in

Mohamed Salah : la lanterne du ramadan

Second meilleur buteur européen avec 30 buts en 32 matches, Mohamed Salah, l’attaquant égyptien du club de Liverpool, est une véritable superstar dans son pays. L’international égyptien des Reds constitue une fierté nationale dont les exploits hebdomadaires dans le championnat anglais chavire de bonheur tout un peuple. L’étoile de Liverpool, qui rayonne sur les terrains de football, va désormais flamboyer sur les étagères des échoppes égyptiennes.

En effet, à l’approche du Ramadan, l’Egypte a trouvé une nouvelle façon de célébrer le talent de son prodige en créant des lanternes à son effigie. Ces lanternes à thème représentent pour les Egyptiens un élément décoratif essentiel durant le jeûne du mois de ramadan. Elles scintillent au cours des longues soirées ramadaniennes, aussi bien dans les ruelles que dans les maisons, et servent également de porte-clés ou de jeux pour les enfants.

Après avoir illuminé  le cœur de millions d’Egyptiens , Mohamed Salah illumine désormais leurs foyers.

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. D’un coter les autorités soit disant compétente tolére l’idolatrie mais d’un autre on fait une fatwa sur les faut jaime sur facebook et twitter. Dieu nous guide et puissent nous pardonner inchallah.

  2. N’importe quoi!!! La représentation de tout être vivant est interdite en islam!!! Ceci n’a absolument rien à faire dans les salons des musulmans pour les veillées nocturnes du mois béni du ramadan…

    Vous allez nous dire que les musulmans ont également des objets décoratifs dans leurs maisons représentants des animaux et des humains??? Depuis quand? Après on s’étonne que des gosses de banlieue jouent aux “martyrs”, en tuant des innocents en france et ailleurs. Si les bases de la religion ne sont même pas acquis!!! ON est mal barré!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le coup de gueule de Zohra, dans “On n’est pas couché”

Un eurodéputé belge offre une corde à Emmanuel Macron