in ,

L’appel lancé à la classe politique britannique par des femmes musulmanes et juives : “Surveillez votre langage!”

Elles sont britanniques, citoyennes engagées, musulmanes et juives, ont en commun la fierté d’appartenir au même réseau Nisa-Nashim, ce puissant créateur de liens et de synergies fructueuses par-delà les différences, et voient avec inquiétude se profiler à l’horizon une échéance électorale cruciale.

Alors qu’approchent à grands pas les élections générales du royaume, le 12 décembre prochain, dont elles craignent qu’elles ne déboulent sur la place publique avec de gros sabots, ceux de la démagogie de caniveau, ces électrices musulmanes et juives montent aujourd’hui au créneau, comme un seul homme.

Unies sous la même bannière, celle de la campagne #WatchYourLanguage, elles se dressent préventivement contre les débordements langagiers de la politique politicienne, stigmatisant, outrageant ou diabolisant des minorités ethniques, religieuses ou sexuelles, auxquels elles ne s’habituent pas, les jugeant « inacceptables, préjudiciables et extrêmement dangereux ».

Des saillies verbales qui déshonorent les parlementaires qui les prononcent, les martèlent ou les scandent, mais plus grave encore, peuvent résonner comme un cri de guerre aux oreilles de ceux qui n’attendaient qu’un seul mot ou stimulus pour passer à l’acte.

Publicité
                    Laura Marks, à droite sur la photo

« Nous rejetons totalement les discours de haine, de division. En tant que femmes de groupes religieux et de cultures différents, nous savons à quel point il est facile de diviser la société, de semer le chaos plutôt que l’unité, et nous refusons catégoriquement de soutenir les voix politiques qui souffleront sur les braises lors des prochaines élections », a averti solennellement Laura Marks, cofondatrice et directrice de Nisa-Nashim.

Hifsa Haroon Iqbal

C’est un coup de semonce contre tous les pyromanes de la cohésion sociale qu’a donné, quant à elle, Hifsa Haroon Iqbal. « Dans un monde de plus en plus polarisé, il est impératif qu’en tant que femmes juives et musulmanes vivant en Grande-Bretagne, et membres de Nisa-Nashim, nous puissions faire entendre nos voix à l’unisson, ainsi que notre réprobation unanime à l’encontre des semeurs de haine et de division. Il est hors de question que ce soit eux qui triomphent ici, au Royaume-Uni », a mis en garde la responsable de l’Egalité et de la Diversité à l’université de Staffordshire, élevée au rang d’Officier de l’ordre de l’Empire britannique par la reine Elisabeth II.

Elles s’érigent en sentinelles de la rhétorique politique de bon aloi, sans outrances, sans invectives, sans grenades verbales dégoupillées ou autres flèches empoisonnées décochées contre la concorde nationale, les femmes musulmanes et juives du royaume britannique, fédérées au sein du réseau Nisa-Nashim, envoient un signal fort aux 650 députés de la Chambre des communes : elles ne laisseront rien passer, pas plus les langues qui fourchent insidieusement que les harangues électrisantes de tribuns opportunistes ou incendiaires.

 

Publicité

.

Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Un couple musulman chassé de l’avion avec 20 proches(vidéo)

L’islamophobie: une invention des élites françaises au temps de la colonisation