in ,

Mohamed Salah a dit adieu aux réseaux sociaux, à la consternation de ses fans

Stupéfaits, attristés et déroutés par son dernier message sibyllin, en forme d’adieu aux réseaux sociaux, les fans inconditionnels de Mohamed Salah, le virtuose du ballon rond, ont le cœur brisé depuis hier matin.

« Résolution 2019 : le temps est venu d’entrer en contact, réellement ». Ce sont ces quelques mots énigmatiques écrits par le « roi égyptien » du Liverpool FC dans le courant de la nuit, et que ses nombreux followers ont découverts mercredi sans en saisir immédiatement la portée, qui les laissent aujourd’hui perplexes et affligés.

Errant comme des âmes en peine sur la Toile en quête d’explications, ils ont réalisé, avec effarement, que les comptes Twitter, Facebook et Instagram de leur champion avaient été supprimés en douce, en quelques clics nocturnes.

Jugée incompréhensible par certains, voire inquiétante par d’autres, la soudaine disparition de Mohammed Salah sur le Web donne lieu à toutes les spéculations (des internautes évoquant des tweets haineux) et provoque même des crises d’angoisse chez ses plus fervents admirateurs ou admiratrices, qui ne passaient pas une journée sans consulter ses posts.

Publicité

La communication virtuelle avait-elle atteint ses limites pour la star du football, adulée en Egypte et de l’autre côté de la Manche, mais aussi vouée aux gémonies par des islamophobes de tous poils ? Estimait-il que les réseaux sociaux avaient perdu de leur magie, pour n’être plus qu’un exutoire du racisme ordinaire et de bien des rancoeurs, sans garde-fous ?

Ce sont les questions, à ce jour sans réponse, qui n’ont pas fini de tourmenter des milliers d’internautes, désormais orphelins de leur idole sur la cybersphère.

Publicité

Publicité
Publicité
Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Algérie: des “candidats rigolos” à l’élection présidentielle

La nouvelle vie d’une famille de réfugiés syriens dans un village du Haut-Doubs