in

L’islamophobie: une invention des élites françaises au temps de la colonisation

L’universitaire Olivier Le Cour Grandmaison est l’invité de l’Esprit d’actu. Spécialiste des questions coloniales, ce politologue de renom est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont le dernier en date « Ennemis mortels – Représentations de l’islam et politiques “musulmanes” en France à l’époque coloniale » est paru aux éditions La Découverte, en octobre 2019. Dans cet entretien, il réfute l’assertion fallacieuse d’une certaine élite française, selon laquelle le terme « islamophobie » serait une invention récente des Frères musulmans et de mollahs iraniens. Evoquant une pure « fable » créée de toutes pièces et à dessein, Olivier Le Cour Grandmaison rétablit la vérité historique au sujet de la naissance de ce néologisme apparu, à la fin du 19ème et début du 20ème siècle, sous la plume d’administrateurs-ethnologues français. Il parle de « l’islamophobie savante » de la France coloniale qui présente des analogies thématiques avec l’islamophobie contemporaine.

L'islamophobie: une invention de certaines élites françaises au temps de la colonisation

L'islamophobie: une invention des élites françaises au temps de la colonisationL'universitaire Olivier Le Cour Grandmaison est l'invité de l'Esprit d'actu. Spécialiste des questions coloniales, ce politologue de renom est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont le dernier en date « Ennemis mortels – Représentations de l’islam et politiques "musulmanes" en France à l'époque coloniale » est paru aux éditions La Découverte, en octobre 2019.

Publicité

Publiée par Oumma.com sur Vendredi 8 novembre 2019

Publicité

19 commentaires

Laissez un commentaire
  1. @Mohammed. Les mots ont du pouvoir. Que dites vous alors de la tentative pour remplacer voile par foulard en parlant du hidjab ? Depuis quand le hidjab signifie foulard ? Est-ce que le mot ne renvoie pas à la fonction du voile dans le sens de cacher et de séparer ? Que dites vous alors de cette comparaison avec les religieuses qui elles prennent bien le voile ? Au point où nous en sommes du débat, on sait parfaitement faire la différence entre voile et voile intégral.

    Ce qui stigmatise les musulmans ce sont d’abord les comportements nouveaux de musulmans. Le terrorisme que vous évoquez vous même est un phénomène récent en France. L’islamisme est un phénomène aussi récent même s’il est plus ancien en pays musulmans. Les gens ne fantasment pas. Ils ont des yeux et des oreilles, pour apprécier les changements, voire les tendances.

    Quant aux amalgames, on en fait alors tout autant quand on taxe d’islamophobie la majorité des français qui rejette de nouvelles pratiques religieuses comme le voile. La vérité c’est que les français ne sont pas islamophobes, ni même ne pratiquent l’amalgame puisqu’on leur répète et qu’ils se répètent « pas d’amalgame », jusqu’à plus soif, jusqu’à vider le mot de son pouvoir. Dans le cas contraire, les musulmans auraient pris cher suite aux différents attentats. Regardez comment les asiatiques (sri lankais, birmans, chinois, hindous, …) réagissent à l’islam. Vous pourrez alors donner un sens bien plus tangible à la notion d’islamophobie.

    Bayonne est un acte (un attentat si vous voulez) islamophobe. A voir s’il inaugure une séquence islamophobe particulière, en l’occurrence violente. La discrimination est un acte raciste mais qui ne peut avoir un sens islamophobe que si votre religion est marquée sur votre front. Que cherchent donc alors à faire les musulmans qui affichent ostensiblement leur religion dans le contexte actuel ? Ils se distinguent, en cela discriminent et donnent la possibilité en retour de les discriminer. Mais ce n’est ni en occultant que l’évolution de l’islam dans ses manifestations est une préoccupation des français ni en imaginant qu’elle est la seule qu’on règlera quoique ce soit. L’islam doit se conformer à la république plutôt que chercher à la transformer. Et jeter des anathèmes n’y changera rien. Saidb parlait d’inversion du stigmate pour les jeunes de banlieue. Elle finira par porter sur le terme « islamophobe » même, écran de fumée ou pas.

  2. L’islamophobie est entendue comme le rejet des musulmans, c’est à dire comme une forme de racisme. Comme tout racisme, ce sont ses manifestations à l’égard de personnes qui sont sanctionnées par la loi, propos ou actes, notamment en dehors du contexte privé. Sont également concernés les autres confessions comme l’athéisme bien entendu.

    La controverse autour du terme islamophobie porte sur l’amalgame avec la critique de l’islam tel que le pratiquent les islamistes afin de rétablir le délit de blasphème. La critique d’une religion fait partie de la liberté d’expression. Elle n’a donc pas à être désignée par un nom qui plus est stigmatisant. On doit respecter les personnes, pas leurs croyances.

    Par ailleurs, la loi vaut pour tous. Personne n’est sanctuarisé en raison de sa confession. Les racistes, les voleurs, les violeurs, les meurtriers on en trouve dans toutes les confessions. Ils doivent être sanctionnés par la loi. Dire que cela ne concerne qu’une confession bien particulière c’est du racisme d’ailleurs.

    • Je pense que tous ces débats autour de la sémantique sont un écran de fumée.
      La réalité est qu’il y a une réelle stigmatisation des musulmans. Les tenants de la définition du terme, relative à la critique de l’Islam, sont “par hasard” les premiers à faire l’amalgame entre le terrorisme et tous les musulmans, comme s’ils étaient des tekfiris en puissance.

  3. Pour commencer, un grand Merci à cet universitaire Monsieur Olivier Le Cour Grandmaison ,pour son travail et pour son courage.
    En le regardant se matin, j’ai pensé à un ouvrage édité en 1990 par l’ éditeur Balland, de deux auteurs
    Chantal Dagron et Mohamed Kacimi sous le titre Arabe vous avez dit arabe?, l’image de l’arabe à travers la littérature française. Pour les auteurs, quand il s’agit de l’arabe, c’est plus la raison qui triomphe mais plutôt la passion. Comment peut-il se faire que l’autre ne soit pas moi? Jean Baudrillard
    dans la métamorphose du mal ( essai sur les phénomènes extrêmes)disait en parlant des Conquistadors en 1492. (Quand ils ont vu les indiens- ils ont dit: C’est des sauvages. Quand l’autre n’est plus comme moi, il n’existe pas). Nous connaissons tous l’histoire des peuples indiens, dix millions de morts et la disparition d’un grand patrimoine de l’humanité. C’est après le génocide que nous avons compris que ce n’était pas des sauvages, mais, c’est un peuple qui avait une culture et des valeurs. Pour revenir à l’Arabe, cinq siècles avant Jésus( ‘Issa) Paix , Bénédictions et Salut sur lui,Hérodote décrivait l’Arabie comme un pays peuplé de serpents volants. Eschyle dans Prométhée décrivait les arabes comme ( Tribus belliqueuses dont un frisson agite les lances ac”rées).
    Guillaume d’orange: le premier monument de la littérature Française, la chanson de Roland qui se passe dans le pays basques, le mots basques est remplacé par Sarrasins que l’auteur fait dériver du mot Saraquine( Voleurs), alors qu’il dérive du mot Charquiyin. Nous connaissons tous le Sarrasin , quand -il est au Midi ou à Jérusalem qui devient Maure en Espagne, Barbaresque quand il sillonne la méditerranée et la turquée , Beur il y a trentant en France et terroriste aujourd’hui.Le Statut conflictuel accordé aux arabes ne procède nullement d’une méconnaissance. la résistance des troupes arabo-musulmanes pendant les croisades et la vitesse de leurs conquêtes de l’Europe chrétiennes, les moines au moyen âge ont cherché le responsable de ces conquêtes, Ils ont désigné l’arabe par excellence Lev prophète Muhammad- Paix , Bénédictions et Salut sur Lui- comme responsable de ce phénomène, douze siècle avant Charlie Hebdo.La vie du prophète Muhammad( PBS sur lui) a été disséquée, passé au scalpel des injures, imposteur, faux prophète, épileptique,lubrique, pilleur de la bible, polygame……..Dans ces temps lointains, les moines disaient que la religion musulmane est sensuelle et voluptueuse allusion à l’abstinence chrétienne ( Le péché de la chair). Boudier dans l’histoire générale des turcs dira que Muhammad( PBSL)” Ne s’étant pas contenté d’avoir tenu un bordel en terre, il en dresse un au ciel”. Après les moines, les anticléricaux leurs emboîteront le pas, Dante décrit Muhammad(PBSL) dans la divine comédie” ouvert du menton jusqu’au fondement, ses boyaux pendant entre ses jambes”, Moréri, le traite de faux prophète,Helvétuis de courtier inculte,Diderot” être exterminé ou opter pour les belles femmes”, Voltaire ” Je vous le dis encore ignorants imbéciles, à qui d’autres ignorants ont fait que la religion mahométane est sensuelle et voluptueuse, il n’en est rien, on vous a trompés sur ce sujet comme sur d’autres”, Godard d’ancour” Que Mahomet connaissant bien le cœur de l’homme quant il ne voulut point le borner dans ses plaisirs”, Flaubert” Le Coran est le livre de Mahomet où il n’est question que des femmes”, Stendhal” Mahomet fut un puritain, il voulut proscrire les plaisirs qui ne font mal à personne; il a tué l’amour dans le pays qui ont admis islamisme”.Désolé, d’avoir cité toutes ses opinions négative envers notre bien aimé Muhammad ( PBSL), alors qu’aujourd’hui est son anniversaire . Pour ne pas dire que la moitié de la vérité parlant aussi des admirateurs du Muhammad(PBSL) , Lamartine, Auguste Comte,Gobineau, Napoléon( Code civil Égyptien) qui dira établir” un régime uniforme, fondé sur les principes de Al. Coran qui sont les seules vrais et qui peuvent seule faire le bonheur des hommes”.Toutes cette haine vient de fait que les musulmans ont occupé les bastions de la chrétienté( Jérusalem , Constantinople et les rives occidentales de la méditerranée, culturellement succèdent à Athènes , militairement à Rome; l’Europe jugera la succession illégitime et le transfert est illégal.La littérature Française d’aujourd’hui continue à véhiculer le même dénigrement envers les maghrébins, Simone de Beauvoir dans son roman mouloud, elle écrit : les arabes même en amour sont infidèlent. les exemples sont nombreux à décrire. Nombre d’écrivains dénieront aux arabes leur action civilisatrice, ils oublieront Bagdad, Cordoue, Mais, ils ne gardent en mémoire tout simplement des bédouins vivant de rapine. Alors, nous devons être pédagogue afin de déconstruire toute cette imaginaire biaisé.

  4. Ainsi donc, est islamophobe celui qui refuse d’accorder aux colonisés le loisir de se soumettre aux lois musulmanes. Les “indigènes” sont bien ceux qui soumis à la France, ne deviendront pas ennemis de la France, c’est à dire ne se révolteront pas…
    De fait la lutte contre l’islamophobie consolide la domination coloniale en gardant les indigènes hors de la république… C’est toute l’affaire.

    • La création de l’islamophobie était une manière de justifier une politique coloniale inique…
      Et aujourd’hui, cette « création » est récupérée pour justifier une hostilité envers les Français musulmans…
      C’est bien dommage !
      What else !

  5. Il y a un vocable qu’il serait judicieux ici d’utiliser, et qui clouerait le bec à tous ces racistes qui n’ont d’autres soucis qu’en celui de haïr l’arabe, qu’ils considèrent comme inférieur et inutile et qui gît au plus profond de l’inconscient, c’est anti-musulmanisme.
    A l’instar de l’ anti-islamisme qui renverrait vers l’islamisme idéologique qu’il faut combattre car il génère le communautarisme nous dit-on ou nous reproche-t-on, l’anti-musulman…isme est bel et bien le nouveau phénomène -non désigné certes mais bien à la mode qui rassurera tous les « férus » de justice- qui fait rejaillir la véritable nature de tous ces frustrés qui ont troqués leur foi contre une bien misérable suffisance et qui ont perdu le sens de l’Histoire, et qui geignent aujourd’hui en accusant les voisins, les “autres” de la leur avoir volée et d’être responsable du malheur qui les accablent. On a ce qu’on mérite dans la vie !

    Le théorème de la victimisation s’applique à tous désormais et si ça peut te rassurer le roy du mou choir, j’t’enverrais un cleanex !

    “Nous aurons le destin que nous aurons mérité.” Albert Einstein

  6. Après cette mise au point sur l’origine du mot “islamophobie” au XIX° siècle par Olivier Le Cour Grandmaison, une perspective de l’islamophobie au XXI° siècle, de nos jours, par Philippe d’Iribarne polytechnicien, directeur de recherche au CNRS, «Islamophobie, intoxication idéologique» parue en avril 2019 aux éditions Albin Michel.
    Une présentation intéressante ici :
    https://www.dailymotion.com/video/x7a9goh

    • Merci Léo. Très intéressant. Oui le terme islamophobie a été récupéré intelligemment par les islamistes pour servir leur projet politique d’acculturation et de domination de l’Occident. Mais l’arnaque du siècle a été aussi de transformer les africains et les moyen orientaux ainsi que leurs ressortissants installés en France, en « musulmans ».

      A l’étranger, on repeint ainsi des conflits en guerres de religions. En France, on fait coup double : en combinant racisation et islamisation des immigrés et de leurs descendants, on utilise de manière dévoyée la laïcité (réduite à la liberté de culte, que l’on imagine sans limite) et la lutte antiraciste (à laquelle on a fait perdre tout caractère universaliste) comme remparts et comme armes.

      A qui la faute ? Considérons que racistes et antiracistes y contribuent à parts égales en faisant le jeu des islamistes. Comment est-ce possible ? Finalement peut-être moins parce que les arabes sont musulmans que parce que l’islam promeut une vision sociétale relevant d’une culture arabe traditionnelle qui, de notre fenêtre, présente des archaïsmes insupportables. Islamité et arabité sont ainsi liées, notamment par la langue que l’on imagine sacrée ou porteuse d’une polysémie particulière. Mais les français de souche foncièrement républicains, convertis pour des raisons purement spirituelles, pourront contribuer à défaire ce lien qui produit amalgame et confusion dans le débat actuel. Ils pourront être vus en cela comme ennemis. Je les crois en effet capables de concevoir l’islam et de le pratiquer en le dégageant de sa gangue culturelle originelle qui n’a rien de spirituel, qui n’est que conjoncturelle.

      Les tensions en France et plus globalement en Occident vont donc encore continuer de s’accroître autour de l’islam, du fait même de son expansion comme ce fut toujours le cas. En son sein et vis à vis de son environnement, en opposant vision traditionnelle arabe et vision moderne occidentale.

  7. Merci pour cet éclairage brillantissime…
    Essentiel, indispensable de connaître l’histoire des mots que nous utilisons…
    Le néologisme « islamophobie », est bien une invention… française!
    Les sottises d’une « Fourest » ou d’un « Bruckner » ne trouvent à rebondir que grâce à l’ignorance …
    Pour déjouer l’imposture de ces gens-là, laissons les mentir et se disqualifier… La liberté d’expression est importante à condition aussi de ne pas monopoliser les medias et de leurs opposer un contradicteur du genre, Olivier Le Cour Grandmaison, et pas une caricature…Pour ne pas fausser le débat par des imposteurs… Pour à nouveau rebondir dans un faux débat, une indignation projetée sans fin ainsi de suite et pour finir sans issue puisque c’est un en réalité un débat mort né …
    La production d’un savoir à prétention scientifique est donc intrinsèquement liée au projet de domination coloniale pour préserver la domination impériale sur les populations musulmanes colonisées…
    il faut bien souligner pour être tout à fait complet que ces mêmes populations musulmanes colonisées formulaient alors la revendication d’une application stricte de la nouvelle loi de 1905 dites loi de séparation, de laïcité… Soit elles aspiraient totalement à l’application de la Laïcité !
    « On ne s’explique point les raisons pour lesquelles le gouvernement français étant laïque – et la laïcité interdisant l’immixtion dans les affaires religieuses – (…) La loi du 9 décembre 1905 portant séparation du culte et de l’État, fut promulguée mais ne reçut aucune application en Algérie… ». Malgré les demandes et les insistances des indigènes … La sollicitation est générale, les oulémas, sphères institutionnelles et le mouvement nationaliste… Laïcité encore revendiquée au cours du premier congrès musulman algérien en juin 1936, dépôt par l’association des oulémas d’Algérie du « mémoire sur la séparation du culte et de l’État » … Elle est partout et partout elle est refusée…
    Contre toutes les idées reçues, nous devons patiemment détricoter tous les mensonges, les impostures, les hypocrisies … qui alimentent les faux débats selon la volonté des faux détracteurs mais vrais manipulateurs de l’intox …
    Alors qu’en posant sainement le problème on se projette dans un vrai débat …
    Le seul qu’on aime qui ne trahit personne et ou chacun y trouve son compte, le respect sauf les imposteurs bien sûr !
    Excellent entretien !
    Bravo à Olivier Le Cour Grandmaison, honnête et brillant,
    Merci à Oumma !
    What else !

    • Même si le terme fut inventé et utilisé il y a longtemps, c’était du temps des colonies, et qui plus est
      pour assoir le pouvoir colonial !
      Nier pour cela son utilisation tendancieuse actuelle par des manipulateurs patentés reste une erreur.
      Qui plus est, ces manipulateurs veulent en profiter pour installer des lois spécifiques et s’isoler de la république, comme à la grande époque !

      • Avant, certains de ceux qui réclamaient la laïcité se la voyaient refusée et quand d’autres aujourd’hui, la réclament dans le respect de la laïcité, des espaces de sphère privée, on tente de leur opposer une irréelle et irréductible application de l’une laïcité-censure…
        C’est bien cette manipulation des fondamentaux démocratiques, la laïcité comme notion saturée de sens pour y glisser le venin de pratiques totalitaires non démocratiques et dangereuses pour tous …
        Qui est le plus critiquable et surtout le plus dangereux ?
        C’est un peu comme le détournement d’une autre liberté publique, la liberté d’expression…
        Elle aussi faussement jetée en pâture à la plèbe …
        En fait ce qui est dangereux, et c’est bien là l’écueil, où malheureusement certains s’égarent… C’est de décrier les vrais valeurs unificatrices, les fondamentaux d’une démocratie, du vivre ensemble sous couvert de mise en scène et de détournement de son socle à savoir les libertés publiques de la France ou de toutes démocraties …
        C’est la clef de voute du jeu perfide des néo-manipulateurs …
        Moi-même je me suis longuement posée la question et si le répressif pouvait partiellement être une fausse réponse… Aujourd’hui, il ne fait plus de doute que c’était une voie désignée … La mise en œuvre du dévoiement de la violation de la liberté d’expression est un leurre pour nous limiter dans l’usage de nos libertés publiques idem pour la fausse néo-expression de la laïcité … Donc la manipulation d’un vrai guet apens vers une création d’un faux consentement vers une influence d’un glissement du tout-répressif… Très, très régressif, dangereux…
        C’est donc bien l’individu qui est visé (sans même parfois s’en rendre compte) dans une société individualiste d’ailleurs quoi d’autres, qui d’autres (la famille faisant par ailleurs l’objet d’autres intrusions) ?
        Ce même individu manipulé au point de se museler lui-même ou son voisin (ce qui pratiquement revient finalement au même) dans sa liberté d’expression ou de culte pour commencer … Ou finirons-nous ?
        On a bien caractérisé le délit : l’escroquerie de détournement des libertés publiques ?
        Nous devons chercher une réponse … Et nous dénouerons ce nœud gordien …
        Sur ce illustration, pour la liberté d’expression, par exemple:
        Si la République doit permettre la critique des religions, la liberté d’expression elle doit aussi permettre sans excès de zèle, sans acharnement hystérique d’en faire respecter sereinement le culte. Or, force est de constater que le détournement de la liberté publique que constitue la « mise en scène » d’un dévoiement de la liberté d’expression par des medias mensonges tant à pousser les citoyens à critiquer, non la manœuvre cynique et perfide, mais la liberté elle-même :
        La liberté d’expression et sa satyre (la liberté de la presse) auxquelles tous les Français sont très attachés au lieu de la défendre et de dénoncer la mise en scène d’une liberté d’expression faussement présentée, volontairement pliée à l’inégalitaire géométrie variable (atrophiée pour les uns et sans limite pour d’autres…égalité autre fondement d’ailleurs) tombent dans un piège qui se refermera sur eux …
        Pourquoi ce piège du dévoiement des libertés tendu aux Français ?
        Cet abus, cette farce de la confiscation des libertés, dont la liberté d’expression, sous couvert de les dénuer de sens par une contre promotion de facade, par une mise en scène grotesque avec un casting d’hurluberlus faiblement contredit par des caricatures triés sur le volet par des medias mensonges subventionnés d’impôts ….
        C’est bien là le lit des faux débats, des faux coupables, des vrais manipulateurs …
        C’est bien dommage !
        What else !

  8. Excellent, les musulmans du site vont encore pouvoir se plaindre comme d’habitude !
    C’est triste de voir des gens qui ne pensent qu’à ça, sans aucune fierté autre que de de reporter sur les autres tous leurs nombreux problèmes.
    Où est la fierté de s’en sortir sans pleurer tout le temps ?

  9. Quelle que soit l’origine du mot et ses éventuelles évolutions sémantiques la problématique aujourd’hui tourne autour du sens que les milieux musulmans conservateurs donnent à ce mot.
    Le mot islamophobie est utilisé par eux comme mot fourre-tout pour mettre au même niveau d’exécration un point de vue critique et un comportement raciste.

    Le philosophe Henri Peña-Ruiz s’est récemment vu voué aux gémonies pour avoir fait la différence entre la haine manifestée à l’encontre d’un groupe (qui est un délit) et l’expression d’une critique sur des idées (légitime en démocratie).

    Trop subtil pour ces messieurs ?

  10. Merci ! Les rappels universitaires sont toujours essentiels face à l’immondice islamophobe qui n’est ni plus ni moins qu’un néo-fascisme néo-colonial.

    • “néo-fascisme” => en quoi la critique (même violente ou absurde) d’une religion nous mènerai a une gouvernance autoritaire et excluante??
      “néo-colonial” => en quoi cette critique mènerai à une emprise sur des pays tiers??

      les affirmations gratuites, insensées, ne mène qu’a la discrétisation. Je sais que Kalim n’a pas le niveau pour répondre à mes questions, mais si une personne pensant qu’il est dans le vrai pouvez me répondre?
      merci d’avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

L’appel lancé à la classe politique britannique par des femmes musulmanes et juives : “Surveillez votre langage!”

Marche contre l’islamophobie : le PCF, Europe Ecologie-Les Verts et Générations appellent à manifester dimanche