in

Le Coran traduit en cinquante langues pour les orientalistes occidentaux

La fascination qu’exerce l’Orient sur les occidentaux n’est pas un mirage exotique,  c’est un attrait bien réel qui a traversé les siècles à travers une production littéraire prolifique, riche de 65 000 ouvrages, mêlant l’engouement pour les cultures d’Afrique du Nord, turque et arabe, la quête d’un certain dépaysement, et la recherche scientifique rigoureuse.N’en déplaise aux Cassandre néo-conservateurs qui lui ont substitué le « choc des civilisations », les orientalistes venus d’Occident, et qui ne sont pas tous habités par le fantasme des harems et d’odalisques lascivement alanguies, continuent de se passionner pour l’étude minutieuse des sociétés orientales. Dans cette optique,  l'Hodjat-ol-islam Mohamad Hassan Zamani du Centre d'enseignement islamique de Qom, en Iran, a déclaré le 19 avril 2012, lors de la réunion sur la recherche coranique dans les centres islamiques féminins, que le Coran sera traduit dans cinquante langues afin de faciliter son approfondissement par ces explorateurs infatigables de l'Orient, de ses philosophies, et de ses vastes contrées.

"L'orientalisme est apparu au XVII siècle en Europe, pour nous un orientaliste  est un occidental qui étudie les sociétés orientales. Cette définition est une définition générale et il y a des particularités auxquelles nous devons prêter attention. », a-t-il indiqué, regrettant vivement qu’à l’époque de la dynastie Pahlavi, qui a précédé l’avènement de la République islamique, les nombreux ouvrages publiés par les occidentaux  aient été méconnus en Iran. Un travail de recherche s’impose aujourd’hui, à ses yeux, dans ce domaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’Egypte annule son contrat gazier avec Israël

L’UE sanctionne le train de vie princier du couple Assad