in

Un village des Vosges, scandalisé par des actes islamophobes, se mobilise pour une famille musulmane

Le fléau de l’islamophobie n’épargne ni la France des villes, ni la France des champs, et s’est propagé jusque dans le petit hameau paisible de Thiéfosse, dans l’air pur et vivifiant des Hautes Vosges, dont les 600 âmes sont restées pétrifiées devant les flammes criminelles qui ont récemment carbonisé deux voitures appartenant à une famille musulmane.

Il aura suffi d’une nuit cauchemardesque, du 3 au 4 avril dernier, pour que la quiétude locale soit brisée, après que l’aurore, en se levant, ait révélé l’étendue des dégâts provoquée par la fureur raciste. A l’horreur d’un incendie ravageur s’est ajouté l’odieux vandalisme du domicile de cette même famille, défiguré par des croix gammées à la consternation générale.

Sous le choc mais refusant que la douceur de vivre ensemble soit, elle aussi, réduite en cendres, le Conseil municipal de Thiéfosse a voté, comme un seul homme, une motion de soutien pour épauler des administrés de confession musulmane, fort honorablement connus, dans cette douloureuse épreuve qui aurait pu s’avérer tragique.

En effet, au moment de l’agression, seuls la mère de famille et ses quatre enfants, âgés de 20 mois à 8 ans, se trouvaient à l’intérieur du foyer, le mari et père étant hospitalisé. La petite maisonnée ne doit la vie sauve qu’à un voisin, qui a été le premier à découvrir le feu qui embrasait ses deux véhicules et à l’alerter du danger imminent.

"Les flammes léchaient la maison, cela aurait pu être totalement dramatique. Les vélos des enfants ont brûlé dans l'incendie. Nous sommes intervenus auprès du centre communal d'action sociale pour leur en acheter de nouveaux", a confié, bouleversé, Stanislas Humbert, le maire du village. "On ne comprend pas cet acte ignoble. Ce sont des gens très connus, très bien intégrés", a-t-il insisté dans un entretien à Vosges Matin. "Nous n'avions jusqu'alors jamais eu de problèmes de racisme ou de xénophobie : nous avons d'ailleurs inauguré en octobre une stèle en hommage aux goumiers marocains, qui ont libéré Thiéfosse en 1944", a souligné cet édile, qui pensait que la tranquillité de ses belles montagnes ferait rempart contre l'islamophobie violente et vengeresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rama Yade : “les premières victimes de Daesh sont des musulmans” (vidéo)

Emmanuel Todd : “Qu’on les laisse tranquilles, les musulmans de France”