine indignation au-dessus du concert de l’hypocrisie nationale « Je suis Charlie », qui rend le bon peuple et nos administrations sourds, aveugles et hystériques à dessein…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Destructions de statues en Irak : l’Unesco se tourne vers la justice internationale (vidéo)

Nabil, 8 ans, au commissariat pour “Apologie du terrorisme!” (humour)