in

Royaume-Uni : de jeunes musulmans unanimement salués pour avoir nettoyé plus de 1 000 tombes

Nichée au cœur de l’Angleterre, la ville de Derby a récemment entrouvert ses portes avec une extrême prudence, découvrant le spectacle d’une nature ayant repris ses droits, dans ses larges rues piétonnes et ses ruelles étroites, au terme de trois longs mois de confinement.

Pendant que, virus oblige, la cité, riche d’une histoire de plus de 2 000 ans, renouait avec un lointain passé en se transformant en une forteresse imprenable, les herbes hautes et folles s’en sont donné à cœur joie dans les espaces publics. Sans la main de l’homme pour les éliminer, elles ont poussé spontanément le long des trottoirs, au milieu des pavés, aux pieds des bâtiments emblématiques, tout en envahissant ses parcs et son grand cimetière.

Ces plantes indésirables qui se sont incrustées en abondance partout, jusqu’autour des sépultures locales, ont été stoppées net dans leur prolifération par des agents d’entretien pas comme les autres : un groupe de jeunes volontaires musulmans, bien déterminés à les éradiquer là où reposent en paix les êtres chers, dont le souvenir est à jamais gravé dans les cœurs.

Publicité
Publicité
Publicité

Sous l’impulsion d’Abid Taj, une vingtaine de citoyens de Derby se sont volontiers retroussé les manches pour nettoyer, avec l’allant de leur jeunesse, plus de 1 000 tombes et les débarrasser des mauvaises herbes qui les recouvraient. Mus par leur foi en Allah et soucieux du respect dû aux morts, ils n’ont pas lésiné sur l’huile de coude pour que la dernière demeure de tous les défunts soit plus propre que jamais.

« En lavant les tombes, cela nous aide à prendre conscience de l’importance de prendre soin de ceux qui sont partis, de préserver leur dignité, conformément aux enseignements du Coran. Cela nous fait également réaliser qu’un jour ou l’autre, nous serons, nous aussi, inhumés dans une tombe », a souligné Abid Taj, ajoutant avec une gratitude émue : « Mon équipe de jeunes bénévoles a été exemplaire. Ils n’ont pas compté leur temps, ils ont travaillé d’arrache-pied durant des journées entières ».

Publicité
Publicité
Publicité
Gulfraz Nawaz

« Je suis d’autant plus fier de l’excellent travail accompli qu’il est l’œuvre de jeunes musulmans très investis au sein de leur communauté et dans la vie de la cité. Il est bon de voir cette jeune génération se mobiliser ainsi pour le bien de tous, de la communauté au sens large », s’est réjoui Gulfraz Nawaz, un conseiller municipal travailliste, tandis que la ville et l’ensemble de ses habitants se sont dits très touchés par cette belle démarche, visant à préserver intact le cimetière communal, ce lieu de recueillement sanctuarisé.

Portés aux nues, les jeunes bénévoles musulmans de Derby voient aujourd’hui leurs efforts doublement récompensés : par la pleine et entière reconnaissance des autorités locales et de leurs concitoyens, qui leur est désormais acquise, mais aussi par le sentiment gratifiant du devoir accompli, sous le regard du Très-Haut.

Commentaires

Laisser un commentaire

Chargement…

0

La littérature de voyage (Rihla) et son rôle dans le dialogue interculturel et interconfessionnel

Eton veut présenter des excuses publiques à Dillibe Onyeama, un ancien élève victime du racisme à la fin des années 60