in

Attentat près de l’ancien siège de Charlie Hebdo: à la mosquée Omar, on fustige «cet acte ignoble» (www.lefigaro.fr)

Dans ce quartier multiculturel de Paris, les habitants rencontrés sont choqués mais préfèrent souligner la bonne entente entre les différentes communautés.

Ce premier dimanche d’automne, la banderole «not in my name» – «pas en mon nom» -, aurait pu être à nouveau affichée sur le fronton de la mosquée Omar, située à l’angle de la rue Jean-Pierre-Timbaud et de la rue Morand, dans le 11e arrondissement de Paris. L’acte terroriste qui a eu lieu non loin de là, deux jours plus tôt, rue Nicolas-Appert, au pied de l’ancien siège de Charlie Hebdo, occupe les esprits.

«Nous aurions pu ressortir cette banderole que nous avions affichée sur notre façade en 2015 après les attentats de Charlie Hebdoconfie au Figaro Hammami Hamadi, le président de l’association Foi et pratique, responsable de la mosquée. C’est le message qu’a prononcé l’imam dans son prêche de vendredi. Comment peut-on se reconnaître dans un acte aussi ignoble que cruel, ce n’est pas possible. Lors de la publication des nouvelles caricatures, il n’y a eu aucun remous dans la communauté. L’association de quartier, La Fontaine aux religions, nous a aidés à prendre du recul.»

Publicité
Publicité
Publicité

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laisser un commentaire

Chargement…

0

La vie de Malek Bennabi (25)

Quand football rime avec géopolitique: Diaa Sabia, premier footballeur israélien à jouer dans un championnat arabe (sport.francetvinfo.fr)