in

Emmanuel Todd : “Qu’on les laisse tranquilles, les musulmans de France”

Elle semble s’être désagrégée à l’air libre, emportée par l’hystérie ambiante liée à « l’apologie du terrorisme » et par l’hémorragie d’actes islamophobes, la France du 11 janvier, qui serrait les rangs dans une immense procession exaltant l’unité nationale, fait l’objet d’une diatribe au vitriol signée Emmanuel Todd, l’historien et démographe que l’on ne présente plus.

« Qui est Charlie ? » sonnera la charge, le 7 mai prochain, contre la France de Hollande qui ne trouve pas grâce aux yeux de l’intellectuel très médiatique, dont le moins que l’on puisse dire est qu’il ne se réfugie pas dans le confort de la langue de bois.

"Il y a eu une subversion de ce qu’était la gauche française. Cette dernière, aujourd’hui dominée par le PS, est en vérité tout à fait autre chose que ce qu’elle prétend être", a-t-il commenté sans mots couverts dans un récent entretien accordé à l’Obs, en précisant sa pensée : "C’est une gauche qui n’adhère pas aux valeurs égalitaires."

Son regard critique porté sur un dimanche historique entré dans les annales républicaines n’est pas fait pour plaire, ou pour complaire à ceux qui nous gouvernent, mais pour appuyer là où le bât blesse.  "Lorsqu’on se réunit à 4 millions pour dire que caricaturer la religion des autres est un droit absolu – et même un devoir ! -, et lorsque ces autres sont les gens les plus faibles de la société, on est parfaitement libre de penser qu’on est dans le bien, dans le droit, qu’on est un grand pays formidable. Mais ce n’est pas le cas. (…) Un simple coup d’œil à de tels niveaux de mobilisation évoque une pure et simple imposture", analyse-t-il sans complaisance aucune, en faisant part de son extrême inquiétude devant le délire paranoïaque post-attentat Charlie Hebdo qui a entraîné la France dans la déraison.

"Ce qui m’inquiète n’est pas tant la poignée de déséquilibrés mentaux qui se réclament de l’Islam pour commettre des crimes, que les raisons pour lesquelles, en janvier dernier, une société est devenue totalement hystérique jusqu’à aller convoquer des gamins de 8 ans dans des commissariats de police", fustige Emmanuel Todd.

"Je ne fais pas dans l’angélisme : l’antisémitisme des banlieues doit être accepté comme un fait nouveau et indiscutable. Ce que je ne peux pas accepter cependant, c’est l’idée qui est en train de s’installer selon laquelle l’islam, par nature, serait particulièrement dangereux pour les juifs. Il n’existe qu’un continent où les juifs aient été massacrés en masse : c’est l’Europe", a poursuivi celui qui rappelle sans cesse que "Hitler, l'artisan de la 'Solution Finale' était européen, autrichien et protestant", avant d’exhorter à ce "Qu’on les laisse tranquilles, les musulmans de France. Qu’on ne leur fasse pas le coup qu’on a fait aux juifs dans les années 30 en les mettant tous dans le même sac, quel que soit leur degré d’assimilation, quel que soit ce qu’ils étaient vraiment en tant qu’êtres humains. Qu’on arrête de forcer les musulmans à se penser musulmans."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un village des Vosges, scandalisé par des actes islamophobes, se mobilise pour une famille musulmane

France : un centre d’accueil pour jeunes “djihadistes”