in ,

Le jour où Sonny Bill Williams, la star musulmane des All Blacks, offrit sa médaille à un jeune supporter

Athlète à la stature imposante, derrière lequel se cache un homme particulièrement humble, bon et doux, très attaché à l’islam, sa religion mûrement choisie, et à sa terre natale, la Nouvelle-Zélande, Sonny Bill Williams a indéniablement marqué de son empreinte indélébile l’épopée des All Blacks.

Adulé par une nation tout entière qui s’est tournée vers lui, comme un seul homme, aux heures les plus sombres de son histoire récente, au lendemain de l’effroyable massacre de Christchurch, en mars 2019, le pilier du rugby néo-zélandais puisa dans la mission qu’il s’était assignée la force de surmonter sa propre douleur : il s’érigea en porte-parole de la communauté musulmane, cruellement éprouvée, et en rassembleur providentiel de la grande famille métissée des Kiwis, sous le choc.

Sonny Bill Williams, lors de l’hommage national rendu aux victimes musulmanes de Christchurch, et ci-dessous au chevet de l’un des survivants

Publicité

Remerciant Allah, chaque jour, de l’éclairer de sa Lumière, celle qui brille à travers les ténèbres de l’ignorance et de la haine, Sonny Bill Williams se fait un devoir de bien agir afin d’honorer le Très-Haut.

« Quand je lève les mains, je demande à Dieu : Ya Allah, Guide-moi s’il te plaît. Aide-moi à devenir une personne meilleure. Aide-moi à devenir un homme meilleur. Je sais que j’ai des faiblesses, mais Renforce-moi. Pardonne-moi mes péchés. Ya Allah, bénis mes proches et ceux qui m’entourent. Protège-les, en particulier les enfants », a-t-il confié à la presse internationale, fascinée par l’envergure du personnage et, plus encore, par sa droiture et sa grande dévotion.

Quand il ne prend pas fait et cause pour ses coreligionnaires, en l’occurrence pour les musulmanes voilées dont le sort le préoccupe grandement, et particulièrement pour la jeune Hoda qui, le 9 février dernier, a été sauvagement agressée par trois adolescentes néo-zélandaises, le colosse du ballon ovale émeut les foules, comme ce fut le cas en 2015.

Publicité

Retour en images sur cette belle séquence émotion qui a conclu en beauté la victoire de son équipe, les invincibles All Blacks, à la Coupe du monde de rugby.

« Oui, je suis un Kiwi, un Néo-Zélandais, un Samoan, mais aussi et surtout un être humain ! C’est ce que l’islam offre. Il est là pour toute l’humanité. Lors de mon premier grand voyage en Terre sainte, j’ai eu le bonheur de prier à côté d’un frère africain, d’un frère asiatique, d’un frère européen, d’un frère arabe, preuve de l’universalité de l’islam », déclarait-il, les yeux brillants, lors d’un point presse en 2018, avec des inflexions émerveillées dans la voix qui ne furent pas sans rappeler celles de Malcolm X, à son retour du Hajj, en 1964.

Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Libye : la cité antique de Cyrène, un des joyaux du patrimoine, en danger

Les bases d’une théologie musulmane régénérée et redonnant du sérieux à nos vies (1ère partie)