in

Une Australienne voilée, victime d’une violente agression, appelle ses concitoyens à se dresser contre l’islamophobie

C’est une musulmane, sous le choc de sa récente agression, qui ne supporte plus d’être la proie de prédilection de l’islamophobie galopante et une mère de famille scandalisée qui redoute que ses propres enfants soient victimes de sa spirale de violence, une jeune femme voilée de 33 ans fait aujourd’hui l’ouverture des journaux télévisés de Perth, la cité phare de l’Etat d’Australie-Occidentale, pour appeler à enrayer ce fléau des temps modernes qui met en péril l’art de vivre ensemble dans l’îlot lointain du multiculturalisme.

Blessée dans sa chair et son âme par la sauvagerie de l’inconnu dont elle a eu le malheur de croiser la route, vendredi soir dernier, dans le centre commercial où elle venait faire ses courses, accompagnée de ses quatre filles, cette citoyenne australienne a choisi courageusement de sortir de l’ombre pour laisser éclater sa colère au grand jour, à seule fin d’éveiller les consciences.

« Plus jamais ça ! Personne ne devrait être insulté, ni brutalisé en raison de sa religion ! », clame-t-elle haut et fort, la voix étranglée par l’émotion, alors que le souvenir de sa rencontre terrifiante avec son assaillant lui glace encore le sang, notamment l’instant où, après avoir exigé de ses enfants qu’ils lui souhaitent un « Joyeux Noël », entre deux injures racistes, ce dernier a brisé une bouteille de bière sur sa tête avec une rage inouïe.

Alertée par les cris de la jeune mère de famille, une cliente du supermarché, n’écoutant que son courage, a tenté de s’interposer pour la sauver des griffes de son agresseur hors de lui, au moment où celui-ci s’acharnait à lui arracher son hijab en l’étouffant. Devant cette adversité féminine qu’il n’avait pas anticipée et alors qu’un attroupement commençait à se former, l’homme a soudainement lâché prise, désertant les lieux non sans en avoir proféré des menaces à l’encontre de sa victime à terre : « Si je te revois, je te tuerai », a-t-il hurlé.

« Ce n’est pas la première fois que cela arrive », s’est désolée la jeune femme devant les caméras de la télévision australienne, en précisant que la coupe était pleine. Son agression odieuse est sans conteste l’agression de trop à ses yeux, et bien que hantée par la vision d’effroi que lui inspire le dangereux islamophobe qui s’est dressé sur son chemin, elle refuse de se terrer chez elle et de se taire.

C’est en pleine lumière qu’elle exhorte ses concitoyens, dans la diversité de leurs composantes, à faire cause commune contre ces actes islamophobes inqualifiables qui frappent dorénavant partout, et à tout moment, des « gens normaux et sans histoire », selon ses propres termes, tout en rappelant avec insistance que son choix de porter le voile lui appartient.

« Porter le hijab est une liberté individuelle fondamentale. C’est mon choix de le faire, en mon âme et conscience, et j’en suis fière. Pourquoi diable devrais-je en avoir honte ? », s’est-elle indignée publiquement, à l'heure où la police de Perth, sur le pied de guerre, a décidé de diffuser les images de son agresseur capturées par la vidéosurveillance, afin de le mettre hors d’état de nuire avant qu'il ne soit trop tard.

  

Les images prises sur le vif du dangereux islamophobe activement recherché par la police

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Donald Trump, un conservateur paradoxal à la Maison-Blanche

Le Sahara enneigé pour la première fois depuis 1979