in ,

Le Hajj poignant d’un rescapé de Christchurch, en mémoire de sa femme morte en martyre

C’est le coeur gros, en ayant du mal à refouler les larmes qui ne cessent de couler de ses yeux depuis plusieurs semaines, que Farid Ahmed, l’un des survivants du massacre de Christchurch, est arrivé en Terre sainte, sans sa regrettée épouse à ses côtés.

Avec soixante autres de ses coreligionnaires, tous rescapés de l’horreur, il a eu le bonheur d’être invité par le royaume saoudien à venir accomplir le Grand pèlerinage à La Mecque. Une merveilleuse nouvelle qui a bouleversé au-delà des mots ce mari inconsolable et encore profondément traumatisé, dont la femme, pieuse et dévouée, est morte en martyre il y a trois ans de cela.

Husna Ahmed, 45 ans, fait malheureusement partie des 51 victimes musulmanes de la barbarie islamophobe qui, le vendredi 15 mars 2019, frappa en plein coeur la Nouvelle-Zélande. Une terrible tragédie qui ensanglanta deux enceintes sacrées musulmanes, les Mosquées Al Noor et Linwood, et plongea dans le deuil la Nation néo-zélandaise tout entière.

Publicité

Elle fut abattue froidement par le terroriste d’extrême droite, Brenton Harrison Tarrant, alors qu’elle était accourue, dès les premiers coups de feu, auprès de son époux paralysé pour lui porter secours.

La défunte Husna Ahmed

Assailli de sentiments indescriptibles à sa descente d’avion, se sentant plus esseulé que jamais, Farid Ahmed est apparu très affligé. Assis sur son fauteuil roulant, le regard triste, il n’a pu contenir son chagrin à l’évocation de sa femme, disparue tragiquement, et d’un Hajj qu’il allait effectuer seul, sans sa compagne de tous les instants auprès de lui pour vivre ensemble, avec une rare intensité, ce moment unique. Ce cinquième pilier de l’islam et grand voyage de toute une vie, auquel ils aspiraient tous les deux si fortement. 

Publicité
Farid Ahmed répondant aux questions de la presse, à son arrivée à Médine

« Ma femme a plusieurs fois émis le souhait de se rendre à La Mecque pour le Hajj, c’était son rêve le plus cher et le mien aussi. Mais mon handicap a toujours été un obstacle. Je suis donc heureux et très ému de pouvoir réaliser son rêve. Ce voyage n’est pas pour moi, il est pour elle, en sa mémoire », a confié Farid Ahmed, la voix étranglée par l’émotion.

 « J’ai l’impression de la porter. Chaque instant de ce voyage va me rappeler sa présence, c’est très douloureux. Mais je vais m’efforcer de la représenter le plus dignement possible, et au-delà, je voudrais représenter tout le monde, non pas en terme de foi parce que nous avons une foi différente, mais en termes de paix et d’amour », a-t-il ajouté. 

Après avoir été l’un des rares miraculés de Christchurch à avoir trouvé la force de pardonner au monstre de cruauté australien, adepte de la théorie raciste du « grand remplacement », son crime de masse impardonnable, Farid Ahmed doit encore puiser dans sa foi inébranlable en Dieu les ressources nécessaires pour surmonter son immense peine. Puisse le Hajj l’aider à faire son long et difficile travail de deuil.

Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Islamisation ou américanisation ? Burkini, Grand Remplacement, séparatisme, communautarisme, terrorisme… parlons-en !

L’Aïd al-Adha et le monothéisme abrahamique